FORUM III

FORUM III




  
 


Où l’Aigle devise la pensée profonde de l’aire qu’il dévoile, se tiennent foules denses les stances de la Vie, ces ordres de la nue qui virevoltent les lagunes en sommeil qui fondent le temps, l’espace, avant l’Éveil, l’Éveil fracassant les rimes et les chants, les complaintes et les hymnes, dans un essor fabuleux destituant les rives de la nuit…




Le sida intellectuel


 
 
  



Le sida intellectuel frappe ce monde d’une manière exponentielle, livrant en pâture la moisson humaine à un nid de serpents incontrôlés qui, profitant de ce mouroir de l’intelligence qu’il créé de toutes pièces, en profite pour instaurer son carcan de fer, de feu et de sang sur une humanité avilie, bestialisée, soumise.
Mais qu’est-ce donc que le sida intellectuel ? Le sida intellectuel est le moteur non pas de la raison et encore moins de l’imagination, mais de la virtualité de l’intelligence.
Je m’explique : l’Etre Humain est doué d’intelligence d’une manière innée, ce qui lui a permis jusqu’à présent, de part le contrôle personnel de son imagination tempérée par la raison, de se hisser, tout en luttant avec acharnement, au seuil de ce que je nomme la nature spirituelle, étape de son développement lui permettant d’accéder à un degré de transcendance individuelle potentiel, et conjointement lui permettre ainsi de participer à l’épanouissement du généré, soit pris dans son ensemble, les Etres Humains. La formalisation de cette étape est œuvre de l’évolution de l’Humain par les champs de temps qui s’inscrivent en cet espace commun de la Terre que nous partageons.
Cela bien évidemment, vous l’aurez remarqué, n’est malheureusement pas le reflet du fruit escompté dans ce petit monde. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que l’humain souffre d’une maladie qui lui a été inoculée, le sida intellectuel.
Ce virus multiforme, est contingent d’un certain nombre d’atrophies mentales que nous énumérerons progressivement lors de notre analyse. Cette contingence elle-même est le fruit d’une liaison anthropomorphique médiane qui trouve ses supports dans le passage incomplet de l’état osmotique naturel humain à son état symbiotique transcendant.
Regardons l’Etre Humain dans ce qui le compose, nous y trouverons, le Corps, l’Esprit et l’Ame. Ces trois dimensions en harmonie sont symbiotiques, composante d’une rémanence formelle individuée et générée qui mène l’Etre Humain vers son potentiel de transcendance. Lorsque les liaisons entre ces trois forces sont obérées, elles sont le fruit d’une osmose qui indifférencie l’humain tant du minéral, que du végétal, que de la faune, état brut sans rémanence formelle sinon celle de sa propre désintégration.
Nous voyons déjà se dessiner en fonction de ce qui est précité où se situent les dysfonctions temporelles en l’humain qui permettent l’agression du sida intellectuel exprimé dans le cadre de ce chapitre : dans l’atrophie d’une des composantes de l’humain, atrophie ayant par rémanence générée donnée naissance à des typologies humaines que nous désignons par primitives (médiane corps âme), matérialistes (médiane corps esprit), spiritualistes (médiane esprit corps).
Le sida intellectuel s’insinue dans ces trois failles, renforçant par ses degrés de virulence les atrophies désignées qui ne permettent plus l’évolution, mais l’involution globale, parachèvement de la destruction de ce qui ne correspond à rien dans le sens de l’évolution de la Vie. Mesure providentielle pourrions-nous dire, mais pourquoi donc l’Etre Humain existe-t-il toujours ? Tout simplement parce que les actions individuées ne sont pas additionnables mais multipliables, et à partir de cette invariance, on peut mesurer que la probabilité de naître la symbiose des dimensions humaines au sein d’un groupe humain est inévitable par complémentarité. Cette probabilité ou rémanence formelle induit l’existence donc d’une quatrième typologie humaine que je nomme universaliste. Elle permet de circonvenir aux défaillances des précédentes.
Pénétrons maintenant un peu plus profondément la pandémie : si nous considérons que le devenir humain est prononciation de la symbiose de ses dimensions, nous voyons que cette symbiose peut-être controversée et même annihilée par les prétentions des atrophies énumérées en un lieu, en un temps, mais jamais globalement car comme précitée relativement aux actions tant individuées que générées, il existe toujours dans le creuset de la rémanence exprimée un potentiel pour accéder à la symbiose, soit naturellement, soit par complémentarité des typologies énumérées, de fait nous le pressentons, il existe une nécessité qui dépasse l’orientation humaine, qui est propre à la Vie, une nécessité immanente qui inscrit en ses propres déterminations les anti corps lui permettant d’assurer sa survie !
En conscience de cette pandémie et des antis corps qui la contestent, nous mesurons aussi, et cela est important que si la maladie est grave, elle n’est pas mortelle pour l’humain pour la civilisation humaine, pour le devenir humain.
Nous voyons ici qu’il est donc possible de lutter contre ses carences, ses dérélictions, ses nébuleuses, ses paroxysmes outranciers, tous les espaces que cette maladie conquiert en assise qu’elle est d’un leurre pharamineux, qui est-celui de la virtualité et non de la réalité.
Virtualité maître mot de la pandémie, qui joue aux fronts tant de l’intra personnalité que de l’extra personnalité de l’Etre humain, et notamment en ses dimensions cognitives, l’Art, la Science, la Philosophie, qui sont ses degrés d’expression, Art, ce jour réduit au nanisme, Sciences létales en leur paraître, Philosophie cantonnée dans l’abstraction du nihilisme le plus pernicieux, voies enfantées par le sida de l’intelligence qui érige ses dogmes sur les atrophies désignées, chancres de l’oviparité la plus puissante, celle de la destruction et de ses synonymes.
Prenons-en à témoins les caractéristiques des typologies prononcées. Le primitif accorde toute puissance aux faits naturels, s’accordant à la peur et la terreur comme la sangsue, divinise la force et dans sa carence à promouvoir, à dépasser son stade initié, se réfugie dans une phénoménologie putride, basée sur ce qui lui apparaît comme le plus noble, le cantonnement et la dissociation, vertus animales par excellence, qui poussées au paroxysme le rendent à son image. L’Art en son rayonnement s’épuise de lui-même dans une tentative de représentation qui n’a d’autres promotions que celles de ses besoins élémentaires, sexe, nourriture, gardiennage tribal, arborescences lui permettant de mettre en œuvre quelques composantes de la nature, toujours dans le cadre d’une pratique immédiate, répétitive, instinctive dirons-nous, gage d’une philosophie brutale où le religieux prédomine, une religion irréfléchie, religion de la terre, chtonienne par essence, livrant l’humain à l’infantilisme le plus attardé comme le plus abrutissant. Voie royale de l’esclavage et de la soumission, deux principes qui seront utilisés par les deux typologies qui suivent afin de façonner leur univers.



