D'ORBES

HORIZONS
 
  

D’ORBES

 
  

 

Heure fatidique ...


D’insigne bouclier d’Or, se levèrent tel un vaste voile qui glisse sous le vent, les Armées du Silence, à leur tête, monture auréolée d’azur bleuté, le Dieu des Cites désignant l’avance de leur parcours, le gouffre d’inquiétude,
 
Ceint d’immenses tables dressées, profusion de vins et de nourritures, où, invités de toujours, les Géants casqués s’affairaient, foule de transe buvant et mangeant, s’accouplant et riant, le visage vierge de la moindre éthique, la conscience noircie par les toasts portés au vénéré Cham, Dieu des vices et des libations lubriques,
 
Déferlèrent ce rite, au grand galop les Armées, renversant les tables de granit, délaissant derrière elles les corps ruisselants de sueurs et de sangs des vaincus, sort des terribles lances du Royaume des Cimes,
 
Sans hâte, prirent le chemin du retour, un instant bénirent ce lieu de sacrifice, lieu de sortilèges où tous les carnassiers Humains trouvaient refuge jusqu’à l’heure fatidique du jugement de Graam, le Dieu du Silence...


 

Entre les Monts...

 

Tels des ambres, ils allaient leur chemin aux configurations de l’Astre, cherchant l’horizon de la Sainte Élégie, celle funeste qui leurs redonnerait les serments allégoriques de la nuit, leurs pas, accordés dans un même rythme libéraient la poussière des tombes d’argiles, leurs mains, jointes, dressées vers je ne sais quel soleil noir sous le faisceau des algues brunes, lançaient des appels aux multiples rouages de la pensée divine et nocturne afin d’assouvir les oracles du prestige, leurs yeux, portes ouvertes sur les mensonges et le trépas, dans la finalité présente de l’Univers, corrompaient le reste des étoiles en faisant chavirer leurs restes fumeux dans des méandres diaboliques, leurs corps, maigres et déchirés, aux vertèbres déchiquetées, avançaient dans le clair des nébuleuses en faisant des bruits invincibles et terrifiants, tels ceux de deux armées en délire s’affrontant...
 
Entre les monts, ils se laissèrent aller car la fatigue des marches les comblait d’un languissant sommeil. C’est alors que du milieu de la planète torturée, apparurent des cavaliers somptueux, armes au dernier soleil resplendissant de toutes couleurs, montés sur des chevaux harnachés d’or, safran qu’une terre noire frisait de roche blanche sous leurs galops fougueux. Leur cri fut le réveil des squelettes,  répond du même rythme de folie, ardeur d’une terrible curée, lutte infernale aux regards luisants de terreur, désorganisant les hordes pour les clamer d’un sang triste et noir,  assaut d’une brève victoire lors de l’explosion gigantesque de la galaxie, des rocs mendiants investissant le champ de bataille, détruisant, tuant, balayant tout sur leur passage de zéphyr, épure du cri des rescapés des armées ennemies...
 
Au large, enceint d’un cachot empli de chauves souris, le Silencieux d’outre tombe, se rengorgeait de l’hécatombe, son pouvoir s’ennoblissant par cet acte barbare, toujours prêt pour la défiguration des sols et l’oubli de la réalité, car conquérant de fauve mort!...


 

Se tut l’Apocalypse...

 

Rouge et noir aux instants jaunes de l’éclair, le brasier des cieux poursuivait sa route au gré du vent violent qui sur son passage immolait toutes les issues de la Terre,
 
Sous ses secousses le sol vibrait de mille jets, linceuls de Vie et de matière éclaboussant l’au-delà, fusion irréelle, aux portes de l’abîme, il avançait le temps en détruisant l’espace,
 
Avec rage la mer déversait ses flots le long de son rivage, ceux-ci, nantis de la folle espérance d’un renouveau tentaient de leurs longues langues fraîches de préserver les restes de ce qui avait été, éteignaient les flammes de cet enfer faisant ainsi naître le fumet du large met qu’autrefois les Anciens avaient nommé Civilisation, et dont ce brasier se nourrissait,
 
Lors, l’Apocalypse se tut...


 
 

Table


D’ORBES 3
 
Heure fatidique... 5
Entre les Monts...6
Se tut l'Apocalypse... 8
Que la question demeure... 9
De l’Espace... 10
Pour ce Navire perdu... 11
D’Orion le message... 13
La Naissance... 14
Île altière... 16
De parure Humaine... 18
Appel... 19
De la Vie... 20
Force Naturelle... 21
D’Univers instauré... 22
Le message des Etres... 23
Etre de plus grande marche... 24
Renaissance aux Ages... 25
De haute tonalité... 26
Cri de Guerre... 27
De notre Histoire... 29
Hymne de Sang... 30
Chant d’agonie... 31
Victoire secrète... 33
Couvant sous la cendre... 34
La mort des Princes... 35
De l’Inquisition... 36
Des croyances nouvelles... 38
Martyr du plus martyr 40
Le Nombre... 42
Dans la neige et dans le sang... 43
Le Cygne... 45
De l’Étoile... 47
De l’Esprit...48
La Voix... 50
Du Verbe... 51
Cycle feu et ambre... 53
Souvenir de Gloire... 54
De la Voie... 55
Aux jours de fauves brumes... 57
Le Sacre Chevalier... 58
Volonté d’Etre... 59
Invincibles... 60
Guerriers de la Paix... 61
Des Neiges héroïques...63
De l’Empire des Temples le retour…66
Du Plus grand Chant d’Or... 68
Aube... 69
D’Avenir inconnu... 70
Car... 71
Signification symbolique... 73
 
*********
Table 75


  

À Paris le l2/l2/l977
A Le Pecq le l7/ll/l984
Refonte dernière le 27/04/2003
Vincent Thierry



RETOUR