JEUNESSE LEVE-TOI !




Jeunesse, lève-toi !



 Bataille contre l'involution

 
 

Préambule


 
  

La polémique mène à la réflexion mais en aucun cas à l’action. Le devenir de l’Universalité est entre les mains de chacun, si chacun se donne la peine de s’inscrire dans la temporalité et agir au sens propre dans chaque strate de la Vie composante.
Il ne sera ici question de critique de la situation actuelle, qui a pour souci d’éveiller à ce que l’on nomme le naufrage des civilisations, mais tout en surlignant sa manifestation, d’engager un front d’action par toutes latitudes afin d’œuvrer à la réalisation de l’Ordre Mondial formel qui ne peut naître que par l’Action.
Ce texte donne les outils qui permettront la manifestation de l’Universalité, en mettant en équation les facteurs de la contre involution régissant ce monde en déshérence, il n’est pas fait pour la lâcheté, la veulerie, l’argumentaire, la félonie et la traîtrise mais pour les Etres conscients de ce monde qui ont envie de voir régner l’avenir et non l’anachronisme.
Il traite en ses sujets, de la Nation, du Nationalisme, non le nationalisme des années d’après guerre, mais le Nationalisme naturel idéé par la souveraineté Nationale, de l’Europe, de ses Institutions entre les mains d’une oligarchie qui doit être démise, enfin de l’Univers, de cette petite Terre qui est notre commune Nécessité.
En ce lieu et en ce temps pour servir à la Voie, et non servir à la Voie invertie qui se joue du langage pour abstraire en sa condition larvaire les énergies nécessaires à l’évolution en les cantonnant dans la stérilité du vide, de l’appropriation du vide et de ses rivages sans lendemains.
Manifeste, donc, le manifeste est action et action précise dans ce temps pour réorienter les énergies dissipées, cantonnées, éblouies, sans partage, qui se concatènent dans le miroir des alouettes où se baignent les présomptueux de toutes prébendes et de toutes aberrations cumulées.
Manifeste encore, qui rayon dans la sphère, point dans la sphère n’a pas la prétention d’être la vérité mais d’y participer pour enfin voir naître non un nouvel ordre mondial que l’on appellera le nouveau désordre mondial, mais l’Etre tout simplement dans le cadre de l’Ordre Mondial naturel.
Un Etre formel et non virtuel, critique et salutaire qui saura redonner à la France le sens de sa mission, qui n’est pas d’être esclave de l’usure et de ses panaches, mais moteur de l’Europe des Nations, des Etats Unis d’Europe, libérés de l’oligarchie stupide qui la domine.
Stupide car ne se rendant nullement compte que l’Éveil impérieux des générations à venir verra dans sa candeur la monstruosité que cette oligarchie représente, inféodée à la City, à ce monde virtuel qui n’a pas place dans notre Monde formel, car anachronisme délirant au regard de la Voie.
Ce manifeste est dédié à la jeunesse de France, d’Europe, et de ce petit Monde, dont elle doit prendre en main les rennes pour sortir l’Humanité de l’impasse dans laquelle elle se situe, une involution virtuelle la menant vers la destruction.
Il ne sera question ici que de cette réalisation qui peut être mise en œuvre dans la simplicité la plus absolue, contrairement à tout ce qu’avancent les pseudos théoriciens des ismes qui ne sont que des nécromants de la situation qu’ils ont créé de toutes pièces afin d’asservir l’Humain dans tout ce qu’il a de plus aristocratique, où le terme aristocratique est pris ici de l’Etre debout et non couché  dans les ruines qui se pressent.
La Jeunesse de ce monde doit comprendre que l’unité de ce monde est une nécessité absolue afin d’entreprendre la réalisation de l’Humain qui ne s’arrête à un simple discours économique mais bien au discours symbiotique qui le mutera dans ce qui est son champ de conscience : l’Univers.
L’Etre Humain est né pour conquérir et non pour s’avilir et s’asservir. Nous allons ici donner les clés qui permettront à tout un chacun de conquérir ce monde qui semble dans l’illusion et que le seul souffle du vent restaurera dans sa condition naturelle, existentielle, spirituelle, politique.




I
 
Principes d’asservissement


  
 