INITIATIVE ARTISTIQUE
 
 

Des signes


 


Des signes s’en viennent à tire d’aile, dans la joie féconde des lys harmonies, libre joie de parcours suranné où l’onde bue est un calice de sépale, danse diaphane amazone rompue au sort des écrins, là où les feux antiques se prononcent, clameur du jour aux dunes escarpées, par ces mondes de miel, d’azur, et d’instantanéité, véhicule des pluies vagabondes, de ces houles de promesses qui vont et viennent la densité des règnes, là, ici, plus loin, correspondants la fertilité des joyaux au couronnement frontalier, de pluies de gemmes l’incarnat, le rubis, au prisme des agates semis des ambroisies aux sèves fières et parfumées, festives langueurs des souffles adulés, fêtes de la nue, de l’enchantement de ces préaux de romarin, de l’enfantement qui sourd la prééminence du verbe et son état, danse à midi, danse à minuit, dans le vertige des algues blondes, qui sans sursis, s’épanouissent et se conjoignent pour offrir ce vœu souverain d’être dans le vent, d’être encore et pour toujours le rêve sablier de la jouvence et de ses œuvres, pâmoison d’une secrète ardeur, des impérities l’aventure qui s’inscrit, aux sages bruyères, dans le pré gracieux des ordonnances millénaires, chênes en frises insolentes répercutant les ondes en majesté, iris de la volonté qui s’initie, se développe, s’enrichit et se parfait, vaste flot et tendre élan libérant les senteurs de toute moisson, alors qu’en la pluie solaire se dresse le firmament, des hymnes en débat profondeur du rythme…


 
 

INITIATIVE CULTURELLE


Architectonie


 
  



Où l’ambre en ses mystères, ses écheveaux, de mille et mille parfums surannés, s’en vient, gravissant les fertiles demeures, orbes majeurs d’une architectonie sans failles, se tient le lieu, couronné de sa gloire aux précieuses arborescences, diaphanes accomplies que l’âme sereine contemple, nef d’un sourire, nef de la joie partagée et adulée dans l’accomplissement du vœu, d’Etre, d’essaimer, navigateur de la nue, aux préaux olympiens qui rivent les firmaments dans cette portuaire dimension où l’onde est un miroir, une histoire, une devise mais aussi une force, voyageur de mondes exondés, puisatier des racines et des cieux qui dévoilent la présence inoubliable, celle de cette ramure voyant des mondes l’enfantement, la cristallisation, opérandes souveraines que les talismaniques vertus, les prières opérées, ne peuvent contraindre, car libre de leurs semis, libre de la pure liberté qui soit donnée, celle de l’Absolu, heureuse certitude unie à la fenaison des signes, là, ici, plus loin, dans des clameurs et des rires, des fêtes sous le vent et des chants au dessus des eaux, souffle définissant sa vitale appartenance, loin des cris stridents des atrophies et de leurs devises, ces esquifs de la douleur qui se décomposent sous son ardeur solaire pour laisser place à la paix, paix native, éblouie du sommeil passé, de l’aventure à naître, précieuse ornementation saillissant l’éternité pour en conjuguer l’essor et la vitale harmonie, danse à midi, danse à minuit, libérant des faunes escarpés les desseins du vivant, acclamé renouveau, Humain en ses éléments en symbiose, Humain encore des forces de l’Esprit enseigné aux confluents de l’Ame délivrée, épure substratum passant, certes d’une heure seulement les rives apprenties de la matière et ses essaims, mais combien de minutes exaltées, combien de secondes constructives, combien, au delà du temps comme de l’espace, de moments de félicité lui permettant d’agir immortel le devenir des mondes et de leurs chants, empreinte, détail, saison, toutes faces sans abandon que la clarté devise, telle la sagesse en ses Templières connaissances, toutes faces qui vibrent d’une authenticité sans failles, dans ce jeu des floralies qui s’inventent et se réinventent, se partagent, s’associent, se renient, agencement sans fin des finalités qui se perdurent et de cette ouverture essentielle qui les correspond, démontrant sans masque le jeu lui même, le jeu de la Vie conquérante, délaissant à jamais le statisme, pour féconder l’avenir et ses forces éveillées, denses et puissantes, gravitant l’ordre et le désordre, œuvrant dans la multiplicité ce devenir éclos, l’harmonie, instance du passé, du présent comme du futur, qui toujours veille, majestueuse et impériale, la Nécessité et son hymne, l’Universalité.



 



INITIATIVE GEOPOLITIQUE


Un pays entre deux eaux


 
  



