METAMORPHOSE

MÉTAMORPHOSE


Où le Sentier après la Métamorphose, inspiré du Bardo Thodol, du Livre Égyptien des Morts, du Nouveau Testament, et de la Théorie Générale de l’Universalité.

 

À Régis Francis PATINET,
Mon Frère,
۩† 28/02/2014.
 
Pour tous les Etres-Humains
De notre Terre.
04/04/2014



 

Préliminaires


 
 

Ainsi dans la nue, en veille portuaire, allant vers la Métamorphose, convient-il de se recueillir sur l’aventure de la Vie.
 
À ce stade de la compréhension, il convient de naître le savoir qu’il existe par le septénaire initié par la Matière Spirituelle, sept états planétaires, sept cercles d’évolution comportant chacune une matrice, instituant quarante-neuf portes Organiques, et miroir de cette onde, quarante-neuf portes Énergétiques, ou Spirituelles, ce qui dénombre quatre-vingt-dix-huit portes, la quatre-vingt-dix-neuvième étant représentée par l’Être lui-même, en pouvoir d’accession en l’Absolu.
 
Conscience, passant de l’inconscience à la surconscience, en correspondance de la subconscience qui est le terreau de l’expérimenté, l’Être s’initie au Microcosme en les quarante-neuf portes organiques, puis s’épanouit dans le Macrocosme dans le cadre des quarante-neuf portes Énergétiques ou spirituelles, avant que Transcendance Énergétique ou Spirituelle, il s’incorpore en Unité individualisée, dans le Soi, l’Absolu souverain, ce d’aucuns nomment le vide, qui est Dieu, dont l’une des fonctions est la Création de la Vie.
 
Processus d’évolution comme d’involution, ces portes assignent le devenir de l’Énergie souveraine Spirituelle à sa Transcendance, en pouvoir de régénération de l’Absolu.
 
Du souvenir convient-il de comprendre qu’au premier temps, de par la Loi de la Transcendance Spirituelle ou énergétique, n’existait sur notre planète qu’un seul élément, l’Énergie organique, ou Osmotique, ou feu primordial. Matrice en rotation, la Vie se manifesta en ce lieu ainsi, et élémental, l’Être en ce site, était de ce feu, tous les autres éléments restant en embryons.
 
Cette première évolution fut suivie par une seconde évolution, nantissant l’Être comme sa matrice, de l’air, initiant sa volition, deuxième élément, suivie d’une troisième évolution initiant l’élément eau, initiant ses sensations, sur ce corps vaporeux, avant que de se poursuivre par une quatrième évolution, l’air comme l’eau neutralisant l’élément feu, initiant l’élément terre, initiant la préhension, qui signifia l’Être initial, ou Nature Ultime Organique, par l’Éther, voie d’appropriation de la conscience.
 
Cet état de l’évolution au sein du Microcosme Terrestre, où Nature Ultime organique, est aujourd’hui une réalisation, nantissant l’Etre-Humain du pouvoir de naître à l’évolution, vers la cinquième évolution qui sera celle de la surconscience composite de la conscience associée à la subconscience, après le passage des degrés de Découverte ou Volonté, de Recherche ou Sensation, de Conquête ou Préhension, et de Contrôle ou Compréhension, dans l’état de Nature Ultime.
 
En capacité de cet État, il s’ouvrira à la Nature Énergétique ou Spirituelle organique, qui après le passage des degrés qui l’enseignent, l’Épanouissement, la Maîtrise, l’Essor, l’Exfoliation, Énergétique ou Spirituelle, le mutera dans l’Etat de l’Espace Énergétique puis l’Etat de la Monade Énergétique ou Spirituelle dépendant du Macrocosme.
 
Cette évolution permettra à l’Être la reconnaissance de sa gravitation à travers les temps comme à travers les espaces, voyant sa Nature Ultime organique passer au stade de la Nature organique Énergétique, ou Spirituelle, qui par le processus de L’Exfoliation Énergétique, pourra naître en l’Espace Énergétique ou Spirituel.
 
