LA LÉGENDE DE L'ESPACE

COSMOS
 
  

LA LÉGENDE DE L’ESPACE

 

  © PATINET THIERRI ERIC



Des Hymnes de la Pluie
 

 

Forges en règne des lys aventures, orbes en profit des algues monotones, voici venir de Véga la ville nouvelle des surfaces claires et l’ambre à genoux des cycles adventices aux pures manifestations de la Vie qui se dirige et s’éblouit en la perfection de la beauté, en l’apprentissage de la nue et de ses exondations fertiles et vives.
 
Qui vont les règnes de la pure densité de naître, d’essaimer, et de régner l’incantation salutaire de l’éternité en son royaume, ville de faste et site d’éclair armorié dont les ambres ruissellent de florales jouvences dont les fenaisons sont des à propos, des talismaniques jouissances, qui se perdent et se multiplient dans la pure incantation manifestée.
 
De l’Être en repos le livre épousé des genres qui s’alimentent, se correspondent et s’ouvragent dans des degrés de félicité libérés des enchaînements et des masques qui ne sont que des refuges dont les pentes mènent à l’oubli et aux roches friables qui déracinent l’identité et sa candeur, masques étranges inconnus en ce lieu de vitalité.
 
Épures de villes en miroir des satins bleuis et des chairs amazones lisses et tendres de la moisson éclose des sites armoriés qui s’éprennent et dans la joie se vivent parfumées et éloquentes de sèves adamantes, trombe des nuées ardentes qui vont les rêves et les songes des navigateurs et des équipages en voie d’assomption et de sagesse.
 
Qu’irise le verbe d’or, prompt et signifiant, libérant dans la profusion des âmes qui s’irradient, se perfectionnent et se désirent, lorsque la nue dans ses danses magiques incante l’apogée des rites et l’ouvrage de l’incarnat, la mesure sans oubli, la mesure de la pluie des lys parchemins qui s’effeuillent et se destinent dans la préciosité du Règne élevé.
 
Onde d’ivoire et de gerbes exondes exfoliant les mythes pour retrouver dans la charnelle éloquence les rives essentielles des parfums d’ambre et de lumière sous les constellations diaphanes incantant leurs forces au-delà des rives absentes et des fonctions éployées qui marchent vers des fronts austères et désertiques.
 
Libre atteinte de l’orbe qui fulgure les Univers dans une tresse commune dont les fastes sont les flamboiements de la Lumière qui vagues après vagues détermine la puissance de l’incarnation et de ses devises ouvragées, de l’Être la conscience de ce Temps qui se détermine dans la pulsion du Devenir en Voie de l’Avenir.
 
Enchanté en la pluie de gemmes qui de sources en sources s’éploie et se déploie afin d’orienter le songe vers la pure viduité et ses transes majestueuses dont les significations perdurent les sites de volonté, des marques en propos l’aventure du Verbe qui jamais ne se destitue ni ne se corrompt.
 
Instance du Chant et demeure de l’hymne dont les voix s’enseignent, se proposent, s’initient et se perdurent dans la joie de la Vie qui marche vers le salutaire horizon dont les vagues sont des fêtes et les stances des promesses qu’un séjour vivifie et signifie de haute mémoire par les temporalités qui viennent le nectar de leurs enchantements...



 
 

 
Table


LA LÉGENDE DE L’ESPACE
 
 
 
Des Hymnes de la Pluie
L’énamoure du Chant
Où la fête revînt
Des signes éveillés
Ivoire à voir
Dans l’Amour de l’Hymne
Des Ages oubliés
Le Chœur mystérieux
L’Empire de la Voie
Par les champs des Univers
De la Divine Nativité
Le Respire éveillé
Et l’ambre à propos
Des fêtes du Vivant
La Spirale de l’Amour
Du Songe éclairé
L’ambre vertu du Chant
De la demeure exonde
De l’Aube au firmament
L’Empire du Moment
Nue de l’Éternité
De rives en rives incarnées
Dans le déploiement des Univers
Éloquence de la Vie
La Légende de l’Espace 


  
 

A LE PECQ
LE 03/10/1990
Relecture le 30/03/2008

2018
VINCENT THIERRY



RETOUR