Janvier s’annonce dans ce pays entre deux eaux, celles prononçant les rives de la liberté et celles affectant les rives de l’enchaînement, liberté de vivre, enchaînement servile au joug de l’incapacité à vivre ! Cette thématique duale est propension, et le devoir moral est de s’y attacher pour mieux comprendre les vœux qu’elle engendre. Dans le cas de l’enchaînement la cause entendue d’un mondialisme de l’errance, subordonné à la rectitude d’une tyrannie impitoyable née de l’abstraction comme de l’infirmité mentale, basée sur une religion de la morbidité inquisitrice dont les cohortes, semeuses d’abîmes, se retrouvent en toutes enceintes du délitement social, œuvrant sous le manteau, au-delà de leurs contradictions apparentes, qui aveuglent les ignorants, au but souverain fixé, la mise en esclavage de toutes populations. Leurs stigmates sont outrecuidants : là, la repentance, là l’intégration, (où la désintégration ?) subie, là, les dérives profondes de la pensée unique, et dans un mouvement universel d’aveuglement prosterné devant le virtuel, là, achèvement de la bêtise accouplée à l’ignorance, la mise en accusation du vivant, au nom de pseudos sciences nées de la léthargie, voulant une terre fixe, dans un système fixe, dans un univers fixe, je parle bien entendu de la soit disant culpabilité de l’être humain au regard de son environnement ! Il suffit de ces mensonges et de ces exactions envers l’humain qui est partie intégrée et intégrante de la nature, de la vie, n’en déplaise aux prosternateurs de l’abîme ! Au nom de quel droit empêcherait-on les populations de se nourrir et de prospérer ? Celui de l’âge de pierre ? Mais que ceux qui veulent y retourner y retourne, personne ne les en empêchera, mais qu’ils laissent l’humanité avancer, cette humanité affligée par leurs dithyrambes scories, leurs sophismes d’illuminés, leurs prêtrises de demeurés ! Toutes faces d’une inquisition ruminante dont il conviendra de dénoncer avec rectitude l’ordonnance : la mise en place d’une économie permettant de s’enrichir à souhait, en instituant, taxes pour les uns, demandes de subventions pour les autres, modèles parfaits d’un parasitisme aigüe permettant jusqu’à la mise en œuvre d’un déploiement politique et policé ! Parures d’êtres sans moralité sinon celle de leur psychose, celle de regretter de vivre ! Pauvre terre accouplée à l’abstraction ! Serait-il temps de percevoir qu’au delà de l’appariement d’un jour en son sein, la vie n’est pas destinée à y rester mais à essaimer les étoiles, et que le devenir humain n’est pas liée à une terre éternelle, mais à une terre qui disparaîtra sous le rayonnement de notre soleil qui va vers son état naturel, celui de géante rouge ! Alors écologie, certes, et personne n’a attendu les soit disant "penseurs" de cette "religion" pour en faire, mais pas bêtise ! La stupidité a des limites qu’il convient de circonvenir !

 
 
 

INITIATIVE METAPOLITIQUE
 


Censure


 
  



Il est amusant de voir avec quelle rapidité se défend le mondialisme dans ses arcanes les plus profonds, dans ses évocations les plus spontanées, dans ses écarts les plus outranciers, lorsqu’il s’agit de mettre en exergue tel personnage, telle doctrine, telle pensée, non comme provocation mais comme existant. Je ne parlerai pas ici des attaques de sites comme en a connu celui que vous lisez le mois dernier suite à un article intitulé « Les humanicides », (qu’il me soit permis ici de remercier mon provider Américain qui as su trouver une parade a cet étrange comportement), mon propos est beaucoup plus vaste. Sur Internet soumis, car il y a malheureusement un internet soumis, le fait de dire un nom, le fait d’émettre une opinion, le fait de distinguer une théorie, revient à avoir commis un outrage à la majesté du mondialisme en marche, à cette pensée unique qui n’est pas malheureusement inféodée uniquement à notre pays, mais à une multiplicité en mal de prébendes, assoiffée qu’elle est par des honneurs qui revêtent le caractère de la lâcheté primesautière, et non de la détermination. Au lecteur de faire ses choix dans l’apprentissage de la volonté, et non dans les arcanes du non dit, du non lieu, de cette hérétique puissance à l’impuissance qui conduit le savoir vers ce qui doit être pensé, de ce qui doit être dit, de ce qui doit être révélé. À ce titre les moteurs français de recherche sont très pertinents dans l’abstention du dire, ils ne sont pas les seuls, et si l’on veut consulter le « libre » on s’amuse énormément devant l’inféodation, à commencer par ce qui se réclame être une encyclopédie qui lorsqu’on l’analyse en profondeur ressort de la propagande marxiste la plus éclairée, ainsi petit à petit une partie du net devient le moteur théurgique de la pensée unique qu’il convient de combattre sans hésiter à chaque fois que cela est possible, car dans un monde où la pensée n’est plus, l’Humain dépérit et restreint sa Liberté. Je me suis personnellement amusé en tant qu’auteur à référencer notamment la Théorie Générale de l’Universalité ainsi que mon pseudonyme d’auteur. Il faut savoir que pour figurer dans cette encyclopédie, il faut avoir publié 2 ouvrages. Je rappelle en avoir publié plus de cent en tant qu’auto éditeur. La France immédiatement a censuré cette « exaction », suivie par l’Angleterre le mois suivant ! Testez et vous verrez, que vous soyez auteur ou créateur, vous serez surpris de l’allégeance à la pensée unique de cette encyclopédie du mondialisme en marche. Je ne saurais trop conseiller au lecteur de prendre la mesure de ces considérations et de ne pas accroire devant la terminologie employée par certains sites pour se jouer de leur confiance, de leur candide assurance. Internet est spolié en partie de sa réalité qui est-celle de la fulgurance par des sites qui conjuguent l’impertinence et la pertinence afin de mieux s’approprier les surfeurs, les conduire dans ce ventre mou des civilisations qui les confluent vers l’inexistence et, sous des dehors humanitaires, éclairés, pompeux, honorifiques, ne sont que des relais de l’abstraction qui se veut le devenir de notre Humanité. Internet, heureusement n’est pas que cela, mais un laboratoire d’idées sans communes mesure qui balaiera ces sites inféodés, la réalité que vit chaque Etre Humain sur cette planète ne pouvant se contenter de leurs refuges mais bien au contraire prospecter l’avenir au-delà de couronnements factices. Je gage que d’ici dix ans, cela sera, et que nous aurons vu disparaître tout l’apparat de cette pensée unique, y compris sur Internet, que ce soient les modes de distribution de l’édition comme de la production internationale, livres, CD, DVD, multimédia, Film, etc, que ce soient les journaux d’opinion, les télévisions, que ce soit la Culture dans tout ce qu’elle a de fondement, livres scolaires, cours, dictionnaires, encyclopédies, ou dans tout ce qu’elle a de visualisable, galeries, théâtre, cabaret, etc, tout se réalisera au niveau d’Internet, soit par des producteurs privés, soit par des individus, chaque Etre Humain étant créateur, décimant à jamais le monopole outrancier de la pensée unique régit par des institutionnels inféodés à sa dérision. En conclusion, pour celles et ceux qui pensent que la planète Internet est trop difficile d’accès, ce que ne démontrent pas les « blogs », je les invite à rejoindre cette planète afin d’éliminer la censure de la pensée unique qui se veut mondiale et qui n’est rien d’autre qu’un leurre pour maintenir l’opinion dans un désert ! Ce désert n’existe pas sur Internet, et ce ne sont les quelques sites qui veulent manipuler l’opinion qui s’y sont installés qui y changeront quoi que ce soit ! Ils peuvent désinformer tant qu’ils veulent, en face d’eux se dressent pratiquement 200 000 000 de sites, sans compter les « blogs », je le répète en étant redondant intentionnellement, il est trop tard pour eux et pour leur cheminement manipulateur, qu’ils ne se fassent pas d’illusion, ils ne bâillonneront ni la Liberté de pensée, ni sa propagation ! À bon entendeur, salut.