Du discernement, existe donc au sein du microcosme dans ces cadres d’évolutions, quatre races élémentaires, et présentes dans le corps de l’Être. Ce sont les quatre royaumes de créatures Énergétiques organiques, celles de l’élément feu, celles de l’élément air, celles de l’élément eau, celles de l’élément terre, voyant trôner au-dessus de ces éléments l’Être en état de Nature Ultime, et, en considération du processus d’évolution individuelle, un cinquième royaume comportant des créatures énergétiques organiques d’élément Éther, guides nés à la Nature organique Énergétique ou spirituelle.
 
À la base du Tout que l’on se rappelle en connaissance que les attributs fondamentaux des Univers sont représentatifs de trois corps qui sont la Matière Spirituelle, l’Énergie Spirituelle, l’Absolu souverain. En d’autres termes, le temps, l’espace, l’Absolu souverain. La Matière Spirituelle est du domaine Temporel, l’Énergie Spirituelle est du domaine de l’Espace Spirituel, la Transcendance Énergétique en son aboutissement est par l’Unité individuelle, régénérescence du « Soi », un des domaines de l’Absolu comprenant la totalité du Manifesté organique comme du Manifesté Énergétique.
 
Pour concrétiser les quarante-neuf portes organiques, il convient de prendre conscience qu’elles se fondent sur la matière et le Temps, et l’évolution en leur sein, et en ce qui concerne les quarante-neuf portes Énergétiques ou spiritualisées, qu’elles se fondent sur l’Énergie Spirituelle et l’Espace, et l’évolution en leur sein.
 
La quatre-vingt-dix-neuvième porte relève quant à elle de la reconnaissance globale des précédentes portes par l’Être, en pouvoir de la régénérescence du « Soi », soit à la régénérescence de l’Absolu Souverain, dont l’une de ses fonctions est la création de la Vie.
 
De la Métamorphose ici se tient le lieu de l’aventure de la Vie dans ses conjonctions les plus vives comme les plus éblouissantes. Que ce que l’on appelle « mort » n’existe que dans le refus de la Métamorphose et de ses splendeurs, qui pourraient anéantir à jamais les contraintes épisodiques comme les contractions temporelles nées de l’invariante peur instituant un retour dans la matière brute comme dans un refuge pour le lâche ou le résigné, et pire encore l’assoiffé de pouvoir.
 
La peur de la Métamorphose est la vibration de l’esclavagisme le plus brutal et doit être écartée telle qu’elle est portée, en ce qu’elle est une vision oublieuse de la réalité, celle de l’immortalité de la Vie.
 
N’oublions jamais que nous représentons la Vie, en nos degrés, qu’ils soient organiques ou énergétiques, et que notre fonction est la régénérescence de l’Absolu par la Transcendance Énergétique dont nous ne serons capables que lorsque nous aurons franchis les quatre-vingt-dix-neuf portes de la Réalité.
 
Car, à la base du Tout en Un et du Un en Tout, il faut bien comprendre qu’il existe une Nécessité Immanente, qui est celle liée à l’Évolution de l’Unité comme du Généré, qui doit passer à travers les États de degrés en degrés grâce à la vertu de son potentiel de Transcendance. La rencontre de la Transcendance et de l’Immanence permet à l’Individuel comme au Généré dans un premier palier de passer de la Nature Spirituelle organique à l’Espace Énergétique ou Spirituel, grâce au processus d’Exfoliation Énergétique, puis de se joindre à l’Immanence par le processus de Transcendance Énergétique, lié au passage des degrés des États de L’Espace puis de la Monade Spirituelle, en pouvoir de régénérescence de l’Absolu.
 
