D'ORIFLAMME SOUVERAIN

OMÉGA
  

D’ORIFLAMME SOUVERAIN

 
 
 

Rives témoignées

 
 
 

Rives témoignées des Ors souverains que l'iris répand aux surfaces d'ambre et de lumière, ancestrales dans leur dénomination, éclair du Chant qui passe, que la profondeur des rites éclos sans mystère dans la prononciation du Vœu, charnel essaim du destin qui frappe à la porte de l'imaginale perception, voici l'Œuvre en son tumulte, des vagues d'azur le souffle de l'harmonie le cil de vertu, et des marches à propos, sans refuge, le clair sillon qui s'alimente, onde nouvelle à voir par les stances engendrées, de la préhension le signe novateur fécondant l'Univers de ses hymnes souverains que le songe déploie, que le rêve éternise dans un règne de floralies
 
Dont les orbes vifs flamboient une demeure de Vie, respire dont la beauté, éponyme des surfaces de l'Amour, embrase les sens de l'aventure ouvragée, insigne du Chant porteur, haute noblesse dont la course vient éloquence une voix de parole rare, majesté des mondes et florale renommée, cristallisation intime dont l'éclat dans le prisme de la pensée délibère les fractales mesures de l'éternité féconde, instance de l'aube des fruits de la joie au berceau qui s'éveille pour donner à la splendeur d'Etre le rayonnement qui forge la destinée d'une épopée et non seulement l'écume d'un séjour, et non seulement le frisson d'une heure mais la parure de l'Eternité dans son injonction suprême et signifiante de noblesse azuréenne...

 
 
 

Iris du firmament

 
 
 

Irise du firmament des algues bleuies l'onde vagissante, où dauphins de nacres s'enlacent, circaètes du sort souverain, par les blés de l'Océan mugissant de calmes éclairs dont les sources blondes sont des semis de mystères d'opales et de gemmes, trésors secrets de haute aventure par les houles en parcours, dessein de l'âge passant ruisselant son nectar sur toutes faces émerveillées par les rites de la jouvence aux marbres élancées des rives adoucies par le destin du songe anachorète, fruit de grâce délibérant la nef cristalline du temps nu dans l'or nuptial déploie des ailes de grenat pour offrir la vertu novatrice de l'élan grave de la beauté dans une source de joie fécondée,
 
Signe sans austérité poudroyant l'Univers de nobles écrins, écrits du vent et de la mer, écrits vastes et diurnes dont le souffle s'alimente de coralliennes effervescences, fastes et rebelles, danses et souveraines, aux marches triomphales que l'écume improvise par les règnes de la nue éveillée, venir reconnu de la fertile renommée, aube dont le principe merveilleux, cil du vivant, instaure dans le regard une lumineuse perception, du Dire comme de l'Agir, stance libre et votive qu'une espérance incline à la candeur comme à la préciosité, marche à naître et renaître pour éclairer le devoir qui s'enchante et s'initie dans la moisson des heures magnifiées...

 
 

 
Villes en royaume
 
 
 
 
Villes en royaume des lacs de brumes et de satins, en corps de la beauté qui marque de son rayonnement mille flots vainqueurs de cités, qu'existe le fruit du Chant dans la destinée dont l'œuvre sans mystification étonne et déploie par les siècles ouvragés, que l'onde apprivoise et enseigne au large essaim de la préciosité, des rêves exonds dont l'affine vertu culmine les principes d'une densité éclose, ivre et dense de la gloire des hymnes du passé comme du présent, dans la féerie divine, éloquence d'un rivage ou accostent des nefs de corail dont les flancs sont habitacles de parfums et d'ivoire, de passementeries et d'ornementations fractales nées de puissance,
 
Éclos des songes que l'Univers insigne détermine aux règnes ouvragés conquis par la volonté des Etres de ce temps, volonté œuvrant des latitudes claires à l'espérance et la candeur de l'Amour, sans détresse, sans larmes, tout de puissance dévoilé dont le site fier énamoure sa vitale harmonie dans des heures ouvragées que le respire lui même contemple en secret afin d'offrir par le souffle de l'éclair la portée d'une dimension nouvelle à voir, épure du propos au-delà de la gravité et des formes informes qui stagnent, l'épopée d'un Chant souverain dont la finalité déploie ses ailes sur un horizon magique qui s'emploie à la pure désinence de l'harmonie...

 

Table
 
 

D’ORIFLAMME SOUVERAIN
 

 
 
Rives témoignées 5
Iris du firmament 6
Villes en royaume 7
Règnes éveillés des anachorètes 8
Fleuves d'Ors parmi les Temples 9
Des rives de la nue 10
Respire des aubes en sépales 11
Dans la rencontre de la nue 12
Mais voici qu'un ciel 13
Isis en la nue d'Or 14
D'hier et d'aujourd'hui 15
Cils en fête des rêves éveillés 16
Dans la mesure du Chant 17
Devant la fulgurance du destin 18
Des cils convenus la parousie des sens 19
Hymnes sous la pluie 20
Domanial respire des heures 21
Et nos joies et nos peines 22
Dans le jeu de l’Amour 23
Et des nuits d’Éden 24
Qu’irise la gerbe du corail 25
Et nous sommes venus 26
Où l’orbe est demeure 27
Mantisse de la pluie d’or 28
Dans la volition du propos 29
Qu'Isis la nue de l'aube 30
Des aires de la nue l'empire 31
Visiteur de la pluie Occidentale 32
Écrin de l'Aube de l'éveil suranné 33
Ivoire des règnes en éclats 34
Qu'éploie le firmament 35
Et l'aube dans ce parfum 36
Où l'œuvre demeure un respire 37
Mais que la joie demeure 38
Floralies des hymnes 39
Et l'orbe en séjour des algues amazones 40
Sans souvenirs des brumes natives 41
De vagues en vagues 42
Que l'aventure de la Vie témoigne 43
Épure du flot dominant des Ages 44
Moisson en règne des rêves 45
Des armes sans regrets 46
Écume des joies et des silences 47
Des nuées d'opales 48
Cils magnifiés dans l'exondation 49
Prismes de la pensée 50
Sur cette Terre qui flamboie 51
Où la pensée s'anime 52
Des sites en armoiries 53
Où le sort s'accomplit 54
 
Table 55

 
  
 

A LE PECQ
LE 21/09/1990
Relecture le 24/03/2008
VINCENT THIERRY

RETOUR