 
Et si nous nous posions les bonnes questions avant que d’aborder la mise en place de cet Ordre Mondial Naturel. Les questions classiques, du Qui sommes-nous ? Où en sommes-nous ? Où allons-Nous ? Toutes questions ce jour en voie d’autodestruction par la voie invertie de pseudos sciences destinées à faire en sorte que l’Etre Humain ne s’élève en aucun cas mais se rabaisse.
Qui somme-nous ? Donc, issu de la race des singes ? Avons-nous vu simplement un singe donner naissance à un Etre Humain ? La belle théorie que voici qu’il convient de balayer d’un revers de main afin d’avancer, et de n’être plus esclave d’un anthropomorphisme conditionnant et réducteur qui n’a pas sa place dans cet Ordre que vous bâtirez.
L’Etre Humain ne descend ni du singe ni du caméléon, encore moins du chat et encore moins du chien. Il conviendrait à toutes celles et ceux qui font du darwinisme leur soupe populaire qu’ils s’interrogent sur la possibilité de voir les Etres, dans le cadre de l’évolution naturelle non se transformer, mais être tout simplement, dans une logique formelle et non abstraite qui à l’analyse frise le ridicule.
L’Etre Humain est donc issu de cette réalité qu’engendre la réalité, la nature dans ses fonctions vitales, organiques, spirituelles, le substrat d’un essor et d’une forme qui ne doivent rien au hasard mais tout à la nécessité. Et en ses essors et en ses visitations, donnant naissance à ces Races que tout un chacun ce jour profane alors qu’elles sont la Nécessité par essence en leur complémentarité naturelle.
Nous avons donc affaire en notre état à une qualification qui se doit d’advenir et non de dépérir, Matière ultime, naviguant recherchant non dans la subjectivité, mais dans la réalité son assomption qui, graduelle, mène vers la Matière Spirituelle, ordonnance de toute viduité.
Le darwinisme n’a donc été inventé que pour circonscrire l’Etre Humain à la terre sans potentiel d’évolution intrinsèque, mais lieu et lien obligatoire d’une contingence purement terrestre, donc niant à l’Etre Humain toute Spiritualité et accession à la Spiritualité la plus pure qui est la Vie par excellence. Couronné par l’abstraction de l’inexistence des Races, il est le principe même de l’auto destruction Humaine.
Ici nous trouvons la première équation de la destruction :
Humain = animal/Nature organique
Donnant dans le réel naissance à un non-humain, idéalisé dans la désacralisation d’un devenir, et par là même consentant à toute volonté subjective et virtuelle, de plus invariant et sans signification dans sa réalité naturelle, incapable de coordonner ses efforts dans la complémentaire nécessité des Races qui fondent l’Humanité.
Où en sommes-nous ? Ah la belle question que voici qui permet dans l’observation la critique et par-delà la critique une évolution propre et graduelle qualitative et non involutive. Et l’on remarquera que rien n’est fait pour que tout un chacun se reconnaisse dans cette évolution, bien au contraire, cela vous étonne ?
Prenons point à point les remparts à la construction, le triomphe de la destruction de l’intellect : le freudisme en sa logorrhée anale qui n’a rien compris à la construction de l’Etre en ses chakras, et qui aurait dû visiter le Bouddhisme pour triompher de son insolence qui laisse rêveuse quand à l’impermanence et ses fluidités.
Le freudisme se veut triomphant allant jusqu’à vouloir l’Humain en sa fécalité l’orientation de son avenir, un intellect brisé qui cherche petit à petit à reconstituer le puzzle de ses attirances, de ses concordances, de toute cette inutilité qui fait bien vivre les moissonneurs du ridicule, les apôtres de ce chantre de la dérive du ridicule.
Tout est en Un, Un est en Tout. Ainsi sommes-nous de notre Intellect qui est le prisme de notre volonté et qui dans la compréhension de sa multiplicité, au regard de son génome, et de ses capacités peut engendrer dans la connaissance du soi une symphonie, dans la méconnaissance du soi une cacophonie. Cacophonie dont se contente toute une ribambelle d’illusionnistes qui ne servent à rien, sinon qu’à bien vivre de ce phénomène de foire qui nous est parvenu uniquement pour nous enliser non pas dans le présent, mais dans des passés stériles.
Lorsqu’on fera comprendre aux enfants qu’ils ont à leur disposition un piano avec de multiples touches, qui représente leur intellect, et qu’avec ce piano ils peuvent jouer tous les concertos, toutes les symphonies, toutes les mélodies du monde, lorsqu’on leur fera comprendre que si leur hymne devient cacophonie, leur organisation bio chimique est atteinte ou compromise, ce qui se soigne très bien chimiquement, ils comprendront alors qu’ils n’ont pas besoin d’aller voir des illusionnistes pour parfaire ces soins.
Tout Etre Humain est fragile dans son conscient comme d’ailleurs dans son inconscient, et c’est cette fragilité que parcellisent à souhait ces ténébreux personnages qui feraient rire Molière. Ténébreux à souhait, s’inscrivant dans cet aréopage de la mort qui se veut triomphante de l’Humain en ce siècle.
Lorsqu’il y a cacophonie, il y a dysfonction, et cette dysfonction ne peut être liée uniquement à un lien intellectuel mais bien à un défaut bio chimique que l’on peut compenser s’il est reconnu à temps. Mais bien entendu, dans ce monde où l’inutilité est monnaie, il est préférable de voir des pauvres gens s’immoler et accentuer leurs névroses avec ces gargantuesques personnages précités.
L’intelligence de ce monde n’est pas dans la virtualité, elle se fonde sur l’inconscient, le conscient et le surconscient, ce surconscient qui permet, à tout un chacun en dehors des typologies aggravées de névroses qui doivent se traiter chimiquement, de minimiser la touche de leur piano qui devient stridente et d’harmoniser le courant de leur vie dans le cadre d’une mélodie, sans s’accroire tout de suite atteint de tous les maux.
La reconnaissance de soi mentalement devrait être apprise dès la mise en scolarité et partagée dans le cadre familial afin que les dérives qui permettent à tant d’inutiles de vivre aux dépens de celles et de ceux qui ne se reconnaissent pas, ne perdurent pas. Cette reconnaissance passe par l’apprentissage du souffle, par l’apprentissage du corps, par l’apprentissage du surconscient, ce surconscient ignoré par la plupart de nos contemporains, du conscient et de l’inconscient.
Le surconscient est le régulateur des émotions, le juge de paix de nos émotions, le catalyseur de nos énergies, qui bien compris devient le moteur de nos actions dans le sens de l’évolution propre et graduelle tant de soi que des autres, par symbiose et destination.
Ce surconscient bien compris, bien adapté à tout un chacun, permet de résister à la permanence que fabriquent nos sociétés larvaires et suffisantes dans leurs appétits destructeurs, il permet de ne pas se laisser influencer, et par là même de ne pas créer en soi-même une pluralité d’existants virtuels qui ne mènent qu’à la destruction totale lorsque manipulé.
Ah ! La manipulation ! Celui qui est en maîtrise de son surconscient ne se laisse en aucun cas dominer par la manipulation ! L’équation est ici claire, nette et précise :
Manipulation=conscient/inconscient.
Comment ainsi faire diminuer le conscient en ses racines et l’éperdre dans les limbes afin de mieux dominer et infantiliser l’Etre Humain. Ce qui explique le silence assourdissant de l’Etre Humain en les prémisses de ce nouveau millénaire, butut vide de conscience nageant dans l’inconscience la plus stérile, non-humain par excellence.
Où allons-nous ? Très belle question que celle-ci, à laquelle il convient de répondre très simplement, vers l’Espace, cette autre dimension fabuleuse qui verra l’Humanité conquérir ce système solaire et dans l’infini les galaxies qui nous environnent, ces milliards de galaxies, dont je ne saurais trop rappeler que nous sommes une petite planète située en très grande banlieue de l’une d’elle.
Dans quel but, l’approfondissement de la connaissance globale, permettant de muter dans l’Absolu, tant par la quantité que par l’unité. Mais ce but ce jour n’a aucune valeur devant les sciences triomphantes qui se masturbent le cerveau en adorant une théorie qui ne mène qu’au désert, de part ce que l’on nommera la courbure de l’espace  qui n’existe en fait que comme inconstante et non constante au regard du développement des théories de la mécanique quantique qui n’en sont encore qu’à leurs prémisses.
La théorie de la relativité n’a pas d’autres buts que d’enfermer l’Humain dans ce que l’on pourrait nommer une sphère, une sphère de laquelle il ne saurait sortir, et qui le ramène irrémédiablement vers la terre. Pauvre théorie ignorant les théories de la gravitation, du déplacement dans l’espace par les champs de gravitation qui sont des portes dans l’espace, où le temps n’est pas lui-même une constante, mais un aléa qu’il faut dépasser.
Ici encore, nous voyons que si nous écoutons le bréviaire scientifique, nul espace où créer, nul lieu à conquérir, l’Humain doit rester sur ce lieu de sa naissance physique et n’en sortir que pour mieux y demeurer.
Nous trouvons là la troisième équation de la désintégration telle que :
Avenir = Temps/Espace.
Et nous voyons bien que dans l’impossibilité de comprendre par les Etres Humains qu’ils vivent des temps complètement différents, le temps prend une dimension stratégique qui balaie tout espoir de conquérir l’espace.
 