Au regard de l’Être, en ce lieu de la Terre, comme en ce lieu de l’Espace, l’Être en quatrième évolution, nature Ultime, sera confronté à plusieurs opérandes, s’il n’est pas déjà métamorphosé dans le cadre de l’Absolu dans les premiers jours, pendant sa Métamorphose que nous résumerons ainsi avant que de les déployer :
 
Trois à sept jours après sa Métamorphose, (temps nécessaire à l’exfoliation du corps Énergétique du corps physique) vient le premier jour, où il rencontrera l’immanence, l’Absolu souverain, initiant une lumière bleue majestueuse, semence et potentialité de la vérité, où se lèveront les créatures de ce monde et de tous les mondes, agrégats de la Matière comme de l’Énergie. Il conviendra qu’il suive cette Lumière dans sa brillance pour naître à l’Énergie pure. S’il est en pouvoir de la régénérescence du « Soi », soit la régénérescence de l’Absolu Souverain, dont l’une de ses fonctions est la création de la Vie, ou bien au degré de Transcendance Énergétique de l’Espace Énergétique selon ses potentialités, et la course de sa et ses vies antérieures, ou résultante, mantisse des degrés de la Nature organique et de la Nature Énergétique qu’il aura parcouru.
 
Au second jour, il rencontrera l’élément eau, initiant une Lumière Blanche, charriant le courant de vie qui est le sang de la vie, qui dévoilera sa colère d’être en État De Métamorphose. Il conviendra qu’il suive cette Lumière dans sa brillance, en transmutant sa colère en Sagesse afin de se révéler dans l’Énergie triomphante, à l’Esprit divin et héroïque, Diamant Foudre, pour naître au degré de l’Essor Énergétique de l’Espace Énergétique, selon ses potentialités, et la course de sa et ses vies antérieures, ou résultante, mantisse des degrés de la Nature organique et de la Nature Énergétique qu’il aura parcouru.
 
Au troisième jour, il rencontrera l’élément Terre, initiant une Lumière jaune, charriant toutes les formes y compris la forme de l’Être organique que son égoïsme aura tendance à vouloir conserver. Il conviendra qu’il suive cette Lumière dans sa brillance, en dépassant l’affect du toucher pour accéder à la transmutation divine dans la sagesse de l’égalité personnifiée, pour naître au degré de la Maîtrise Énergétique de l’Espace Énergétique, selon ses potentialités, et la course de sa et ses vies antérieures, ou résultante, mantisse des degrés de la Nature organique et de la Nature Énergétique qu’il aura parcouru.
Au quatrième jour, il rencontrera l’élément feu, initiant la couleur rouge, devisant l’attachement, la convoitise, de l’Être envers les Êtres, au sens des sensations de l’Être. Il conviendra qu’il suive cette Lumière dans sa brillance, en dépassant l’affect des sensations par transmutation, lui montrant le Un en Tout, et le Tout en Un, l’amenant à la Sagesse de tout discernement, pour naître au degré de l’Épanouissement Énergétique de l’Espace Énergétique, selon ses potentialités, et la course de sa et ses vies antérieures, ou résultante, mantisse des degrés de la Nature organique et de la Nature Énergétique qu’il aura parcouru.
 
Au cinquième jour, la rencontre de l’élément Air, initiant une couleur verte, devisant l’envie, la jalousie mais aussi les formes informelles de la volition. Il conviendra qu’il suive cette Lumière dans sa brillance, en dépassant l’affect de la volition, par transmutation, qui l’adviendra à la Sagesse qui accomplit le Tout, pour naître au premier degré de la Monade Énergétique de l’Espace Énergétique, selon ses potentialités, et la course de sa et ses vies antérieures, ou résultante, mantisse des degrés de la Nature organique et de la Nature Énergétique qu’il aura parcouru.
 
