POLITIS XII

Vincent Thierry


Regard politique 2021/2022, sur le monde dans ses embrasements, leurs contingences, leurs conséquences, et plus particulièrement sur la France, dans le cadre de l’Universalité, permettant de regarder le monde dans sa réalité et non sa virtualité.

© Patinet Thierri 2022

Éditeur : © Patinet Thierri

ISBN 978-2-87782-740-9

ISBN 978-2-87782-739-3

Politique 32 textes 493 pages

Livre Imprimé

EXTRAIT

POLITIS
XII


Éditoriaux politiques 2021-2022
© Patinet Thierri 2022


La folie eugéniste


Petites nouvelles de cette petite Terre, qui se répètent actuellement inlassablement, d’où la rareté des examens que nous pouvons en recevoir, une redondance qui parviendra à sa phase terminale lorsque l’Éveil de l’Humain sera éloquence, cela viendra comme sur toutes les planètes ayant dû subir l’outrage du néant à la Vie, mais lisons :

« La folie domine ce petit monde, où les rapaces sont à l’affût, non pas des humains mais des sous-humains, n’ayant pour valeur que l’inversion de toutes les valeurs humaines, voulant à tout prix remplacer l’humain par leur inintelligence globale, qui relève de leur « intelligence artificielle », n’ayant pour but que de protéger leurs petits avoirs, et si possible vivre à l’infini afin de régner sur des larves qui les serviront ad aeternam, pour satisfaire leurs besoins économiques et sexuels.

Cette engeance de médiocres a déclaré la guerre à l’Humanité, tenant grâce à sa petite monnaie les mentors dits « politiques » qui ne sont que des chiens couchés tenus par leurs vices, leurs meurtres, leur satanisme de pacotille, tout un aréopage qui hurle du matin au soir dans les médias erratiques où les pédophiles sont majoritaires, voyant se joindre à cette fange de pseudos médecins ridicules, des étrons sur pied qui servent le crime organisé via le « virus » opportun, permettant de liquider les aînés et déjà les vaccinés par la mort lente, la pourriture infusée, ignominie que les valets utilisent afin de complaire à la caste des sous humains.

Le monde est désormais divisé en deux factions, d’un côté les dépravés, les pédophiles, les lgbt, les bâtards illettrés et acculturés s’imaginant la culture et les arts, alors qu’ils n’en sont que la fiente, et fort heureusement une majorité d’êtres humains qui ne sont pas encore organisés, mais cela viendra, pour bouter hors de tous les horizons la boue purulente essayant de les destituer, dans un génocide planétaire, pire que ceux utilisés par les communistes et les nationaux socialistes, car né de la synthèse de ces deux idéologies pourries comme le fumier, issues ne l’oublions jamais du socialisme, né lui-même de l’atavisme de déracinés minables, jaloux et stériles, qui empuantissent encore, via désormais leur tête de pont, l’écologisme dévoyé, toute la surface de ce globe.

Il n’y a rien à attendre de ce virus autrement plus puissant que le coronavirus, où l’on voit toute la faune simiesque vaccinée par son outrage, se répercuter sur toutes les ondes, pour répéter son leit motiv, du passé faisons table rase, pour mieux se servir des Peuples, pour mieux faire valoir sa perversité, la perversité des caciques et de ce que l’on ose appeler des notables, d’immondes pourceaux livrant à la mort des enfants pour se nourrir de leur sang et dans le cannibalisme souiller leur corps, voyant de pseudos députés, des criminels, autoriser par voie législative l’assassinat des enfants à terme dans le ventre de leur mère, voyant leur voix médiatique encenser des assassins dans leurs actualités de dépravés mentaux, voyant se réjouir du combat contre le pseudovirus des déchets sur pieds ayant refusé par décrets les soins nécessaires dont tout un chacun sait qu’ils existent, et sont utilisés par les médecins qui respectent leur serment d’Hippocrate.

