AME DE PLUS PURE JOIE

ISTAIL
 
 
 
 

AME DE PLUS PURE JOIE

 
 
 
 
 

L'Aube de l'Amour…

 

 
 
Lumière ondine, si voir, dans lys le Temple d'Or aux portes d'offrandes élevées à un Age fantastique, des villes l'éblouissement des Sites aux parures diaphanes des ailes pourpres de myosotis, nuées de jades incarnées d'Ouest fléchissant le zéphyr des algues armoriées, hautes couleurs aux labyrinthes d'Onyx vert où paroles, vagues, houles de coquillages, soufflent des brises de parfums mystérieux et mages, temps d'Age à la parole de Victoire du Vivant salué par l'heure désignant aurore le nuage des passementeries d'Ivoire, là-bas, au large équinoxe fier, bleui nectar de parchemin et de lierre voguant sa fugue, tel Navire somptueux, vers l'étoile d'un devenir fastueux, Ame dévoilée au vent porteur, messagère du raffinement de l'orbe nu d'un souvenir incarné, aventure de plus belle aube, l'Aube de l'Amour…

 


Des nuées de Cristal au chant glorieux…


 

Des nuées de Cristal au chant glorieux, des hymnes de corail furent ouvrages de leurs sens d'émeraudes, détails des Temples de nos nuits, chants d'aurores à la lagune verte où, embrasement, s'élancent des papillons d'argent, chants de plaines rares dont les floralies dansent les éphémères luisants de la rosée matinale, or des rubis et grâce des stances de la brume disparue à l'aube propice, lisière nue de parchemin où s'éveillent les faunes, corps de grande Vie, pluie des sources, nectar des parfums à l'ombre douce des arbres millénaires, Ames de Vivants en marche des effluves mystérieuses, taches solaires papillotants des feuilles brunes, couleurs de myosotis au cœur du ruissellement des eaux mélodieuses, iris d'un souffle majestueux découvrant à sa paupière le firmament des ondes, le bruissement fertile du crépuscule de ce jour natif, émulation profane délivrant au vol de l'Oiseau de mer la gravitation, parure splendide, là, haute harmonie de la myrrhe et de la rose, essaims capricorne des grands dahlias printaniers puisant au sol de leur ivresse un message de Soleil, havre des mousses, du peuplier et du saule, gravure des hêtres aux fortes ramures, d'écureuils au panache azuré l'emprise, demeure d'un refuge où les courses vitales naissent les couvées, cris et chants au sol édulcoré vibrant chaque souffle, détail d'un espoir au zénith de l'heure, tant attendue, vigueur dont l'écarlate fusion des ombres assigne un dessein lumineux offrant aux cieux une puissance protectrice, œuvre cyclique de grand nom distillant en l'épreuve, épure d'embrasement, la chaleur de son rythme, toutes essences son devenir au visage souriant de son ambre, d'ivoire la perle sans naufrage, tel grand Navire confiant, maître vague d'étrave sûre au destin de son habitacle, porphyre des gemmes de la surface minérale, allégeance des flores et des faunes, et plus grave, soulevé du pas novateur, de l'Esprit du bûcheron, jeune homme au regard pénétrant l'astre de son cœur, souci du plus beau jour par toutes faces d'un chant d'Amour délivré, orbe bienfaiteur de la douce bergère, jeune fille au grand cœur, auréole de son feu, calme admiration de la cohorte de ce règne vivant savourant le corps à corps de ces Etres d'épousailles dans la splendeur de leur Site, l'énamoure victorieux de simplicité de leurs sens éclos dans une geste souveraine libérant leurs chants dans une pâmoison de rêve et de songe, dans un ruissellement éponyme éclairant leur avenir d'un hymne fastueux, source de cristal de la pureté du lendemain, éclos de la Terre et de ses forces, essence de la Gloire Vivante, tel grand vol bruissant d'oiseaux chanteurs, partant générer et le bonheur et l'harmonie d'un Chant Divin, celui de l'Enfant et de son prestige, celui de l'innocence et de sa candeur, celui de la beauté comme de la pérennité, œuvre en rythme de la fusion et de la profusion de l'Eternité des forces Naturelles de l'ambre la fertile ovation, somptuosités que l'Amour ordonne et délivre aux Amants qu'un rite réuni et déploie, O force gravitant toute éloquence de l'Humain, que nous naîtrons demain !