Quelques exceptions en ce parcours reconnaîtront l’Élément éther, dépassant le corps du désir des états intermédiaires précités. Dans la Sagesse parfaite inhérente à la perfection de l'agrégat du divin corps, l’immuable, l’inchangé, perfection de la parole divine, de la pensée du principe divin, des qualités divines de bonté et de beauté, mutant l’Être à la perfection des actions divines, ces Exceptions en état de Transcendance Spirituelle, joignant l’Immanence, naîtront immédiatement en l’Absolu.
Après le cinquième jour de la Métamorphose, et ce jusqu’au quarante-neuvième jour, les éléments de la Nature Énergétique s’estompent au profit de la Nature Organique. L’Être ici effectue un voyage le faisant passer de l’État intermédiaire jusqu’à l’État de renaissance organique dans ce monde ou dans d’autres mondes suivant les nécessités liées à son accomplissement, initiées par la Nécessité Immanente.
 
Il convient ici de bien comprendre que toute pensée est une onde, et que toutes pensées émises se conjuguent aux formes pensées émises par la nature tant organique qu’énergétique ou spiritualisée. Ainsi chaque Être en sa nature est dépositaire d’un ensemble de formes pensées auquel il sera confronté lors de sa Métamorphose. En conscience, il saura les concaténer et les évaporer, par contre s’il ne reste dans l’état d’équanimité nécessaire à cette confrontation, par manque de compréhension, la probabilité de le voir annexé par les formes pensées qu’il aura émises et non comprises, le verra alors dans l’état intermédiaire suivant sa Métamorphose perdre un temps variable dans lequel il s’éperdra avant que d’en surnager et s’ouvrir à l’équilibre nécessaire à sa renaissance.
 
Ce que les Êtres pensent, ils le deviennent, tant dans le temps que dans l’Espace, les pensées étant des ondes indestructibles sources de toutes actions qu’elles soient bonnes ou mauvaises.
 
En d’autres termes, ce qu’a fait l’Être, ce qu’il a pensé, devient objectif. Les formes pensées qu’il a laissées croître, s’épanouir, s’enraciner, passent devant lui comme le contenu de la conscience de sa personnalité.
 
Suivant son évolution personnelle, son état de conscience, il suivra différentes routes, la primaire le menant au cycle des renaissances organiques, dans la Nature Ultime ou bien la Nature Spirituelle, dans le Microcosme, la secondaire au cycle des naissances Énergétiques ou spiritualisées, dans l’État de l’Espace Spirituel ou de la Monade Spirituelle, le dernier degré de la Monade Spirituelle menant au cycle de naissance en l’Absolu souverain.
 
Tant que l’Être n’aura pas échappé à l’État intermédiaire lors de sa Métamorphose dans un autre état, par la mise à disposition, née de la Nécessité Immanente, des portes à sa disposition, il sera sujet à la confrontation précitée.
 
Suivant son degré d’évolution, il sera dans la capacité d’intégrer et de dépasser les formes personnifiées de ses impulsions intellectuelles, ce qui lui permettra alors de renaître suivant ses potentialités soit dans l’un des degrés de la Nature Ultime organique, soit dans l’un des degrés de la Nature Spirituelle organique, soit dans l’un des degrés de l’Espace Spirituel, soit dans l’un des degrés de la Monade Spirituelle, soit, en capacité de Transcendance Spirituelle, en l’Absolu.
 
On remarquera que sur ce chef d’incarnation ou de réincarnation, que le passé, le présent, l’avenir, sont globalement composites et par là même inclus, donc la renaissance de l’Être peut très bien se situer soi dans le passé, soit dans le présent, soit dans l’avenir, en fonction du temps inscrit dans lequel a lieu la Métamorphose.
 
Dans le parcours induit par la Métamorphose, l’Être sera rencontre, à moins qu’il soit apte à se diriger vers les états de l’Espace Spirituel, des mondes où les ondes du cœur cèdent à celles de l’Esprit, et verra dans un premier temps des formes personnifiées des sentiments les plus nobles, qui procèdent du centre psychique du cœur. Elles se lèvent naturellement en premier, les ondes nées du cœur précédents celles du cerveau.
 
