DE L'AIGLE IMPERIAL

ALPHA
  
 

DE L’AIGLE IMPÉRIAL

 
  

Où l'horizon se révèle dans la nue

 
 

Dans l'aube signifiée des azurs sereins, la pluie d'Or tendrement s'insinue pour offrir au respire le signe du destin qui frappe de son éclair le sort souverain, les arbres multicolores, sous l'hivernale grandeur, perçoivent le son majestueux de ce règne qui s'enfante, la voûte sacrée des nuageuses perceptions se déchire pour d'un talisman désigner les rives incarnées du chant qui dispose et s'œuvre dans une tonalité nouvelle à voir, espérer et enfanter, conscience du lendemain à naître dans l'harmonie, au-delà des sauvages errances où s'enlisent les plus beaux navires comme les plus belles nefs, au-delà des pluviosités nacrées qui témoignent l'oubli de l'espérance comme de la volonté,
 
Le ciel en silence contemple, l'Oiseau lyre lance son cri puis d'un vol éblouissant se jette dans la nue pour s'offrir et s'éperdre afin que vive la beauté dans ses armoiries splendides, un cœur neuf palpite ce rite signifié, ici, où l'horizon se révèle dans la nue, le souffle prend vie et s'enhardie dans la mesure du développement qu'assigne la vertu, onde conquérante délivrant des contingences pour dessiner dans le clair regard la pulsation vitale de la féerie des songes et des mondes, ces Univers ouverts à la pensée qui ne demandent qu'à la voir plonger dans leur aire magique afin de revenir nantie de leur moment de gloire, fresque du Vivant, apogée des signes qui s'inscrivent et se décrivent ...

 
 

La Contemplation du Chant dispose

 
 

De la parure de l'hiver, nous voici donc renouveau, et notre ciel de saison dans la luminosité Solaire qui se déverse sur ces royaumes où nos pas vont et viennent, dans une solsticiale randonnée, évertuent son rite propitiatoire et nuptial, du séjour l'épousée envergure du propos, qui se lève tel l'oriflamme afin de porter au-delà des messages le sacre d'un Vœu, pour le Verbe et par le Verbe, le combat de l'accomplissement qui se doit sur ces surfaces engendrées et témoignées, par les fresques qui dissolvent la mémoire, par les ruines qui alimentent les verbiages stériles, partout où l'ignorance semble vouloir dominer, en tout lieu de l'affliction qui sème le désordre pour augurer le règne du fanatisme et de l'inconditionnelle velléité du paraître,
 
Ainsi, lors que les nuages assombris se détachent de la sphère pour offrir au regard la perception illuminée de la Lumière dans sa parure de beauté, signe de la vertu des heures, où le sacre de l'Harmonie baigne les cœurs dans la tendresse de l'Univers, marque d’un séjour sans durée, dont le vaste promontoire permet à l'Aigle de prendre mesure de son aire, dissiper les scories, alimenter les forces novatrices qui construiront le Cœur de son Empire et de sa Foi en cet Empire qui devient, est et toujours a été dans les sens de sa renommée et de sa gloire, ce monde libre ouvert et inexpugnable recevant la Vie et éveillant cette Vie à son Devenir majestueux, dans l'Ordre impartial de la Voie ...

 
 

Et le Verbe en sa Mesure

 
 

Féerie des Temples en éveil, le Sage marche les degrés de leur force naturelle épanchée, ici du marbre altier se façonne le Monde du Verbe, sa raison éclate dans les volutes des frontons où se lisent les pluralités de la beauté comme de la justice, l'incantation de la divinité et sa florale renommée, chaque marche gravie témoigne de la noblesse du songe qui se développe dans l'Esprit serein de l'impétrant, il n'y a de place pour le désir comme pour la douleur comme pour le plaisir, tout doit être compris et regardé avec un regard impartial et connaissant, dessein de la luminosité à engendrer et des ténèbres à juguler, l'Œuvre de la Vie étant maîtresse du sens de cet Etat de Souverain,
 
Au plus haut se tient le Cœur Vivant dont la pulsation est déterminée par les fresques conjointes des temps engendrés par chaque individualité, regard suprême de la volonté Humaine, il détermine la participation active de chaque Templier dans les domaines les plus divers allant de la matérialité la plus désertique à la spiritualité la plus noble, afin que dans l'Unité l'Égrégore de ce Peuple Gardien figure l'Harmonie, dissipe les velléités et engendre la pureté de la destinée, au-delà des voiles qui brisent de par leur latitude les efforts de l'Humain à la perfection qui se doit de par sa nature Ultime, au-delà des forces entropiques qui dissolvent sa marche Impériale ...

 
 

 

 
Table


DE L'AIGLE IMPÉRIAL
 
 
 
Où l'Horizon se révèle dans la nue 5
La Contemplation du Chant dispose 6
Et le Verbe en sa Demeure 7
Dans la splendeur de l'Aube retrouvée 8
Où notre Amour se révèle 9
Dans la nue féconde 10
De la Renaissance 11
Les Cils éveillés de l'Aube Azuréenne 12
L'Enfantement du Verbe 13
Dans le Déploiement de la Vie 14
De l'Aube novatrice le reflet 15
L'Enfantement du Verbe 16
Dans la nue novatrice 17
De l'Œuvre féconde 18
L'Ambre satin du rêve 19
Des villes anachorètes 20
Le Souffle du Chant 21
De l'Œuvre exonde 22
L'embrasement du Chant 23
De l'Amour Rayonnant 24
Que l'Orbe devise 25
Dans l'Esprit Conquérant 26
Des Heures Naturées 27
L'Enchantement du signe 28
Du Souffle Souverain 29
De vive arborescence 30
Dont l'Orbe nous parle 31
Dans la mémoire des heures 32
Du Feu la Devise Solaire 33
Des Signes en répons 34
La Symphonie Diamantaire de l'Aube 35
Moisson d'Éveil et de plénitude 36
Dont l'Iris perce les plus hauts remparts 37
Levant du Rêve qui règne en Maître 38
Qu'une Liberté devise 39
Des mots en espèces les feux cendrés 40
Rayons dans les Cieux 41
De l'Idéal supérieur 42
Le Jardin majestueux 43
Du Cœur des talismans 44
Les Sources d'Ivoire 45
Les mille floralies engendrées 46
Dans l'Azur de la plénitude 47
L'Écrin de l'Aurore 48
D'une Aube Vierge 49
Où vont les rêves des Étoiles passagères 50
Du Temple la forge de l'Élan majeur 51
L'Éclair de la Conscience Divine 52
Iris des Chants 53
De l'Aigle Impérial 54
 
Table 55

RETOUR