LOUISE BALLARIN

Poèmes


POEMES

© Louise Ballarin.


Extrait

Belles Roses

Ho ! belles roses d’automne,
Vous émerveillez mes yeux,
Mon nez se pose sur cette belle jaune,
Accompagnée de son bouton tout neuf,
Les rayons du couchant éclairent cette rose là.
Jaunissent les tiges qui s’élancent vers le ciel,
Toi,  unique jaune orangée tu es toute parfumée.
Gracieuse blanche rosée, la plus belle tu es.
A ma gauche la jaune pastel est bientôt fanée.
Rosier étalé quelques roses roses et boutons,
Vers nous tu les dresses.
Tandis que le rouge Carmen là est un émerveillement.
Vers le bout du chemin, un petit rosier garni de petites roses tendres,
Me fait penser à la vierge bénie,
A ses pieds sa place sera choisie.
Soir d’automne et petites roses blanches,
Vous êtes si belles et empreintes de mystère,
Merci pour celui qui vous créa.
Et, comme pour le remercier,
Les plumeaux tout prés s’élancent vers le ciel,
Tandis qu’à ses pieds, ploient
Les dernières vendangeuses mauve clair.
Dans le massif, les derniers géraniums roses et rouge
se laissent dominer par un beau Dahlia.
Sur le chemin j’aime me promener,
Le soleil est orange maintenant.
Avec le bruit des petits oiseaux
C'est un enchantement.
Je respire à pleins poumons,
Et pense à cet hiver,
 Ces roses merveilleuses
Je voudrai les garder,
 Comme le temps passe !
Puis, derrière les nuages,  le soleil s’en est allé.
Mes petites roses,  j’ai pris le temps ce soir de vous admirer.
Parmi les arbres fruitiers au bord du chemin,
 dans l’herbe verte et grasse le beau soleil rose orangé revient,
 une dernière fois vous admirer,
 Avant de derrière la forêt doucement s’en aller.



Poèmes II


POEMES II

© Louise Ballarin.

Extrait

Expo
 
L’expo,
Les œuvres sont là, dans le silence et la lumière tamisée,
Elles renferment en elle les secrets de l’artiste,
Sa vie, son humeur, son moi.
Les couleurs, tantôt douces, tantôt chatoyantes,
Nous charment par leur positionnement.
Dans la grande salle comme par magie,
Les tableaux embaument le cœur quand nous faisons le tour de celle-ci.
Cet écrin de beauté de repos et de joie,
Attend un éventuel acheteur qui le rendra Roi.
Que de travail !
Que de couleurs !
Beaucoup d’évasion,
Voilà une belle !au milieu des papillons
Au milieu des aquarelles, nature et Violons.
Ces beau Dahlias, là les potirons, châteaux précis et jolis ponts.
Je m’évade en celui ci vers un mystérieux horizon.
Toutes voiles dehors sur une mer déchainée,
Deux femmes babillent en intimité.
Quel bel éléphant gris, Je veux le caresser,
Puis cette treille aux raisins multicolores,
J’aimerai les croquer !
Oiseaux de mer câline, promenade en capeline.
Mystérieuses nébuleuses avant les corps passionnés d’une célébrité.
Que dire de l’art abstrait ? Sinon que l’on imagine….
Peinture en pointillé, rêve de nuit vite oublié,
La Réole enneigée, Paysages aux reflets dans l’eau.
Si bien reproduit, quel bel arbre d’automne !,
 Je sens les rayons du soleil sur les dernières fleurs et le parfum d’une pomme.
Sous bois d’hiver aux couleurs froides, petite maison dans le brouillard.
Grands tableaux aux rouages mystérieux,
Matière épaisse aux couleurs chaudes, étoiles filantes dans un amas marron.
Formes élevées de science fiction, tourbillon bleuté, auréolé.
Merveilleuse pendule du temps, issue au repos de campagne, cet un enchantement.
En ce grand tableau, qui sont ces gens ? Réunion de famille ou d’amitié,
Je suis ravie à la vision de ces lotus bleutés.
Pics enneigés de Pyrénées, puis l’abbé Pierre si parfait.
Les femmes peintres aux couleurs chatoyantes, sans oublier statues et galets.
Qui a dit que l’on s’ennuyait dans une exposition de peinture ?
Je me régale,  je vous le jure !


