DEMIURGIQUE



D’UNIVERS
 
  

DÉMIURGIQUE

 
  

 

CLARTÉ DU SONGE


Que la nuit et son chant nous portent au rêve, le lieu de sa superbe autorité, aux vagues profondes de la nue et de ses serments, aux vastes forets comme aux orées les plus flamboyantes, là ou le ciel de feu éclaire de sa lumière l'onde et sa magnificence,

Clarté du songe l'iris de toute fenaison, aux lacs d'Or ou se baignent la jouvence et la fertilité, ou s'assignent aux barques de cristal les Etres de parfums dont l'aube rayonnante fulgure le Temps comme l'Espace pour en porter le secret azuréen,

Stance en l'Amour, Stance en l'Éveil des multiples voix dont les âges en paroles suaves libèrent la volonté de l'espérance comme la parure de la victoire, correspondance des forces aux mages élans de la portée des seuils ivoirins qui enchantent ce préau nocturne,
Diurne en la saveur l'efficience de la Volonté d'Etre en l'aube ce recueillement et cette félicité dont les marches gravies enseignent l'éclos vivace d'une première ascension, parcours d'un Temple dont la gravure intime ranime l'essor et sa vaillance en les nuées,

Nuées d'hier, contemptation des secrets dans le mystère des lagunes, des mystères dans le secret des rivages, haute parodie dont le jour n'a cure si tant l'impatient Éveil par toute mesure de la Nature et de son fruit, l'Humain perceptible, Cœur du Vivant Terrestre,
Moires aisances disparues en l'agonie de l'ignorance et de ses fléaux, laissant place à la pure incandescence du firmament et de son aurore limpide, que l'Etre Vivant désigne dans la vertu majeure de l'écrin, Royaume des Cieux et de la Terre,

Que l'onde mesure dans la fulgurance de l'Or matinal, ici et là en la parité des cœurs et l'ensemencement des fleuves, désinence de haute Voie, d'un accueil frontal l'éternité de l'Etre par-delà les sphères et les Univers, l'Univers le signe de son accomplissement,
Age en force de l'enclume, l'ivoire fertile le seuil de sa randonnée et de sa forge, sens de toute floralies comme de toute animation, l'épure Sage le signe vaillant que la marque enseigne en la Volonté inexpugnable de l'Etre Maître de son Destin et de son Hymne,

Éveil à la pure incantation comme à la pure Action, de l'ambre les mille fêtes de son Chant en l'Aube naissante du Vœu le plus sacral, celui de la rencontre de l'Absolu et de ses forces novatrices, enseignement de l'Hymne dont l'Or Salutaire Suprême attend l'Éveil…



DE LA SAGESSE VIVANTE

 

Des marches du lilas avions nous aux remparts des marbres livrés un combat de fenaison,
Ivoire des sources habiles les lèvres de grenat des ors que délivraient les sphères agenouillées,
Libre étreinte dans la guerre des signes sous le vent, qu'une haute force enivrait, captive et libre,
Correspondance des lyres et des harpes légères que les sens révélaient au parchemin d’une alcôve,
Notre course en saison, notre fête en raison, et l'espace de ce Rêve superbe, l'étonnant rivage glorieux,
Présence, sans halte, des vierges élans la pensée et le rythme propitiatoire des prières sur les dunes,
Oracle, le Destin sans brume dérivant aux étoiles de Midi le sépale d'un sourire et de son chant,
D'un accueil enjoué aux myrtes et aux glaïeuls dont la mémoire s'enivre pour se parfaire,
Lys du songe aux éthers diluviens, chatoyants et clairs dont les masques fragiles contemplent un secret,
Templier, de l'Or Spirituel le gardien, sceau sacral au rire des nains déchus de leurs charges d'Or,
Le cri de l'Azur témoignant un fastueux message, ivre de l'Hymne et de son épure guerrière,
Répond des clameurs et des souffles sans inquiétude, répond superbe en le cil parfait de l'onde diamantaire,
Le fruit des jours et des nuits, sans repos, livrant un signe de moisson en son chœur admirablement éclos,
Qu'assiste l'écume aux vastes prairies de l'Océan et de ses Terres, l'Astre sans oubli demeure,
Le nombre d'un équipage en sa volonté d'iris dans la fluviale avance des jeux du hasard et de la Nécessité,
Enclos du Règne et de ses fresques tumultueuses dont l'Enfant s'abreuve pour connaissance Mage,
Et nous avions respire de ce Temps, l'espace d'un jeu comme une révélation distincte de la Sagesse Vivante ...