 

 
 

INITIATIVE PHILOSOPHIQUE


Les Humanicides


 
  



Insigne par les Chants, de l’avenir les origines du réel et non du virtuel acclamé comme un dieu, lors qu’il n’est qu’un avatar de circonstance, faudra-t-il en parler sans cesse pour qu’il disparaisse enfin des latitudes de la raison, de l’épanouissement de l’imagination, de la splendeur de l’unité, dans le souffle et par le souffle, dans la promesse diurne de l’horizon qui ne se couvre de ses lamentables perceptions, de ses augures velléitaires conjuguées à l’atrophie qui se dessine, ici, partout où les regards se tournent, en chaque lieu des sens, en chaque saison des temples, en chaque bastion délabré ou ne se dresse plus une seule oriflamme, sinon celle du néant qui s’achève, tourmente des Peuples, des Races, de l’espèce Humaine qui lentement faillit à son devoir de progrès, qui lentement mais sûrement s’enlise dans les oripeaux de la splendeur néfaste de l’adulation, de la compromission, de l’exaction, morbides situations où la parousie se tait, où l’union sacrée se défait, où l’avenir ne semble plus que glauque incertitude, poubelle dimensionnelle achevant un cycle pour correspondre à la Renaissance d’un autre cycle qui sera de firmament, né de la confluence des régénérations qui ne se contemplent mais agissent dans la soudaineté d’une vitalité insoupçonnée par les tenants de la litanie et de ses obscures et maladives déterminations, tous ces êtres inachevés qui ne parlent que de leur souffrance à vivre, qui ne se révèlent que dans le mensonge, que dans l’agonie, que dans cette diaspora de la perversion humaine qui telle une flamme éteinte, intransigeante, dicte la pensée de l’humanité afin de l’effacer de la terre dans des contraintes affligeantes nées de leur incapacité à surmonter le virtuel, nées de leur mémoire agitée par la stupidité mentale, l’agitation, verbale, la constellation de l’impuissance et de ses actions de ténèbres qu’il nous faudrait voir lumière de raison alors qu’elles ne sont que déliquescences putrides d’esprits avilis par la torpeur des jérémiades, pauvres hères malfamés discourant de la capacité alors que nubiles dans leurs essences, ils confluent leur atrophie comme le besoin de vivre de chacun, source délirante qui s’accomplit là sous nos yeux et que personne, semble-t-il ne voit, alors que la visibilité de leurs inconséquences tragiques est notre demeure, regardez les s’affolant du devenir en agitant l’inconscience, se légitimant de la beauté alors qu’ils ne sont que le firmament de thanatos, leur idole vouée à la nuisance de chacun, devons nous en rire ou en pleurer ? Nullement de ces deux faits, avançons au-delà de leurs hybrides déperditions, de leurs ruptures avec le réel, de leurs sommets de décrépitudes, l’Humanité n’a besoin de leurs soucis, de leurs équivoques langueurs, de leurs congratulations, l’Humanité qu’ils haïssent dans toute leur terminologie millénariste n’a que faire de leur impuissance, car l’Humanité est la Nature contrairement à tout le panache qu’ils font surgir du néant, l’Humanité n’est pas en dehors de l’éco système, mais bien partie intégrante de cet éco système qu’il convient certes de réguler mais en aucun cas de décimer comme ils le voudraient, comme ils le souhaiteraient, tant ils sont incapables de comprendre l’humain qu’ils placent la nature minérale avant l’Humain, Humain qui n’est pas destiné à rester sur une planète quelconque, mais bien à se propager dans l’ensemble de ce système solaire, de cette galaxie qui est sa demeure, et dont ils font tout pour qu’il ne prospère pas, renvoyant sa technologie aux enfers de leur incapacité à créer, la volonté humaine aux remparts de leur néant ! Qu’ils se rassurent l’Humain ne les écoutera pas, car engendré par la Vie il ira vers la Vie, par-delà leurs mythes et leurs rites d’esclaves dimorphes, par-delà leurs enseignements morbides sans lendemain, par-delà leurs prêches ridicules qui ne voient dans l’univers qu’un univers statique où ils peuvent se recueillir, car l’Humain est vivant et accompagne la Vie partout où elle demeure, et dans le mouvement, et dans l’énergie, et non pas dans ce vide putride en lequel ils enlisent la pensée, la volonté, le devenir, l’Humain qu’ils le veuillent ou non est un conquérant, qu’il faut bien entendu juguler par des lois, mais des lois de Vie et non des lois de mort, s’il ne l’était pas il y a très longtemps qu’il aurait disparu de la surface de cette terre, et ils ne seraient pas là, ces témoins du néant, atrophiés par leur langage de demeurant, à hurler comme des fauves contre la création, la création Humaine, la création de la Vie qui va vers la Vie et non vers la mort ! Ont-ils seulement conscience que toute vie se transforme ? Que notre planète demain ne sera plus rien lorsque le soleil deviendra une géante rouge ? Je ne le crois pas, ils ne croient même pas à la dérive des continents, ils s’imaginent sur des sols qui ne changent pas, alors que l’Humain est sur une couche terrestre pratiquement invisible au regard de son rayon, qu’il a su organiser d’inexpérience en expérience sa survie dans ce chemin d’embrasement continu de souches volcaniques qui sont loin d’être apaisées et dont les effluves constituent des millions de fois ce que peuvent constituer depuis la naissance de l’industrialisation les émissions de Carbone et de Méthane ! Rendons à César ce qui appartient à César ! Que cesse ce mensonge culpabilisant l’Humain ! La Nature dans son intrinsèque dimension est plus « polluante » que toute activité Humaine, et je rappelle que l’Humain est partie intégrante et intégrée à cette Nature que défendent si bien ces théoriciens de l’embaumement, ces chirurgiens de l’apocalypse et du néant, ces contempteurs de la virtualité, ces raisonneurs affligeants qui condamnent l’Humanité à sa disparition, dictateurs en puissance qui constituent le plus grand fléau que l’Humanité qui s’accomplie ait connu à ce jour, gardiens et défenseurs de la mort en puissance ! Ils seront vite oubliés lorsque la conquête spatiale deviendra apogée de nos civilisations, et dès lors nous les laisserons consulter les étoiles près de leurs feux de camps dans ces forêts qu’ils auront emplies d’animaux sauvages, qui n’ont pas été détruits pour le plaisir, auxquels ils serviront de repas, car trop enclins à considérer le rousseauisme comme la panacée de toute philosophie, ils n’auront même pas un seul instant l’idée de se défendre contre l’agression qu’ils auront motivés par leur délire incessant ! Qu’ils se rassurent pour l’Humanité, je le répète intentionnellement, elle avance imperturbablement, au-delà de leurs errances, et ils ne pourront rien faire de nuisible qui puisse entraver sa marche vers sa condition souveraine, le mensonge ne durant qu’un temps, ce mensonge qui ce jour leur profite comme les parasites profitent des systèmes léthargiques, qui disparaîtra lorsque se révélera le vrai jeu qu’ils mènent, celui de la destruction de l’Humanité !