LA MAISON HANTEE

Coucher De Soleil


LA MAISON HANTEE

Louise Ballarin
  © Louise BALLARIN

ISBN 2-87782-233-8
Production Patinet Thierri
http://www.harmonia-universum.com


EXTRAIT

Chapitre I


Cette maison en pierre si belle jadis, était maintenant un vrai délabrement. Les volets tenaient à peine, une fenêtre au premier était cassée, et l’on pouvait voir depuis le jardin un trou dans le toit. Les ronces envahissaient tout, même le puits en pierre.

Cette bâtisse, si bien située, sur cette colline d’où l’on pouvait voir la plaine, et plus loin la forêt des landes en faisait rêver plus d’un. Mais hélas sur la brochure de l’agence, était marqué en rouge « invendable » Pourquoi ?



Rose la connaissait bien, cette maison, elle venait souvent petite en vacances chez sa grand-mère, qui habitait un peu plus bas. Que n’avait-elle vu passer de locataires, mais ils partaient aussitôt. A cette époque, elle n’y faisait pas attention, mais à présent cela l’intriguait. Ce matin là, elle résolut d’aller y jeter un coup d’œil. Elle se munit de ses bottes, d’un bâton et, suivie de Roméo la voilà partie. Dans son sac à dos elle y avait ajouté en plus d’une torche et d’un sac de couchage, un sandwich et une bouteille d’eau. Tant pis si Etienne passait, il ne trouverait personne. La fraîcheur de ce mois de mai était agréable. Les coquelicots au bord du chemin courbaient la tête, comme pour la saluer, tandis que le coucou chantait au loin. Rose, avait déjà son cœur qui palpitait au creux de sa poitrine. En cette matinée de printemps, elle repensait aux évènements qui avaient précédé cette journée. Appelée de Paris d’urgence, elle avait appris la mort de sa grand-mère, « accidentelle », lui avait-on dit. Elle avait glissé dans l’escalier. Sa grand-mère ne voulait partir de cet endroit sous aucun prétexte. Etant sa seule héritière, elle respecta ses volontés et refusa l’autopsie. Sa grand-mère avait des idées bien arrêtées : il ne fallait pas toucher au corps. Petite femme toujours gaie, elle jouissait de sa retraite paisiblement entourée de quelques poules et d’un jardin.

Le soleil commençait à chauffer à mesure qu’elle montait la colline. Peut-être aurait-elle dû emmener Etienne. Elle verrait plus tard, la prochaine fois ! Il lui était si fidèle ! Chaque fois qu’elle venait au pays il était là. C’était un bon voisin, serviable et discret. Le jour où l’électricité avait manqué pendant une semaine à cause de la tempête, il était arrivé avec une lampe à carbure en demandant si sa Grand-mère et elle n’avaient besoin de rien.

Après la trépidante atmosphère de Paris, se retrouver dans le calme apaisait Rose éprouvée par la perte de Monette, sa grand-mère. Tout le monde l’appelait ainsi et elle était connue des alentours. Jeune, elle allait travailler à la journée dans les fermes. Une larme soudain coula sur la joue fraîche de Rose. Il ne fallait pas s’apitoyer. Avancer, c’était ce que lui avait appris Monette. Elle devait aller chez le notaire le lendemain, aussi avait-elle pris quelques jours de congés.



Elle était maintenant devant la maison hantée. Elle fit le signe de la croix, et s’avança. Roméo s’élança à la suite d’un lièvre ou d’un lapin que Rose n’eut pas le temps de voir, car il s’engouffra dans un buisson. Le chemin était tout de même praticable. Devant la grande porte, elle hésita. Celle-ci n’était même pas fermée. Elle poussa le grand battant et la porte s’ouvrit. Un grand vestibule empli de toiles d’araignées et de saletés, s’étirait devant Rose. De vieux meubles moisis étaient adossés au mur. Quelques cadres de personnages inconnus semblaient sourire à Rose. Roméo reniflait et avançait avec sa queue collée à l’entrejambe. Rose retenait sa respiration. A droite, se trouvait la cuisine où trônait une grande cheminée. Au beau milieu, une immense table vermoulue affublée de quelques chaises. Les casseroles en cuivre ornaient le mur au-dessus de l’évier en pierre. Mais pourquoi ne les avait-on pas emportées ? La fraîcheur fit frissonner Rose. Sous l’évier les souris, sans aucun doute, s’en donnaient à cœur joie ! Face à la cuisine une immense salle à manger parsemée de détritus en tout genre : papier, cartons à demi-ouverts. Des piles de vaisselle sale attendaient sur le sol d’hypothétiques propriétaires des lieux.

