DANS LA LUMINOSITE DU VERBE

FRESQUES
 
  

DANS LA LUMINOSITÉ DU VERBE

 
  




Des signes Enamoures
 
 
 
 
 
 
 
Voici qu'un cygne nous vient de l'Astre éblouit
Mesure des Cieux l'iris d'un Chant d'énamoure
Éclos du Verbe au silence des Ages sans oubli
De l'œuvre sans mystère qui parle d'Amour
 
 
Des sites éployés la rencontre du firmament
Où vont et viennent les nefs des Îles surannées
Qui délivrent dans la joie le cil de l'instant
Afin d'éclore des vierges essaims la beauté
 
 
Demeures de l'Astre des brumes natales
Dont les vagues sont des règnes majestueux
Pour les sites aux sources d'ambres fatals
Qu'irisent les parfums d'un Royaume fastueux
 
 
Ivoire de féerie dans le souffle de la préciosité
Dont les parfums chantent des alcôves de magie
Afin de les voir naître à la noble destinée
De l'Azur enchanteur dont l'œuvre ne s'oublie.
 
 
 
 
 
 

L'Oriflamme de la Joie
 
 
 
 
 
 
 
Mais voici que la vision s'éclaire de vives joies
Et l'onde à genoux s'immobilise pour ivoire Lois
Les signes féconds qui font du rêve la beauté
Des Sites aux grandeurs éclairées
 
 
L'Ordre de l'Univers accompli éclôt les atours
De la mystérieuse élégance qui toujours
Dans ses volutes s'éclaire d'un vif parcours
Que l'on nomme raison aussi de pur Amour
 
 
Dans ce désir qui pleure un parfum aux senteurs
Enivrées par le songe des rives sans douleurs
Qui fécondent les sites dont les pâleurs
S'estompent pour faire place à l'Ardeur,
 
 
Dessein du Règne aux jouvences majestueuses
Dont les signes s'affrontent dans l'impérieuse
Nécessité des rencontres amoureuses
Dont le site est oriflamme de rives joyeuses.
 
 
 
 
 

Des Signes en écrins fauves
 
 
 
 
 
 
 
Mais voici venir de l'horizon les pluies d'Éden
Leur chant majestueux irradiant l'Eternel
Leur corps voluptueux charmant damoiselle
La plénitude de l'Amour au cil immortel,
 
 
Un vœu de lumière passe en leurs jeux vivants
Tresse des âmes le corail des jours amants
Que les fruits exondes délivrent sentiments
Dans le secret tourbillon des ans
 
 
Éclos des gerbes de la féerie des âges
Dont les portiques s'effeuillent pour naître adage
La pulsion des cœurs et des sens en partage
De l'Aube divine qui se désigne langage
 
 
Verbe de noble face dont les signes en renom
Libèrent des œuvres la pure moisson
Que la Sagesse désigne par le bel horizon
Où se déploie la grandeur de l'Union...
 
 
 


 
 

 
Table


DANS LA LUMINOSITÉ DU VERBE
 

 
Des Signes énamoures 5
L'Oriflamme de la joie 6
Des signes en écrins fauves 7
Iris de la vertu majeure 8
Du Chant novateur 9
Marches écloses 10
Des villes nues 11
Villes en fêtes 12
Signes sauvages des rites 13
Du Cœur vertueux 14
L'insigne sauveur 15
Par les sites d'Azur 16
Que le souffle témoigne 17
Par les rives offertes 18
Des nuées vertigineuses 19
La beauté majestueuse 20
Des Sites d'Or nuptial 21
La gerbe des écumes fauves 22
Le vent de l'Ouest pour parfum 23
Souffle diamantaire 24
Des rêves d'Azur 25
Ambre des mousses bleuies 26
Des verbes la rosée 27
Prisme des jours heureux 28
Écrin des règnes 29
Des signes nuptiaux 30
Ambre et félicité du Chant 31
Désir enchanté des sources 32
Des songes gravitants 33
Cils de la vertu domaniale 34
Cycles de jouvence 35
L'Enfantement du Verbe 36
De l'ambre séjour bienheureux 37
Où vont les signes énamoures 38
D'un parfum d'écume 39
Les floralies du Chant 40
Aube libre par l'ivoire 41
Du zéphyr le souffle puissant 42
De l'Amour conquérant 43
Dont le faste est enfantement 44
De la nue éclairée 45
Libre dessein de l'heure 46
Et l'Aube par ce Chant 47
Des souffles encore 48
Que la vitalité fertilise 49
Demeure de l'embrasement 50
Des signes de moisson 51
L'Empire nuptial des domaines 52
Éclair de la raison 53
De la Luminosité du Verbe 54
 
Table 55

 

  
A LE PECQ
Le 23/12/1989
Relecture Le 24/03/2008
Vincent Thierry

RETOUR