DE JEUNESSE


PRAIRIAL
 
 
  

DE JEUNESSE


 
  
  
SUR LA PAGE VIERGE
 

 

Phrases …
 

  
 
Croyance …
 
 
 
 
Que croyais-je trouver ?
Des déserts, des forêts
Une nuée d’Or sommeil,
Une nuée d’amitié jade
Une nuée sol d’émeraude ?
 

 
 
O Lys …
 
 
 
 
O Lys,
Pur comme l’Enfant
Au sortir de la lévitation,
Gracieux, tel le Corps
D’une adolescente aimée,
Je respire ton parfum
Et mes yeux s’illuminent,
Et mon cœur s’ivre de joie
Au sens de ton hymne !
 

 
 
Fugue ...
 
 
 
Et le piano dans la chambre basse roulait ses accents,
Ceux monotones et mélancoliques,
Aux frénésies du Vent,
Et le violon de sa voix plaintive,
Éprise de doux serments,
Aux fugues solitaires demandait
Grâce éperdue d’un Chant.

 
Jaune, tige verte …
 
 
Jaune, tige verte,
Fleur du Diable,
Jaune, tige verte,
Fleur de l’Amour,
Jaune, tige verte,
Fleur de la Passion,
Jaune, tige verte,
Fleur du Sentiment,
Jaune, tige verte,
Es-tu ma fleur
De préférence ?

 


 
Chant de Nature ...

 

 
De Lumière …
 
 
 
 
 
Les jardins, au soleil, resplendissaient d’une ode Divin,
Dans les arbres bleus se reflétait un ciel pur azuréen,
Leur chemin menait au hasard à la paix ou à la guerre,
Ses rives étaient plantées de l’Or de mille éphémères
 
 
En leur centre, une fontaine grise libérait des parfums
D’odeur forte et légère se mêlant, ivres, aux frais matins.
De jeunes pousses embellissaient
Leurs parures vastes,
Libérant ainsi un flot de splendeur
Sur leur corps faste.
 
 
De partout émanait un sentiment d’énamour que le cœur
Dans son royaume contemplait
De ses vivantes langueurs
Dont les éclats faramineux,
Sources d’Azur, lys, lumière,
Irradient le Vivant d’une force vive
Faites du corps Terre.
 




Chats ...
 
  
 
O Chats,
Petits ou gros, tout en poils délicieux,
La patte veloutée sur la peau des vieux,
Nez retroussé, la langue goulue et rose,
Les yeux minaudant en faisant la pose,
Léchant de la touffe à l’oreille dressée,
Silencieux auprès des floralies fanées,
Parfum de tendresse au ronron familier,
Enceint cendré et chaud de la cheminée,
Vif ou calme, du plus jeune aux anciens,
Tous en boule à la mamelle de ce lien,
Qui fera d’eux le fruit d’Or de couleur
Fidèle et Solaire dans le nuage tisseur
De vastes fêtes sans fin de lendemains,
Comme pour mieux, couronnant l’instinct,
Faire du Temps un symbole d’éponyme
Sérénité, cœur de Vie libéré de l’abîme.
 

 

 
 
 
Table des Poèmes ...


 
DE JEUNESSE
 
 
 
SUR LA PAGE VIERGE 
Phrases
 
 
Croyance ...
O Lys...
Fugue ...
Jaune, tige verte
 
Nature
 
De Lumière
Chats
 
Le coeur du Temps
 
Les Enfants du Paradis ...
Martyr ...
Le château du Lutin ...
La course aux Saisons ...
 
Solitude
 
La vague ...
Le Clown triste ...
Dans ma solitude ...
 
 
Pages d’Amour
 
A l’aube de la septième nuit ...
Oublie moi vite ma chérie ...
Katia ...
 
Pages présences
 
Délire ...
Souvenirs ...
Rendez vous ...
Alcool - Ivresse, jeunesse ...
Vieux paysan
Brave Indien ...
Le Clown ...
Vent d’Ouest …
 
 
 
LE TEMPLE D’HIER
 
Ah! Meaulnes ...
Temps jadis ...
Par course vagabonde ...
Vous m’êtes apparue ...
En ce champ de blé ...
Vous ...
 
ADOLESCENCE
 
Joie ...
Il sera question
Amour, Amitié
Dehors ...
Site …
Une phrase ...
Elle existe ...
Attente ...
 
MELANCOLIES
 
O mon Dieu ...
Le coeur à bout ...
Et les yeux pleins de larmes
Après ...
L’anodin ...
Paysage …
Nous étions ...
Question ...
Du lendemain ...
Parler ...
Mille larmes…
 
*********
 
  

Recueil de poèmes 1971 1972 1973
Classés le 07 05 1977
Dernière refonte 26 06 1983
Relecture 10/01/2003
Vincent Thierry

RETOUR