Rose ouvrit la deuxième porte à droite et quelle ne fut pas sa stupeur de reconnaître sur le mur un portrait ressemblant comme deux gouttes d’eau à sa grand-mère ! A l’age où celle-ci avait vingt ans ! Quel était ce mystère ? Qu’avait-t-elle à voir avec cette ancienne famille ? Elle alluma sa torche, et avança pour ouvrir la fenêtre et les volets. Le jour illumina la pièce, elle se trouvait dans un bureau où des livres d’un autre âge garnissaient les étagères adossées aux murs. Elle découvrit à la lumière du jour des fauteuils style Louis Philippe rongés par les souris près d’un bureau de style inconnu, sans doute Napoléon. Ce qui la surprit au premier abord, ce fut la propreté de la pièce, comme si quelqu'un venait là.

- « Y a t il quelqu’un, cria-t-elle ? » Le chien près d’elle aboya. Tout à coup, elle entendit au premier un tintamarre assourdissant. Quelqu’un habitait-il ici ? Nulle réponse, aussi, décida-t-elle de sortir de la maison pour respirer un peu. Le soleil l’éblouit et après quelques respirations approfondies, elle s’assit sur le perron pour manger son sandwich. Le silence était tel qu’il semblait palpable. Roméo avec sa langue pantelante faisait tomber des gouttes de salive sur le sol. Vraiment cela avait dû être une belle demeure, Rose admirait le bel escalier en pierre tout en mangeant son pain. Les oreilles droites et le regard tourné vers sa maîtresse, il était vraiment beau ce chien loup. Qu’allait-elle en faire, maintenant que Monette n’était plus là ?

Elle réfléchissait, peut-être était-ce un chat là haut tout à l’heure. Un chat sauvage qui aurait pris possession de l’endroit. Ignorant la tension ambiante, un papillon jaune virevoltait autour de Rose. Elle but un peu d’eau et, remise de ses émotions, elle décida de reprendre son périple. Elle monta le grand escalier éclairé par un œil de bœuf, et tout la haut, le jour descendait par une brèche du toit dans la première pièce dont la porte était ouverte. Ce n’était qu’une grande chambre ordinaire, suivie par cinq autres d’un luxe vieillot. Le désordre et la poussière étaient maîtres des lieux. Des meubles poussiéreux, des lits endommagés et des bibelots à terre témoignaient de l’abandon de la maison. Soudain, un vent venu d’on ne sait où, traversa la pièce où se tenait Rose et s’engouffra par le trou du toit après avoir siffler dans le couloir. Pourtant le temps restait calme et le soleil brillait.

- « Ce n’est qu’un courant d’air », se persuada-t-elle. Le chien se mit à gémir, se frottant contre sa maîtresse. Avançant un peu plus Rose vit qu’une porte avait été sacrifiée, empierrée. L’endroit était plus sombre, sa torche ne voulant pas s’allumer, elle décida de rebrousser chemin. Soudain une forme lumineuse la devança avec des plaintes d’outre tombe.

- Un revenant ! « Mais, que me veut-elle ? Ou que me veut-il ? » Rose tremblait de tous ses membres et Roméo descendit à vive allure. Avançant un peu, la forme s’estompa, mais ce qui s’ensuivit laissa Rose perplexe. Des tuiles tombèrent du toit d’un seul bloc devant Rose comme pour la persuader de rester. Elle s’enfuit en sueur l’ayant échappé belle. Elle qui avait décidé de dormir dans la maison avec son sac de couchage ! Balivernes ! Elle était aussi peureuse que tout ce monde qui croyait aux revenants. « - Que peuvent-ils nous faire ? Pas grand chose» pensa-t- elle. Lorsque sa grand-mère reposait dans son lit, morte, elle imaginait son âme errant dans le ciel. Son corps était resté là comme un serpent qui abandonne sa peau. Son visage restait souriant et paisible, comme sa fin de vie l’avait été. Pourtant, la pauvre avait perdu son fils unique dans un accident de voiture. Rose se souvenait à peine de ses parents, elle n’avait que cinq ans, et Monette lui avait donné tout son amour. Elle redescendit la colline perplexe, quelle aventure !