Elles viennent sous un aspect paisible pour diriger et influencer l’Être dont le lien avec le monde humain est rompu et qui ne peut que ressentir un regret profond de ses travaux inachevés, qu’ils soient physiques, spirituels ou intellectuels.
 
Images de ces formes paisibles il rencontrera ensuite les formes irritées où les formes personnifiées du raisonnement qui procèdent du centre psychique du cerveau, l’intellect entrant en activité après que les ondes du cœur diminuent, l’Être réalisant l’état dans lequel il se trouve, commençant dès lors à user des facultés naturelles de son corps Énergétique en pouvoir de penser, s’interrogeant sur la façon dont il pourra gagner tel ou tel état d’existence.
 
On notera que ces formes sont les manifestations des forces divines Universelles desquelles l’Être en voie de renaissance Organique ou Énergétique est inséparable, microcosme du macrocosme, embrasant toutes les forces qu’elles soient qualifiées de bonnes ou de mauvaises.
 
L’Absolu s’identifie à l’universellement bon et personnifie la Réalité, la Claire Lumière primordiale. Il est à l’origine de tous phénomènes, et manifeste et projette toutes choses dans le macrocosme comme le microcosme.
 
Dans cette Universalité, les phénomènes évoluent. Comme systèmes des mondes, ils s’identifient à l’Immuable, l’Embellisseur, la source de toute beauté dans les univers, la compassion infinie et l’Amour divin, le pouvoir tout puissant et omnipotent. Les phénomènes agissent de même dans les ondes mineures, Héros, Déesses, Seigneurs de la Métamorphose, Démons, Esprits, et tous autres qui correspondent à des pensées définies, à des passions, à des impulsions hautes et basses, humaines, sous-humaines, ou surhumaines prenant naissance dans les pensées qui forment la conscience de l’Être en Métamorphose, qui les perçoit.
 
Il convient de noter qu’aucune de ces divinités ne sont réelles, au sens où elles pourraient provoquer un mal quelconque envers l’Être en État De Métamorphose, mais uniquement les réflexions des formes pensées de l’Être en Métamorphose qui le guident vers les portes qu’il peut franchir.
 
La reconnaissance complète de cette psychologie par l’Être en Métamorphose le libère dans la Réalité. Les formes pensées du Bouddhiste ou de l'Hindou, comme dans un rêve, donneront naissance aux visions correspondantes des déités du panthéon bouddhiste ou hindou. Un Musulman verra le Paradis de Mahomet, un Chrétien aura la vision du Ciel chrétien, un Indien d'Amérique celle de la Terre de la Grande Prairie. De la mmême façon, le matérialiste aura des visions après la Métamorphose aussi négative, aussi vide, aussi dénuées de déités, que celles dont il rêvait dans son corps humain.
 
Il convient ici de noter que les visions heureuses et glorieuses des ondes et aspirations de la nature divine la plus élevée, peuvent être sujets de crainte pour certains Êtres étant resté au stade de la Nature Ultime, et même au stade de la Nature Spirituelle, ensuite, comme elles disparaissent, et font place à des visions correspondant au stade desdites natures, et pour certains en dessous de ces dites natures, ces visions peuvent alors terrifier l’Être en état de Métamorphose, qui peut chercher à les fuir.
 
Elles sont inséparables de l’Être qui les projette, et il conviendra alors qu’il les intègre et les rende à leur juste milieu, pour opérer son incarnation ou sa réincarnation. En effet, les expériences de l’Être en Métamorphose sont entièrement dépendantes de son mental, et en conséquence son état déterminera sa capacité à s’incarner dans les degrés Énergétique de l’Espace Spirituel ou de la Monade Spirituelle, ou bien renaître dans les degrés organiques de la Nature Ultime ou bien de la Nature Spirituelle, et ce en fonction bien entendu de la Nécessité Immanente, qui le forge à l’expérimentation des quatre-vingt-dix-neuf portes du Manifesté.

 

Prémisses


 

Nous allons maintenant nous placer dans le cadre des prémisses de la Métamorphose.
 
