D'UNE ODE VIVE

REGARDS
 
  

D’UNE ODE VIVE

 
  

 

Indivisible…

 

Aux éclats de Vie qui frappent le visage de l’Enfance, aux rythmes d’antimonde qui soudoient l’Univers, se déclame le feu de l’Indivisible, Indivisible de la Pensée qui hors de la passivité, hors des regards atrophiés par la nuit des temps, cherche sa vérité dans le songe des grandes Sphères, puis agit son Verbe découvert au sein de l’Universel, Indivisible de l’Ame juste qui sous le joug se meurt, car les prédateurs, aujourd’hui, se comptent par millions, Indivisible de la Vérité qui renaît malgré les chaînes qui la lient, car elle se prévaut de leur sort par le jeu de son Verbe dont l’Action, au futur de son Chant, éclatera dans l’Aube pour toujours, Indivisible, Verbe haut dont les rayons de lumière, vent porteur, balaieront à jamais sur leur passage la gluante vermine des obsédés de troupeaux, Verbe, seras-tu le Verbe de la Conscience de notre Temps ! Renouveau du plus vaste Verbe, le Verbe de l’Etre et de l’Humanité accomplis !

 
 

Ce Chant ...

 

Le jour s’amuse sur les baies claires, vogue une source rare dont l’âpre parfum au ciel d’iris conte le charme d’un mot disparu ; un mot de révolte de long parcours dont l’esprit fixe les chemins comme pour mieux en appréhender les surfaces, un mot simple dont la libération, souple enfantement, marche des crevasses aux monts torturés, un mot symbolique dont l’image seule est faite d’imagination ; pernicieux est le temps aux remparts solides de son chant, rocs d’essences pauvres où la soif à leurs rides coule un manteau de sang et de larmes, indifférence dont s’abreuve l’esclave aux portiques de tourelles gravées de sillons d’or malade ; Ô Chant dont les Odes délivraient l’Amour aux flots de l’Océan fertile, chant d’espoir fuyant les continents pour retrouver le calme d’un songe, chant Solaire délaissant le gouffre pour la puissance Humaine comme le mortel l’Ame pour l’épanchement d’un secret, qu’il fût Verbe, je l’accorde…

 
  

Ainsi…

 

Ainsi, de peut-être encore plus loin, vagissant, je me souviens de ce Chant, Hymne de Terre profonde réclamant le corps épanoui, osmose de la divination réelle, Matière Spirituel, sève essaimant la Galaxie, fruit stellaire et multiple dont la division dans l’indivisibilité naîtra l’Espace, Dimension nouvelle, approche du sublime de l’Absolu… Mais ce n’est encore aujourd’hui, car aujourd’hui comme hier ne sont que Temporel, issu du souffle Spirituel, avènement du Spirituel, éclos du Spirituel dont les multiples dimensions successives s’approchent de la réalité Universelle…

 

 
 

Table
 


D’UNE ODE VIVE
 

 
 
Indivisible 5
Ce Chant 6
Ainsi 7
Textes 8
D’une Recherche 9
La Recherche 10
De l’existence 11
Qu’il m’en souvienne 12
Des grands méridiens 13
Toutes Villes portes ouvertes 14
Démarche 15
D’une Ode vive 16
Diaphane 17
Je parcourais 18
Chants d’Éden 19
Le fleuve Vivant 20
Temple 21
D’Athon 22
J’en garde le souvenir 23
D’un voyage inconnu 24
Forces d’exceptions 25
De l’état Créateur 26
Victoire d’Azur 27
De notre infinie réalité 28
Qu’une pure Détermination 29
Éclose en l’Azur 30
Naissance 31
D’une Monade 32
L’Énergie du Devenir 33
Terre de vaste Dimension 34
Voix 35
De l’Universelle beauté 36
Si grande surface d’Amour 37
Dans le Vent 38
D’une Gloire présente 39
L’écrin guerrier 40
De l’Etre 41
Le fleuve torrentueux 42
Naissance d’un Hommage 43
Appel 44
D’un rythme Solitaire 45
Degré d’une Victoire 46
Certitude 47
Fascinante 48
Degré Symbolique 49
De nos chants 50
Le grand Nom 51
Chant d’Humanité 52
De plus hautes Terres 53
Essor Noosphère 54
 
Table 55

 
Paris le 11/11/1977
Le Pecq le 3/09/1983
Le 02/08/2004
Vincent Thierry

RETOUR