Ses jambes tremblaient et elle n’arrivait pas à respirer correctement. Elle s’assit à l’ombre d’un petit chêne, au bord de la route goudronnée. Elle regarda sa montre, celle ci était arrêtée. Quelle heure était-il ? Elle se trouvait hors du temps.

Se pourrait-il que le temps n’existe pas pour certains ? Que le passé et le présent se mélangent ? Reverrait-elle ses parents ? Et aussi sa grand-mère ? Si les fantômes existaient, la vie après la mort aussi, cela était logique. Elle en était là dans ses réflexions, quand, Etienne dans sa nouvelle voiture, s’arrêta.

- ‘Hé ! Que fais-tu ? Comme tu es Pâle !’ Elle se réjouit de voir son ami, si logique lui !

- ‘Ho ! Je suis allée jusque là haut,’

- Quoi ? Dans la maison hantée ?

- Je ne savais pas quoi faire et je voulais me dégourdir les jambes.

- Qu’as-tu vu ?

- Rien, répondit-elle, rien qui puisse t’intéresser, tu ne crois pas aux fantômes.

Il s’assit à coté d’elle, dans l’herbe couchée et Roméo vint lui lécher le visage.

- oh ! Va-t-en, lui lança-t-il un peu agacé, puis il reprit :

- Que vas-tu faire maintenant ?

- Peut-être vais-je vendre la maison de ma grand-mère, mais j’ai tant de souvenirs ! Et une larme coula doucement sur sa joue.

- Je lui avais dit de mettre un lit en bas ! A son âge, monter les escaliers ! Elle n’en faisait qu’à sa tête ! Pauvre Monette ! Comme elle était heureuse ! Dès que j’arrivais ! Ses yeux s’illuminaient, elle me serrait fort dans ses bras ! Continua Rose.

- Ne pleure pas, lui dit Etienne, tu ne l’as jamais lâchée.

- Oui ! C’est vrai, lorsque les copines de bureau partaient à l’étranger, je préférais rester avec Monette. Elle était si gaie, et comme elle savait mijoter de bons petits plats !

Le lendemain Rose se rendit chez le Notaire. Celui-ci avait des bacchantes grises et un petit nez tout rouge. Il commença sa lecture et Rose pensait :- Je ne pourrai pas garder la maison de ma grand-mère. Avec tous les frais je vais devoir la vendre, dommage !

- Mademoiselle Rose Evrard, essayez-vous ! Vous héritez de la petite maison de votre Grand-mère au lieu dit ‘Barbot’ et aussi du domaine ‘La Grande Hothe’ dit ‘la maison hantée,’

- Ai-je bien entendu ? S’exclama Rose.

- Cette demeure appartenait à votre Grand-mère et elle vous a fait un testament que voici, vous léguant tous ses biens.

Rose n’en revenait pas, décidément elle allait de surprises en surprises. Elle éclaircirait tout cela. Elle devait revenir chez le notaire dans deux jours, et elle irait au village interroger les commères. Elle resta stupéfaite.

Dés le lendemain, elle s’en fut voir une vieille fille qui avait la langue bien fourchue. Celle-ci habitait seule, et avec ses quelques vaches, elle approvisionnait tout le village en lait.

- Aurais-tu deux litres de lait à me vendre ? lui demanda Rose.

- Même trois si tu veux, lui répondit Gilberte.

Elle était forte et sentait le lait caillé. En s’essuyant les mains dans son tablier, elle lui prit le petit bidon des mains, enleva la passoire sur le gros bidon et soulevant celui-ci elle versa dans le petit en disant :

- Pauvre Monette ! Que Dieu ait son âme ! Une femme si gentille !

Le lait encore chaud, brillait au soleil. Une mèche de cheveux bruns glissa de son front luisant et vint sur son nez, elle la chassa croyant que c’était une mouche en soufflant.

Elle devait avoir près de soixante ans pourtant elle gardait l’œil vif et la peau fraîche.

- Dis donc Gilberte, connais-tu par hasard l’histoire de la maison hantée ? Monette ne t’en a jamais parlé ?

- Non, elle disait que c’était des histoires anciennes, à dormir debout !

- Tu sais, chacun raconte la sienne ! Il paraît que même la nuit et aussi le jour, il y aurait du bruit dans la maison. Un car de touristes s’y serait arrêté pour pique-niquer, dans le grand pré, ils ont quitté les lieux vite fait. Un tintamarre assourdissant avec des plaintes effroyables sortait de ces murs. Ils ont préféré s’installer ailleurs.