Lorsque les symptômes de la Métamorphose se confirment, il convient de ne toucher au corps organique de l’Être, autre que ses ablutions, pendant les trois jours qui suivent son départ afin que le processus de la Métamorphose ne soit interrompu, par la séparation totale de son Énergie Spirituelle de son corps organique. Le principe conscient de l’Être demeure alors dans un état de sommeil ou de transe, dans l’ignorance qu’il est séparé de son corps organique. Cet État Transitoire de la Métamorphose dévoile l’Absolu dans son état de pureté primordiale.
 
Si l’Être en Métamorphose est incapable de le reconnaître, savoir en accord avec l’immanence de par sa transcendance, il perçoit alors l’image obscurcie de l’Absolu, et entre dans une deuxième phase, s’éveillant alors à la compréhension de sa Métamorphose.
 
Il entame alors l’expérimentation de l’État Transitoire de la Réalité, voit une à une ses ondes émises et créées pendant son séjour dans le Microcosme, ou dans le Macrocosme. Ce qu'il a pensé, ce qu'il a fait, devient alors objectif.
 
Les formes pensées qu’il a visualisées consciemment, qu’il a laissé s'enraciner, croître, s'épanouir, produire, passent en un panorama solennel et puissant comme le contenu de la conscience de sa personnalité.
 
Puis ce panorama se fond, s’il n’est pas en capacité de s’incarner dans les États et degrés de l’Espace Spirituel ou de la Monade Spirituelle, liés au Macrocosme, dans l’expérimentation de l’État Transitoire de recherche de la renaissance dans le Microcosme.
 
Cet état se termine au moment où son principe conscient a pris renaissance dans le monde du Microcosme, dans les degrés des États de Nature Ultime ou Spirituelle, dans le monde humain, un autre monde, ou un monde que l’on peut qualifier de paradisiaque, selon ses potentialités, et la course de sa et ses vies antérieures, ou résultante, mantisse des degrés de la Nature organique qu’il aura parcouru.
 
Tant que l'Être n'a pas échappé à l'État intermédiaire par la renaissance dans un autre état, durant les quarante-neuf jours qui suivent le seuil de sa Métamorphose, pendant lesquels il aura choix des quatre-vingt-dix-huit portes en fonction de ses capacités acquises, y compris la quatre-vingt-dix-neuvième qui est celle de l’Absolu, l’Être va être sujet à toutes les faces de la Métamorphose, suivant sa capacité, sachant que chacun se purifie de ses défaillances morales courantes en renaissant dans le monde humain.
 
En dehors de sa capacité de Transcendance par l'atteinte de l’Absolu après la Métamorphose – qui rompt les liens de l'exigence tant du Microcosme que du Macrocosme, dans un corps fonction du conscient de l’Être – le seul espoir d'atteindre l'état d’incarnation dans l’Espace Spirituel ou l’Absolu pour les personnes ordinaires est de renaître en tant qu’Être Humain. La naissance dans un monde autre que le monde humain retarde celui qui est désireux d'atteindre l’Absolu.
 
De ses actes comme de ses pensées dans sa vie dans le microcosme, l’Être doit répondre et au jugement qui intervient, lié à la Nécessité Immanente, correspond son potentiel de capacité qui le mènera vers la où les portes qu’il devra emprunter pour trouver son potentiel de renaissance, soit dans le Macrocosme en l’État de l’Espace Spirituel ou de la Monade Spirituelle, soit dans le Microcosme, dans l’état de Nature Ultime ou bien de Nature Spirituelle.
 
En raison de ses actes comme de ses pensées, l’Être connaîtra une réincarnation qui peut-être divine, ou bien sacerdotale, en conséquence expérimentera suivant ses actes ce que l’on pourrait appeler un transit plus ou moins long, ce que les Alchimistes appellent l’Astral, dans lequel il devra faire face à tous les actes de ses vies organiques et Énergétiques, s’il en a eu pour ces dernières, et les intégrer afin de parfaire le but de sa renaissance.
 