 

Fut sourire de la joie au retour des Ames chevalières…

 
 

De cristal ce château dans la lumière tamisée de fins nuages d'émeraudes, drapé de tourelles ivoirines, revêtu de pourpre et d'or , enceint de portiques immenses et graves où quelques oiseaux glissent parfois pour mener de nuit un chant d'altière harmonie, ciel de zénith clair, douves de silence minéral au bruissement d'ardentes floralies de clameurs enchantées aux lacs armoriés où se mirent, frémissement du vent azuréen, les faces multiples de l'améthyste, haute demeure s'il en fut par le temps du paysage fantastique où les plaines ceintes de plus haute cime des neiges éternelles, fidèles gardiennes témoignant de sa noblesse sage, furent à son ombre par les siècles, hautes couleur d'armoirie de sa tour ancestrale, armes familières de la vie tumultueuse de son Chant, ouverture printanière de magnifiques visages, sourire joyeux au retour des Ames chevalières, parfums d'ambre des salles éclairées du soleil disparaissant la brume de l'aube aux larges fenaisons aux senteurs d'adonis, l'enfance insouciante tumulte d'impatiente, course rapide au décor reconnu, hauts bois de chêne le vermeil de chaque enceinte de la nuit comme du jour, grandes armoires ciselées et lits d'ébènes aux parures d'églantiers, pâmoison des cuivres et des bougeoirs, lustres miroitants accompagnant au parquet de merisier chaque pas d'une voix limpide, semblant ainsi participer à la joie du retour des guerriers, joie si grande en demeure d'éclat cristallin, telle plus belle eau le diadème et la couleur, le regard de la Femme de ces lieux, de haute noblesse la simplicité d'une attente, son cœur battant à l'unisson, là-bas, à la plaine embrasée par les flots de l'Océan celui de l'Enamoure de sa foi, attente dans la force du plus grand vœu déjà le cri de l'enfance le témoignage de présence, par mille fleurs sauvages le galop fougueux, armure étincelante de mille feux, visage découvert, heaume en lisière, le sourire éclatant, avance insigne du gardien revenu, victorieux des maux d'hier pour naître le plus beau partage de la paix du jour, déjà la pente de ses rives l'accueil chaleureux, frémissement des sens à toutes épreuves de grand épanchement le miroir de lumière jusqu'en la nuit propice aux longues flammes des bois embrasés, tant de chaleur réclamée, histoire de bravoure aux Enfants, chant d'Amour à la Femme aimée, stances de plus hautes fêtes, si vécues écrites à la Pierre des murailles de cette demeure, oriflammes de son cœur, présences majestueuses par tous temps des symboles immortels dont la gravure à nos Ames est plus qu'un appel mais l'Or témoignant de la Vie d'un Chant d'Amour…

 

 


Table

AME DE PLUS PURE JOIE

 

 
5 L'Aube de l'Amour
6 Des nuées de cristal au chant glorieux
8 Fut sourire de la joie au retour des Ames chevalières
10 Conte de deux cœurs énamoures dans l'évanescence
12 Par toutes routes du futur, le Temple Sacré
14 Du Chant d'Amour Eternel
16 Azur de l'Aube dans la myriade des couleurs Solaires
18 Temple de verdure à la blancheur de nos murs
20 Splendeur d'un Site méconnu à l'Age de nos Cœurs d'Humains
22 Souffle présent à la mémoire de cils parfumés
24 De la Fée magicienne, l'oracle d'abandon
26 Lyre Catharsis de la monade d'un lieu
28 Orée de la geste d'un serment de Vie
30 Royal Empire de la forme des Œuvres
32 Renouvelée d'Amour, épure Sacrée
34 Saluant d'étrave novatrice l'éblouissement de Vivre
36 De la rencontre de notre Amour d'éternelle rive
38 Des Iles aux Sages éveillés
40 Parole d'un Verbe rare dans la reconnaissance
42 De l'Amour à la perception des sens de la Vie
44 Insigne fusion de notre Amour Eternel
46 Nature notre Sacre
48 Amour partagé au Sacre de la Vie
50 Tumulte de plus haute fête
50 Amour le parchemin de la Vie
54 Et dans ce Solstice le Nom du Sacre
56 Voici des heures en messages
58 Temple fertile d'Astre Féminin rayonnant
60 Noël de plus haut Songe l'Harmonie en nos Cœurs
62 Noble écrin de notre Amour
64 L'Enfant, notre Vœu d'Astre novateur
66 Qui se presse dans l'Amour qu'irise le Temps vaincu
68 Avènement signifiant de notre Eternel Amour
70 Règne d'Aventure nouvelle
72 Des stances du Regard myosotis
74 Mage d'Amour de l'Ambre Eternel
76 Nature l'Amour de notre Respire Souverain
78 Respire de Talisman
80 D'un Temple Souverain
82 Éclos fertile de notre Amour le Nom Sacré
84 Inoubliable Destin de l'Hymne azuré
86 Ame de plus pure Joie
88 D'Avenir l'Enfant de notre Renaissance
90 Amour l'Eternité d'un Regard énamoure
92 Semis de nos Règnes
94 Tumulte enivrant l'existant de notre Amour
96 L'Azur Humain de notre Devenir
98 L'éternel renouveau
100 Hommage, du chant Guerrier le genre né
102 Ouverture, monade fastueuse de notre Chant
 
105 Table
 
 
 
 

À Paris, Le Pecq
Le 19/05/1979
Le 06/08/2004
Vincent Thierry

RETOUR