MILITARY STORY AND NEW WORLD




MILITARY STORY
AND
NEW WORLD

 
  
 
 
 
 

INTRODUCTION
 
 
  
 
 
Le noir bleuté remplissait les ornières,
Et aux plis de l’Astre, la mer dernière,
Souffle difficile à nommer en dialectique,
Couverte de paillettes, était romantique
À voir comme vermeille, sans auréoles,
Crispée de certitude aux fils d’anémones,
Regard tel le Dragon jouant du Verbe d’or
Le long des pages noires et blanches, sort
 
Du Poète

 
 
 
 
 
 

 
PREMIER
 
ARMES



Loin...
 
 
 

Loin, les faisceaux qui irisent les Mers nouvelles, ils irradient les cieux de couleurs merveilles, ils, au profond des terres, illuminent les Cités et les Etres...
 
Ils, aux cœurs purs sans façade aucune brillent l’intourmente, éclatent en rameaux sous les eaux vives des plaines, émeraudes s’élancent vertigineux au Monde d’acropole, délaissant l’irraison, accumulant l’orbe prestigieux de l’hymne Liberté
 
Des couleurs, par milliers, à leurs lumières divines, toisent du regard l’entente miraculeuse de la bénédiction vivante, celle azurée dont s’éprennent loin des naufrages anciens, les Enfants.
 
Enfants de Nouveau Monde, qui au souffle de la Vie, leurs parures, délivrent la réalité, par leurs enchantements, lui rendent sa véritable identité, celle de l’Amour, unique et éternel.
 
Son Royaume la Terre, ennoblie de mille et mille royaumes nature ou Nature vit de nature...
 
Oh ! Cœurs purs, que vous entendiez ces cris, cris d’un garçon de vingt ans, qui aux souillures passées, s’entreprennent d’un vertige mortel, celui de la terreur de ne plus communiquer …

 



Sol …
 
 

Sol, aux grâces fertiles, Sol, porteur du germe et de la fève, du cri de l’agneau, Sol, sel de fer et de poudre aux nuages hydratés de la folie d’eau de nuit.

 
Sol, miracle ou se perdent les arcs de Sagesse ! ...





Troupeau …
 
 
 
Troupeau qui navigue …
À ta tête un bélier,
À tes yeux un bandeau,
À ta bouche une muselière,
À ton nez le fardeau,
À ton âme les oripeaux …
 
 
Troupeau, rive lente aux angoisses
Qui mènent la Terre et les Espaces
Vers le cataclysme libertin …
Troupeau, au grand phare rouge,
Aux paupières lourdes, je te vois
Danser sur les lumières de la faim …
Je te vois rire au vent de la guerre,
Je te vois crier la mort lâche, mort
De ceux qui réclament liberté, justice !
Je te vois pleurer dans la nuit profonde
Pour les Enfants tués par tes combats.
Je te vois, sale, dans l’infini,
Sale... Sale... Telle une âme
Couverte d’oripeaux
Sale …
 
 
 
 

 

 
TABLE DES ÉCRITS

 
MILITARY STORY AND NEW WORLD
 
 
Introduction
 
Premier
Armes
 
 
 Loin
 Sol
Troupeau
Temporel
 Pourquoi faut-il?
 Le mur
 J’ai vu
 Le soldat
 Jésus
 De l’Amour à la guerre
 Refus
 Mélancolie
 Douleur
Détresse
 Mort
 Crispations
 Sommeil de l’immobilisme
 
Second
Solitude
 
 
 Naufrage
The corner in a door
 Silences
 L’imposture
 Révolte
 Printemps
 
 
Dernier
The new world
 
 
 Ils parlaient
 Alain
 Jean-Pierre
 Stéphane
 Patrick
 Frantz
 Gilles
 Eric
 François
 Jean
 Georges
 Frédéric
 Claude
 Fabien
 Christian
 Pierrot
 Bernard
 
 Tous
 
 Les chants se turent
 
  

Paris,
 Le Pecq
1974
1980
13/02/2003
Vincent Thierry


RETOUR