Cette équivalence peut être comprise comme les terminologies d’enfer comme de purgatoire selon les vécus de l’Être et son degré de conscience. Ce séjour peut varier de trente à cinquante ans en temps terrestre.
 
On retiendra pour la renaissance que la forme humaine, mais non sa nature divine, est un héritage direct des royaumes sous-humains. Des formes les plus basses de la vie elle a évolué, guidée par un flux vital, un potentiel de conscience, une rémanence formelle toujours croissante, toujours changeante, que l'on peut appeler la semence de la force vitale ou essence psychique liée à chaque être. Elle est le principe d'évolution, le principe de continuité, le principe capable d'acquérir le savoir et la compréhension de sa propre nature, le principe dont le but normal est l'Exfoliation Spirituelle menant vers l’Espace Spirituel, ou ce qui est rare, par Transcendance vers l’Absolu Souverain.
 
Comme la graine physique d'une plante ou l'organisme animal, la semence humaine n'est capable de produire que son propre genre. Il en est de même pour ce que l'on peut appeler au figuré, la graine psychique du flux vital invisible qui venant d'un être humain, ne peut être incarnée, entourée ou liée intimement à un corps étranger à ses évolutions caractéristiques, soit dans ce monde, soit dans l’État Transitoire de conscience lors de la Métamorphose, ou dans quelque royaume ou monde de l'existence au sein du Microcosme, ou du Macrocosme.
 
Ceci est une loi naturelle gouvernant la Manifestation de la Vie aussi inviolable que la loi de la Transcendance qui la met en œuvre. Ainsi un Être Humain ne peut renaître sous une forme inférieure à celle qu’il a acquise.
 
On retiendra de même qu’un être plus éclairé, très développé spirituellement, peut gagner les degrés les plus hauts, savoir être infiniment élevé dans l’Évolution, et toutefois renaître parmi l'humanité sous la direction des pouvoirs des Seigneurs de l’Évolution. Quand il est ainsi dirigé par les Gardiens de la Grande Loi, celui qui retourne sur la terre ou un autre monde organique, est dit être réincarné par compassion pour aider l'Humanité ou l’Évolution de la Vie. Il revient comme un Maître, comme un divin missionnaire, comme un incarné sur le plan de ce que nomme la Tradition Tibétaine le Nirmāna Kāya.
 
Le Sentier que nous allons découvrir maintenant, d’après les enseignements du Bardo Thodol, ou le Livre, dont l’équivalence se retrouve dans le Livre des Morts Égyptien, sera reconstruit ici suivant les principes de la Théorie Générale de l’Universalité.
 
On gardera en mémoire que toutes les conditions possibles, états ou royaumes d'existence microcosmique : cieux, enfers et mondes, ne sont rien que des phénomènes. Tous les phénomènes sont transitoires, illusoires, irréels, non existants, sauf dans l'esprit du Métamorphé qui les perçoit. Il n'y a en réalité aucun être nulle part, tel que : dieux, démons, esprits, créatures animées, tous étant semblablement des phénomènes dépendants d'une cause. Cette cause est un appel, une soif de la sensation de l'existence manifestée.
 
Tant que le potentiel de transcendance de l’Être en accord avec l’Immanence ne dominera pas cette cause, la Métamorphose suivra la naissance et la naissance la Métamorphose, incessamment. L'existence après la Métamorphose Organique ou Énergétique n'est qu'une continuation, sous des conditions changées, de l'existence née du phénomène dans le monde humain, ou dans un autre monde. La nature de l'existence intervenant entre la Métamorphose et la renaissance dans ce monde ou tout autre, est déterminée par les actions antécédentes, ou résultante induite par les vies passées par le Métamorphé dans le Microcosme et, ou, le Macrocosme.
 