 


INITIATIVE POLITIQUE

 

À l’heure du choix


 
  



A l’heure du choix, après que l’on ait pris les Français pour des imbéciles congénitaux, des demeurés dont le quotient intellectuel sur l’échelle de la bêtise serait de cent sur cent, après que les « journalistes » se soient intéressés au Peuple Français sans en connaître rien, sinon qu’en faisant accroire partout que ce Peuple était très partisan de l’Europe larvaire, du mondialisme outrecuidant, qu’ils défendent avec acharnement, après les litanies « politiques » nous ayant encore une fois démontré la lâcheté des participants au regard de notre Nation, de notre Peuple, de notre Histoire, hors quelques paraboles de bon aloi permettant de faire accroire, le Peuple Français va trancher, ce Peuple qui n’est pas idiot, qui bien au contraire en ses provinces, gardiennes de la Culture multimillénaire de la France, car la France n’est pas Paris et encore moins Lyon ou Marseille, et l’intelligence ne se trouve pas dans ces dernières villes mais bien dans les villes de province, ces petites villes, ces hameaux tant méprisés par l’intelligentsia de la pensée unique, le Peuple donc va voter, mais pour quels errements, une extrême gauche qui a un train de retard et qui ne sait pas encore que le communisme, cette dictature ayant commis cent millions de morts et continuant encore par certains pays, est destituée et a fait place dans les ex pays d’URSS enfin à des modèles démocratiques, qui même s’ils ne sont pas particulièrement reluisants pour certains d’entre eux, ont le mérite d’exister, une extrême gauche, qui est bien la seule à exister par le monde et qui ne représente rien pour l’avenir sinon l’incarcération de l’intelligence, la divinisation d’une humanité rampante et délétère, qui ne seront en aucun cas approuvés par le Peuple Français, plus près une gauche désunie, entonnant et scandant des propos sans lendemain, qui feraient blêmir Jaurès, qui lui fut un grand homme, épris de justice mais avant tout gardien de l’Histoire Française, de la Nation et de la République, tout le contraire de cette avanie qui se profile, domestique d’une Europe dictatoriale édifiant un crypto communisme sur tous les états qu’elle anéantie, pauvres Etats croyant trouver une respiration en participant à son œuvre de destruction, et qui se retrouvent les uns les autres valets d’une usurpation malsaine et outrancière, à tel point que certains d’entre eux par la voix de leurs dirigeants font savoir qu’ils en on assez de manger dans la cuisine, le salon n’étant pas pour eux, bien entendu, gauche donc, gauche sans nom et sans devenir sinon celui de l’utopie machiavélique la portant toujours vers l’arbitraire, dans le nationalisme ou dans l’internationalisme, toujours vers le dépérissement des valeurs incarnées de l’honneur et de la sagesse, de la République, qui est je le rappelle au sens platonicien du terme, l’Art de diriger la Cité et non de profiter de la Cité jusqu’en ses institutions, rappelons les écoutes téléphoniques, les morts mystérieuses, l’entrée en guerre de la France, sous le gouvernement de leur dernier prétendant, un règne de sang et de souffrance pour le Peuple, un chômage endémique, une entrée massive d’exogènes, il suffit, le Peuple Français a de la mémoire, et saura écarter le despotisme de ses tenants, et au milieu, que l’on regarde bien ce milieu, le conte de l’hypocrisie la plus souveraine, un prétendant qui se moque comme d’une farce de la France et qui n’a d’autre objectif que de voir rentrer la queue basse le Peuple Français dans la fournaise de cette Europe bâtie sur l’hérésie la plus inféconde, cette Europe dont il n’a que le verbe à la bouche, danger public s’il en fût pour la grandeur de la France qui disparaîtra s’il devient président, car ce valet pitoyable de cette Europe atrophiée n’aura d’autre but que sa destruction, tant dans ses valeurs que dans sa probité, les Français sauront dire non à cette déliquescence qui se présente, à droite toute, que voyons nous, un parti en présence, mesuré, indiscipliné dans ses avances, pêchant par favoritisme, portant des exigences qui pourraient être saines si et si seulement le carriérisme ne l’emportait sur la volonté, volonté qu’il conviendra de maîtriser afin qu’elle excelle, volonté portée par le Peuple, pour le Peuple, ce Peuple auquel il ne faut pas raconter n’importe quoi, la politique ne se fonde pas sur les communautarismes, la politique ne se fonde pas sur la ségrégation, un Français de souche n’a donc t’il aucune valeur aux yeux de certains des prétendants de cette droite qui se dit à droite et qui depuis quelques semaines dérive vers une accentuation gauchisante qui ferait pâlir un tenant de mai 1968, la politique n’est pas une prostituée qui s’incline pour recueillir des voix qui ne sont pas tenantes de son idéal, le manichéisme ne dure qu’un temps, ainsi le Peuple Français, s’il n’y a de déclaration ferme, précise, circonscrite, risque de n’adhérer que partiellement au désir d’Unité que représente cette voie, et plus à droite viendra peut-être pour mettre en cause cette infection des idées de gauche dans les idées de droite, ces billevesées, ces dramatiques incohérences, ces génuflexions lassantes, plus à droite ou deux voies se proposent complémentaires l’une de l’autre, n’en déplaisent à leurs tenants, où ailleurs dans ces votes blancs et nuls qui peuvent pulvériser des records, mais en aucun cas dans ces dithyrambiques opiacées d’une écologie infantile qui ne voit dans l’être Humain qu’un être à déraciner, extrêmes gauche, gauche, droite, ne parlant pas du milieu par pitié et encore moins de ces écologistes bêtifiants leurs litanies, extrême droite, le Peuple Français sera choisir, au-delà, de ces sondages qui ne sont que menstrues de « journalistes » inféodés à une bulle technocratique qui lentement s’enlise dans ses dérélictions et qui voudrait voir le Peuple Français suivre ses injonctions, ses obstinations, jusqu’à la lie de leur propre déchéance, et bien non, ce Peuple que vous vomissez, ce Peuple que vous croyez contraindre, ce Peuple que vous avilissez, ce Peuple que vous défigurez, ce Peuple, toujours debout, malgré vos acharnements médiatiques, saura, souhaitons le pour la France se réveiller et dans un tsunami emporter vos décombres afin de fertiliser l’Avenir, cet Avenir basée non pas sur vos « valeurs » stériles, mais sur la valeur Humaine, celle que tous les candidats or quelques uns ont oublié, car faut il le rappeler, ce n’est pas un prétendant qui fait le politique, mais le Peuple !