- Mais tu ne me dis toujours pas à qui était cette demeure.

- Je ne sais pas moi ; c’était autrefois, il y a très longtemps. ‘Ils’ n’étaient pas d’ici. ‘Ils’ ont déserté leur pays, pourchassés pour une affaire de politique. ‘Ils’ ne sortaient guère que le dimanche pour se rendre à l’église. Puis on ne ‘les’ vit plus.

- Etaient-ils nombreux ?

- Un couple, le monsieur faisait du cheval parfois à une allure folle, les gens disaient qu’il voulait se tuer !

- Quelle horreur !

Les vaches à l’étable meuglaient, et Gilberte, que tout le monde appelait Berthe, se retourna,

- il faut que je sorte mes vaches, elles s’impatientent.

- Tu sais ! Une fois j’ai bien vu des gens à la sortie de l’église se transformer en poules et coq, continua Berthe, mais je ne l’ai dit à personne, pourtant c’était de bon matin et je n’avais pas bu ! Alors ! Courage !

- A bientôt !

Rose lui mit la monnaie dans ses mains abîmées par le labeur, et s’en alla. Stupéfaite, elle n’en revenait pas de cette histoire de coq et poules !

Elle comprit qu’elle n’en tirerait rien de plus, sur le phénomène de la Grande Hothe.

Le soir dans la maison de Monette, dit « Barbot » elle imagina sa grand-mère descendante de l’étranger ou son arrière-grand-mère amoureuse de l’étranger !

Pourtant son nom sonnait bien français ! Dépitée au plus haut point, elle se rendit chez Etienne. Il produisait de belles pommes et cultivait des céréales. Les journées étaient longues et Etienne prenait le frais avec ses parents, sous le grand chêne devant la maison

- Voici la plus belle rose s’écria son père.

- Les roses de mai sont les plus belles, répondit celle-ci. Etienne offrit une chaise à Rose.

- Alors ? Toujours au pays ? Dommage de partir à Paris par ce beau temps !

- Il le faudra bien pourtant, répondit Rose.

- Reste souper avec nous, sais-tu qu’il pousse des champignons ? reprit la maman d’Etienne.

- Merci, mais je n’ai pas du tout la tête à la cueillette, dit Rose. En effet elle avait soudain peur de ce qu’elle pouvait apprendre de ses ancêtres. Aussi préféra-t-elle en rester là. Ils discutèrent de tout et de rien pour finir la soirée.

Il lui fallut bien rentrer à Paris pour continuer son travail. Un soir elle relut les papiers que le Notaire lui avait donnés. Quelle ne fut sa stupéfaction de s’apercevoir qu’elle n’héritait pas seulement de la maison hantée mais aussi d’une centaine d’hectares de terres ! Elle n’avait pas bien écouté ce que le Notaire disait tant elle avait été peinée par la perte de Monette.

Il était mentionné dans l’acte, vingt hectares de vignes et le reste de prés et de céréales et deux hectares de bois.

Celles-ci étaient travaillées par un fermier du nom de Ciétéso. Elle le connaissait à peine de vue pour l’avoir rencontré au village et connaissait peu de choses de lui. Il était d’origine espagnole.

Le retour à Paris lui fut pénible, la route était longue, et de quitter sa petite maison lui fit mal au cœur.

Juin arriva avec de fortes chaleurs accompagnées d’orages. Les grêlons étaient si gros qu’ils les ramassaient à la pelle à Paris.

- Pourvu que ce ne soit pas pareil chez moi ! Déclara Rose à son amie. Comme il était bon de pouvoir dire : Chez moi ! Rose faisait partie des propriétaires maintenant. Il lui tardait d’aller voir ses terres. Elle n’avait pas osé et cela était si soudain qu’elle croyait rêver ! Il lui fallait encore payer les frais de notaire, elle verrait cela pour le week-end de Pentecôte, elle l’avait prolongé de quelques jours.

Il est vrai qu’un pincement au cœur se produisait dés qu’elle voyait la façade de (Barbot) avec ses volets fermés. Jamais plus elle ne verrait Monette l’attendant devant la porte, avec son tablier bleu et ses cheveux gris. Ce retour lui procurait une immense joie, comme si elle réintégrait le ventre de sa mère. ‘Un retour vers ses ancêtres.



RETOUR