L’État de transition est un état semblable à l'état de rêve prolongé dans ce que l'on pourrait appeler la quatrième dimension de l'espace, rempli de visions, résultant directement du contenu mental de celui qui les perçoit, heureuses et célestes, si l’Unité tridimensionnelle (Corps Esprit Âme) symbiotique de l’Être est bonne, multiple d’épreuves si l’Unité tridimensionnelle (Corps Esprit Âme) de l’Être est restée au stade osmotique donc en cela restant atrophiée. Tant que le potentiel de transcendance de l’Être n’est pas en accord avec l’Immanence, la renaissance est inévitable dans le monde humain, soit directement sur la Terre, soit dans tout autre monde, suivant la direction donnée par l’Unité de l’Être.
 
La Transcendance Spirituelle résulte de la réalisation dans la Vie et sa destinée, en son apogée, du corps transcendant en aptitude de synergie avec la Nécessité Immanente, seuil de régénérescence de l’Absolu, par l’Être.
 
Une telle réalisation est possible soit dans le monde humain, par accession au pouvoir de la Transcendance Spirituelle, soit au moment très important de la Métamorphose, soit après la Métamorphose dans l'État Transitoire, soit dans certains des degrés liés aux États de la Nature Spirituelle, de l’Espace Spirituel et de la Monade Spirituelle.
 
Pendant les renaissances, l'entraînement du contrôle du processus de la pensée est nécessaire, de façon à être capable de concentrer son esprit pour atteindre l’Unité Symbiotique absolue, en pouvoir de Transcendance Spirituelle. Pour atteindre la Transcendance Spirituelle, la délivrance du cercle de renaissance et de métamorphose, pour traverser l'océan du manifesté, Microcosme, Macrocosme, il convient donc de réaliser sa fusion transcendantale avec l’Immanence, seuil de Régénérescence de l’Absolu, en tant que conscience individuée, dans la Surconscience du « Soi », cadre de l’émancipation du manifesté Organique et, ou, Énergétique.



Table


MÉTAMORPHOSE

 
 
 
3 Métamorphose
7 Tableau synthétique
9 Préliminaires
23 Prémisses
33 Livre I
La Confrontation avec la Réalité dans l’état intermédiaire ou transitoire
37 Introduction
39 Première Partie
43 Le Livre du moment de la Métamorphose
53 Le Livre immédiatement après la Métamorphose
59 Deuxième Partie
61 Le Livre de l’expérience de la réalité
69 L’aube des divinités paisibles du premier au septième jour
73 Premier Jour
79 Second jour
85 Troisième jour
91 Quatrième jour
97 Cinquième jour
103 Sixième jour
117 Septième jour
125 L’aube des divinités irritées du huitième au quarante-quatrième jour
127 Introduction
135 Huitième jour
139 Neuvième jour
143 Dixième jour
147 Onzième jour
151 Douzième jour
157 Treizième jour
163 Quatorzième jour
177 Conclusion : de l’importance fondamentale des enseignements du Sentier
181 Livre II
La claire confrontation dans l’état intermédiaire ou transitoire, lorsqu’on recherche la Renaissance.
185 Les Obéissances
187 Introduction
191 Première partie
193 Le monde d’après la Métamorphose
197 Le corps du Sentier – sa naissance et ses facultés supra normales
205 Caractéristiques de l’existence dans l’état intermédiaire
215 Le Jugement
223 L’influence déterminante de la pensée
231 L’aube des lumières des six Univers
237 Deuxième partie
239 Le procédé de la Renaissance, la clôture de la porte de la Matrice
263 Conclusion Générale
271 Rituels et Prières
273 Invocation aux Bouddhas et Bodhisattvas
275 Le Sentier des bons souhaits pour être sauvé du dangereux passage du Sentier
279 Les paroles fondamentales des six Sentiers
283 Le Sentier des bons souhaits qui protègent de la peur dans le Sentier.
287 Le Colophon
289 Table
295 Œuvres de Vincent Thierry
 

Vincent Thierry
France, Sèvres, La Rochelle
Le 4 avril 2014




RETOUR