INITIATIVE SCIENTIFIQUE


  

Le devenir de la terre est notre nouvelle histoire


 
  
 



Voici les grands prêtres de l’hérésie écologique qui nous enseignent, les masturbateurs falots de l’amnésie des Peuples et de leurs devenirs, les chantres de thanatos, les esclaves du masochisme, les belliqueux du néant ! Ils nous apostrophent comme les inquisiteurs apostrophaient les scientifiques de leur époque en leur niant le droit de penser que la terre était ronde, qu’elle tournait autour du soleil, qu’il existait d’autres mondes que ce petit corps respectable se situant dans la très grande banlieue d’une galaxie, poussière au milieu des amas et des super amas de galaxies qui constituent un univers parmi les univers ! Il serait temps de se réveiller pour chaque être humain et de se libérer de ces moissonneurs du néant dont l’anthropomorphisme délirant en arrive à faire accroire que l’humain partie intégrante de l’écosystème est responsable de tout ! C’est se moquer de l’intelligence que ces affabulations qui servent une coercition politico économique sans lendemain, qui pour l’instant vit très bien des prébendes qui tombent dans leurs escarcelles ! Écologie et discernement, oui, écologie et amalgame, non ! Parlons du Méthane : l’économie humaine serait responsable d’un pseudo-réchauffement de la planète, je dis pseudo car je tiens compte de la réalité physique de notre planète qui n’est pas fixe, dont l’axe est excentré, dont les terres émergées sont situées sur des plaques tectoniques qui bougent sans cesse, référence de la variance et non de l’invariance géologique que l’on voudrait nous faire accroire, et donc de l’écosystème qui villégiature en ses degrés. Revenons au méthane, y a-t-il un scientifique sérieux qui pourra nous donner le % né de l’activité humaine aggravant le taux terrestre ? Le premier producteur de méthane est la nature même, activité volcanique, le second producteur de méthane est la flore, nos prairies, nos fleurs, nos forêts, le troisième producteur de méthane sont les animaux et plus particulièrement les ruminants, que reste-t-il donc de l’activité Humaine dans cette réalité ? À peine plus d’un pour cent des émissions de méthane ! Je ne voudrais pas rendre ridicules nos éminences grises de l’introversion, mais il serait temps qu’elles replongent dans le corps des livres de nos cours élémentaires pour qu’elles apprennent d’où vient le méthane. Cela pourrait être amusant mais cela ne l’est plus au regard de la tentative de culpabilisation qui est générée par leurs rêves dantesques ! Ainsi face à cette hérésie des mots, du langage, faut-il se dresser contre cette entreprise subversive qui s’imagine détenir le monopole de la vérité, en créant au niveau international une identité juridique permettant d’éradiquer cette théorie mortelle pour le genre humain, tissu de contre-vérité qui voit, que l’on s’amuse un peu, des journalistes dépités lorsqu’ils annoncent un hiver sans neige sur la côte est des Etats Unis, et en même temps un hiver rigoureux dans l’état du Missouri ! Oui, la terre n’est pas figée, elle mute de seconde en seconde et avoir la prétention de la contrôler est sans issue, ce d’autant plus qu’elle disparaîtra lorsque le soleil deviendra une géante rouge, donc dire que notre histoire c’est le devenir de la terre est le mensonge le plus éhonté qui soit, l’espace est notre avenir, la terre le support de l’humanité, dont le devenir est d’essaimer les galaxies et non au nom de principes désintégrateurs de s’accoupler à une terre qui inéluctablement disparaîtra. Respecter notre environnement, oui, attendre notre désintégration avec lui, non, l’Etre humain est un conquérant et ne doit en aucun cas se soumettre à la prêtrise de l’euthanasie légiférée que les chantres d’une écologie inversée nous distillent ! Mais l’Etre Humain aura-t-il le courage de se réveiller ?

 
 

Documents



Technique du coup d’Etat
 
Documents de réflexion
Technique du coup d’Etat mondialiste
Suivi de
Silent weapons for quiet wars
Bibliographie :
Un livre à lire impérativement :
Le viol des foules par la propagande politique de SERGE TCHAKHOTINE
Vous trouverez ce livre en Edition de poche.
 
Technique du coup d’Etat Mondialiste
 
Stratégie de la Diversion
 
Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l'attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. Elle est indispensable pour empêcher le public de s'intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l'économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique, de la philosophie et des arts en général. Concernant les Arts voir à quel degré nous sommes rendus, jusqu’à dépenser des millions d’euros pour constituer un musée des « arts » premiers…
 
Stratégie du PRS
 
Cette méthode est aussi appelée "problème-réaction-solution". On crée d'abord un problème, une situation analysée et prévue pour susciter une réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu'on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux.
 