Trois équations donc que nous rappelons :
 
Humain = animal/Nature organique
Manipulation=conscient/inconscient
Avenir = Temps/Espace
 
Nous voyons là, dans la correspondance de ces équations l’asservissement se dessiner pour tout un chacun, un asservissement très clair dans les abscisses et ordonnées de ces trois équations, la naissance d’un Etre inorganique vivant dans l’inconscient sans la moindre connaissance de son évolution dans le cadre de l’Espace. Nous voyons là, l’esclave parfait, un animal dont le conscient se limite au temps, et dans ce temps est valeur négligeable, produit de consommation courante, dont la finalité est de se reproduire, de travailler, et de servir.
 
Voici l’image exacte de ce que veut gouverner ce que l’on appelle le « nouvel ordre mondial ». Il y a là comme un problème pour toutes celles et tous ceux qui cherchent à développer leur surconscient et en faire bénéficier les Autres, non ? Nous allons poursuivre maintenant sur le constat de ce qui se traduit par ces équations dans ce petit monde.



 

Table

  
JEUNESSE LEVE-TOI !

CONTRE INVOLUTION
 
 
 
Préambule 3
I Principes d’asservissements 9
II Problématique 19
III Matrice 29
IV L’Europe 43
V La Nation 51
VI Le Monde 369
VII Le Pouvoir 381
Ouverture 397
 
Table 407

 


Vincent Thierry
Lanzarote Sèvres
Le 06/07/2012

RETOUR