L'ENFANTEMENT

 

Couleurs en semis des vertes vallées ou s'en viennent d'aventures en aventures, multipliées, les nids d'Oiseaux rares et fertiles, l'orée du Chant au cri mystique de l'Horizon et de ses serments, clameurs de la Vie, clameurs d'offices aux prières de hauts faits, Ames du Vol de l'Azur des joies souveraines qui vibrent tous les sens de l'affine certitude de naître le Règne des Vents, de l'Équinoxe comme du Solstice, le front pur des lacs Solaires ou l'hymne serein des Ages s'alimente,

Couleur aux rites des sevrages dans la méticulosité des fastes sans arrogances, des cimes sans orgueils, l'Empire en marche Éveil de toute promptitude comme de tout Honneur aux vastes ailes de l'Amour en leurs jeux d'ivoire, que l'onde souffle en le miroir des portiques, déclame et sanctifie, émeraude d'un cœur dont la Terre matricielle correspond le Dire de Monarque, éclos des sources au firmament du Monde de l'écume d'un essor fabuleux, exacte dimension de l'ascension,

Couleur de mille faces en les grâces de l'aurore et de l'aube chatoyantes, le miracle de jeunesse alimentant ses sèves anachorètes comme ses Songes de Voyant au rire clair que les dunes de l'Océan vermeil dansent dans le clair espace qui sombre la nuit et éveille le jour, douceur d'alcôve, douceur somptueuse des Actes prairial dont les signes écarlates stancent un Sacre, portée des fleuves aux nénuphars argentés que le couronnement distille aux fresques de l'enchantement,

Couleur d'enfantement au miel de l'Horizon, feu de l'ambre qui parle en nos mémoires du renouveau et de son Ciel Souverain, l'Iris forge de la sensation de l'ultime révélation, Naissance en son orbe de frissons dont les Sages élans raniment toute pensée en leur équilibre comme en leur pulsion, dénomination de l'œuvre, chant de fête dont les sillons éclos embrasent le firmament, insigne par les Temps de la désinence qui veut le Rêve à la porte du Réel, à Naître et flamboyer ...




TABLE


DÉMIURGIQUE

 
* Clarté du Songe 5
* De la Sagesse Vivante 7
* L'Enfantement 9
* D'un Sacre 11
* Chant de l'Œuvre 13
* Que nos sens animent 16
* Démiurgique 18
* Que l'Onde en son souci 21
* Vient de naître 23
* Des Vierges Iles 26
* Dans la Luminosité des Cieux 29
* En l'Univers 31
* Esprit du Chant 33
* Eaux claires de la Vie 36
* Talisman Frontal 39
* De l'Agir 42
* Qu'une Ame révèle 45
* De Gloire l'Enfantement 48
* L'Éternelle Demeure 51
* De l'Unité Sacrale 53
* En ce lieu de la Terre 55
* Qu'iris la nue exonde 57
* O Force Souveraine 59
* Du Verbe qui renaît 62
* Respire de tout Avenir 64
* Qu'ivoire le Temple 66
* D'Etre par l'Etre 69
* Vois 71
* Règne du Chant 73
* Règne 76
* En la Divinité Suprême 78
* L'Élévation 81
* De toute Vie 84
* Quintessence 86
* Dans la Solitude 88
* Des Chants de la Nue 90
* La Stature 92
* De Haute Chevalerie 94
* La Chevalerie Antique 96
* Cristal 98
* Du Temple du Soleil 100
* D'Or novateur 102
* Et déjà l'Eternité s'achemine 104
* Renouveau 106
* Dans le Dépassement 108
* De l'Etre 110
* Verbe éclos et compris 112
* De notre Devenir 115
* Libre détermination 117
* Du Verbe l'Empire 120
 
Table 123
 
***

 

A Le Pecq
Le 15/10/1983
23/06/2004
Vincent Thierry


RETOUR