Stratégie du Dégradé
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l'appliquer progressivement, en "dégradé", sur une durée de plusieurs années. C'est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n'assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution si elles avaient été appliquées brutalement.
Stratégie du différé
Pour faire accepter une décision impopulaire il suffit de la présenter comme "difficile mais nécessaire", en obtenant l'accord des citoyens le jour de sa formulation pour en faire une application dans le futur. Il est toujours plus facile d'accepter un sacrifice futur qu'un sacrifice immédiat. D'abord parce que l'effort n'est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que "tout ira mieux demain" et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s'habituer à l'idée du changement et l'accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
Exemple récent: le passage à l'Euro et la perte de la souveraineté monétaire et économique ; le matraquage sur l’immigration ( l’ONU aux mains du CFR a décidé que l’Europe devait être colonisé à hauteur de 25% de sa population par des populations exogènes ; Pleurs et douleurs à la TV Française sur les heurs et malheurs de populations migrantes qui malheureusement se sont noyées près de Malte et qui ont été enterrées en France alors qu’elles auraient pu être inhumées dans un territoire beaucoup plus proche de Malte, etc,etc
 
Stratégie de l’infantilisation
 
Les publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton infantilisants, souvent proche de la débilité mentale, comme si le public était un enfant ou un handicapé mental. Exemple : la campagne TV française pour le passage à l'Euro ("les jours euro") ; campagne pour la carte de crédit destinée aux enfants de douze ans par une banque Française (ce qui permettra de mieux tenir le citoyen par le jeu des dettes occasionnées…). Plus on cherche à tromper le citoyen, plus on adopte un ton infantilisant. Pourquoi ? "Si on s'adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d'une personne de 12 ans. »
 
Stratégie de l’émotionnel
 
Faire appel à l'émotion est une technique classique pour court-circuiter l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l'utilisation du registre émotionnel permet d'ouvrir la porte d'accès à l'inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements, et surtout des réflexes, c’est ce qu’on appelle la manipulation pavlovienne.
Stratégie de l’ignorance associée à la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. "La qualité de l'éducation donnée aux classes inférieures doit être de la plus pauvre sorte, de telle sorte que le fossé de l'ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures ». Exemple : voir le niveau des programmes de l’éducation nationale, l’organisation de la bêtise acclamée dans les médias etc
 
Stratégie de la culpabilisation
 
Faire croire à l'individu qu'il est seul responsable de son malheur, à cause de l'insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l'individu s'auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l'un des effets est l'inhibition de l'action. Et sans action, pas de réflexion, pas de désir de surpasser l’événementiel. Exemple : la théorie tragico comique de l’écologie dégustée à toutes les sauces sur les causes du réchauffement de la planète qui voit l’être humain seul responsable, alors que tout scientifique sérieux vous dira que l’activité solaire ne cesse d’augmenter depuis le 16 éme siècle, et que nous nous trouvons actuellement devant un problème majeur de notre temps, celui de l’inversion du champ magnétique terrestre, problèmes concomitants qui accélère le réchauffement de notre petite planète. Demain les éco taxes par tête d’habitant pleuvront sans que personne n’y trouve rien à redire !
 
Stratégie du secret
 
Les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les « élites » dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le "système" est parvenu à une connaissance avancée de l'être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient grâce aux applications mises en œuvre tant par le National Socialisme que par le Communisme et poursuivies dans le cadre des institutions militaires, dans le cadre de la propagande, des expériences humaines tant physiques que psychiques, notamment sur l’électromagnétisme, les ondes radios, etc  un contrôle et un pouvoir pratiquement total sur les individus et les masses. Exemple : l’exemple le plus frappant concerne le projet HAARP : Le système H.A.A.R.P. (Highfrequency Active Auroral Research Project), est à première vue un projet de recherche tout à fait inoffensif., composé de 36 antennes érigé en Alaska centrale, à 300 km à l'Est d'Anchorage (62 deg 23.5'N, 145 deg 8.8'W). L'un des buts du projet serait de constituer une sorte " d'arc antenne " électrique permettant de provoquer une pluie de radiation électromagnétique sur une zone prédéterminée. Au début des années 80, le principe mis en place était axé sur la recherche optimisée de réservoirs de gaz naturel dont le sous sol est abondamment pourvu, pour les besoins énormes locaux dans un environnement difficile pour l'homme. L'un des premiers brevets concernant des systèmes de type radio émetteurs du projet HAARP avait pour projet un site de plus de 70 km de diamètre utilisant de grandes quantités d'énergie électrique fournies par les turbines de centrales fonctionnant au gaz naturel.Le système, tout en rendant obsolète le système de laser destructif à rayons X cher à Reagan dans le cadre du programme anti-missile de la " guerre des étoiles ", du temps de la présidence de Ronald Reagan et abandonné depuis, permettrait de concevoir un bouclier de protection globale rendant inopérant tout système de navigation et de guidage de n'importe quel missile en vol et ce, sur n'importe quel point du globe. L'idée de base de ce nouveau concept d'arme est de générer un faisceau d'ondes radio d'une intensité énorme (1.7 Gigawatts - 2.8 à10 MHz) en direction de la haute atmosphère selon le mode opératoire inversé d'un radio télescope puisqu'il s'agit d'émission et non de réception, afin d'y provoquer l'ionisation de certaines particules neutres par l'échauffement des électrons à certaines altitudes. N. Tesla avait baptisé ces ondes " ondes stationnaires terrestres ". L'ionosphère serait alors utilisée comme des lentilles, un miroir ou un système d'antennes. L'ionosphère constitue un bouclier électrique contre le bombardement cosmique constant de particules à haute énergie et les piège pour les empêcher d'atteindre la surface de la planète. La partie de l'ionosphère concernée se situe à une altitude comprise entre 60 et 900 km au-dessus de la surface terrestre. Les recherches officiellement reconnues tendent à assurer l'amélioration des communications radio à longue portée, ou des moyens de transmission avec les sous-marins. Le Pentagone est le principal pourvoyeur de fonds. Le Département de la défense, de l'Air Force et de la Marine sont naturellement concernés. Les ondes générées par les systèmes de transmission radio à hautes fréquences classiques sont pour la plupart absorbées par les couches de la basse atmosphère et se désintègrent. La basse atmosphère terrestre est principalement composée de gaz constitués de molécules et d'atomes neutres. L'ionisation concerne la haute atmosphère, l'ionosphère donc, où les rayons ultraviolets et les rayons X transforment ces particules en électrons libres et en ions. La notion de température est plutôt fonction de l'état " d'excitation " des électrons. Suivant les fréquences et les conditions atmosphériques, l'ionosphère réfléchit, absorbe ou altère les signaux radio. Les ondes radio de Moyenne Amplitude (AM) " passent " mieux de nuit lorsque la réflectivité de l'ionosphère est accrue, alors que leur portée est nettement diminuée de jour. Les champs magnétiques terrestres perturbent d'autre part notablement la nature de l'ionosphère. Une argumentation en faveur du système HAARP allègue qu'il serait possible de protéger les hautes couches atmosphériques en empêchant la dégradation des trop fameuses couches d'ozone. Ainsi c'est plus de 200 millions de dollars de budget, aux frais du contribuable américain et pour sa propre ruine à plus ou moins longue échéance, auront été investis dans le programme de recherche d'ici la fin de la décennie. Le système prochainement mis en place, dont le nom est " IRI " pour Instrument de Recherche Ionosphérique, sera constitué d'un ensemble de 360 antennes, soit dix fois plus qu'actuellement. Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique et peu de citoyens du monde ont conscience de la révolution profonde qui va s'appliquer aux moyens de servitude dont va pouvoir disposer un jour ou l'autre une élite qui rêve d'un contrôle total de l'humanité. Afin par exemple d'ausculter la surface terrestre, des antennes virtuelles générant des trains d'ondes gigantesques à fréquences extrêmement basses (Extremely Low Frequency ELF), enregistrent leurs réflexions pour les renvoyer à des laboratoires où des calculateurs les analysent. L'imagerie ainsi constituée est le reflet des ruptures d'homogénéité du sous sol terrestre ou des profondeurs marines. Des micro ondes à pulsion rapide excitent les composants électroniques et provoquent leur destruction finale par fusion, tout ceci s'accomplissant à la vitesse de la lumière! Cette technologie, à caractère environnemental, permet dans le cadre d'applications purement militaires de :
 
Perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète.
Modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu'ils se profilent à l'horizon.
Modifier la météorologie au dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables.
Modifier les fréquences de l'air.
Affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine
Augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiques et des problèmes de santé.
Provoquer par échauffement local, l'explosion de réservoirs d'automobiles.
Mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués.
Brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.
Modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l'on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d'exemples alarmants.
Effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d'armes souterrains.
de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer.
Faire fondre la/les calotte(s) polaire(s).
Créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d'évaluer la composition des éléments constitutifs d'un missile balistique intercontinental.
Provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d'un avion en vol d'intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime.
Améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires;.
Zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.
Constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles.
Générer une imagerie tridimensionnelle


 
 


Table
FORUM III
 
Prélude
 
 
 
 
Le sida intellectuel
 
Initiative Artistique
 
Des signes
Des hymnes enfantés
Ivoire pâmoison
Amante
Blondeurs safranées
Dans la nue souveraine
De Sigma
Des portuaires Dimensions
Satin des roses
Des forces éthérées
Epervière latitude
Essors du vivant
Fountayn
O nuit...
Oasis du songe
Pérennité
Prières de vastes augures
Réflexion sur les 300
Rives enseignes
Les entretiens de Russel
Villes enseignes
Des hymnes enfantés
 
Initiative Culturelle
Architectonie
Climats des lendemains
Des ondes souveraines
Aux Ordres Templiers
Des ordres Templier le Renouveau.
Des forces éthérées
Eventail suranné
Les murs ont la parole
Mayorka
Mondes azurés
Parousie
Sèves arborées
Signe de l’Onyx
Un Chant Universel
Villes enseignes
 
Initiative Géopolitique
Un pays entre deux eaux
La chienlit
Liberté, complémentarité, fraternité
Les « sous chiens »
Reforestation
Etats-Unis d’Europe
L'Europe se construit sans vous!
Dictature
 
Initiative Métapolitique
Préambule
Censure
Colonisation ?
Combattre pour la Vie
Confort de la conspiration
Culpabilisation
Honneur et civilisations
Discrimination positive ?
Etat des lieux
Involution Politique
Eco Taxes
La vertu de la folie
Le droit de penser
Le voile se lève
Manipulation mentale
Mascarade ?
Merci Nicolas
La haine
Diversité culturelle, cohésion Nationale ?
Nazi-communisme
Nettoyons les écuries d’Augias
On a les héros qu’on mérite !
Ordre Mondial ?
Orientation
Restons pragmatiques
Qui ose gagne !
Vidéo surveillance
Vision à court terme
 
Initiative Philosophique
Virtuel et réel
Terrorisme et Dictature 
Complexité
Crise, holocauste, Courage.
Le facteur X
Inertie manipulation
Jeu pour l’Eternité
L’Etre éveillé
Monde étrange
Passivité démesurée
Regard
Régénérescence
Sexe et Civilisation
Chaos, désordre, ordre
Les humanicides.
 
Initiative Politique
A l’heure du choix
Alignement
Aux Députés Français
Brève ahurissante !
Cent jours
Citations du conseil de notre Président
Debout au milieu des ruines
Défense-Education
Euro vignette
Fête de la Nation
Iran 2007
Kosovo, camps de concentration
La Dictature vient d’être instaurée en Europe
La haine deuxième acte
La morale de l’histoire
République ?
Le bénéfice du doute
Le courage politique
On brûle le drapeau Français
L’Etat de Droit
Liberté de la Presse ou connivence ?
Marketing politique
Mensonge et opportunité.
Privilèges
Suicide politique
Suicides et sociétés
Décembre
Une année se termine
La Reconquête
 
Initiative Scientifique
"Le devenir de la terre est notre nouvelle histoire"
Le pic pétrolier
Sciences cadavériques

Vincent Thierry
France
18/04/2008


RETOUR