Il n’y a rien à attendre de cette décérébration qui ose s’appeler élite, alors que ce n’est que la poussière de cette terre, petit être négligé, ridicule, acculturé, illettré, petite chose sous matérialiste, qui n’a aucune âme, mais tout de la bestialité incarnée, se masquant sous des vêtures de charognards qui en loge, qui en superloges, qui dans les sociétés qui ne sont pas des sociétés de pensée, mais désormais uniquement des écoles de sous pensées, marais de la putrescence et de la débilité avancée et prononcée, encouragée par les maîtres à penser et à danser se cachant dans leurs conseils d’administration de banques sordides, animant la pestilence qui sévit dans ce que l’on ose appeler les institutions internationales, dont les mercenaires sont vendus les uns les autres en fonction des images que l’on a de leur décrépitude, de leur vice, de leur carence intellectuelle la plus sordide qui soit.

Cette sclérose se veut plus propre qu’elle ne l’est, masquant ses appartenances ridicules, de global young leader, de young leader de la fondation franco américaine, ou de la fondation franco chinoise, qui appartenant à la Fabian society, au Bilderberg, et tutti quanti, toutes larves à quatre pattes attendant qu’elle soit choisie pour diriger les moutons des Nations, toutes larves malléables à souhaits, petits péripatéticiens,petites péripatéticiennes, ne défilant au bois de boulogne, mais bien dans les cours feutrées pour obtenir après de grands services sexuels ou non, un petit hochet, un petit pouvoir, un pouvoir de fumiste, d’hypocrite, qui n’attire que le mépris de leurs maîtres, du moins on l’espère, tant cette aporie est relent d’une nausée qui ne peut que s’épanouir, qui d’ailleurs ne se cache pas, voyant certains de ses ministres se branler en vidéo, les autres violer et fort de leur petit pouvoir se placer au-dessus des lois, bien souvent les uns les autres se complaisant dans les affaires sordides dont les juges francs maçons appartenant à leur grande famille de pourris, de pédophiles, ne tiennent compte, préférant harceler le pauvre citoyen, la prébende étant si bonne, telle qu’on la voit appliquée dans toutes les Institutions jusqu’en l’Armée où certaines et certaines perçoivent des primes allant jusqu’à cinquante mille euros.

Et cela n’est que le dessus d’une couverture qui devra être dépoussiérée et relevée par des journalistes d’enquêtes qui mettront à nu tous les trafics inimaginables dont profite la pourriture en col blanc, trafic d’organes, trafic de drogue, trafic d’êtres humains, trafic d’enfants, pédophilies, meurtres en réunion, chasse à cour, n’est ce pas, où le gibier est un être humain, une enfant, ou des adultes, réseaux ignobles et puant le cadavre qu’il faudra bien un jour mettre devant les yeux de toutes les citoyennes et les citoyens afin qu’ils se rendent compte de ce que sont les rouages pour lesquels ils votent les uns les autres, une mascarade sur pieds servant de colonne vertébrale à notre Nation comme à nombre de Nations dans ce petit monde, où la prédation est principe, où l’esclavagisme n’a jamais cessé, colonne vertébrale tenue par des francs maçons déviants, des anachronismes suintant du sang des citoyennes et des citoyens, et bien souvent celui de leurs enfants que ce cloaque mutile pour en récupérer le sang, ici on comprendra mieux l’arrivée opportune de ce virus permettant de masquer ses crimes.

N’oublions jamais que leurs ancêtres ont inventé les camps de concentration, les peausseries humaines, le génocide global, ces « bons » républicains francs maçons tortionnaires et fiers de leurs assassinats. Que l’on se rende à la Bibliothèque Nationale pour lire leurs comptes rendus, leurs débats. Ce sont les débats d’une meute assoiffée de sang, telle qu’elle se révèle aujourd’hui, via l’euthanasie de nos aînés, via l’interdiction de soigner le virus, via la vaccination létale.

Hitler, Staline, n’ont rien à envier à ces zombis qui glosent, demandent l’éradication du trois-quarts de l’humanité, veulent atrophier l’humain par le transhumanisme, araser l’histoire humaine, destituer sa noblesse, son honneur et sa grandeur, en l’asservissant à leur fange ou je le rappelle toutes les valeurs humaines sont inversées, Hitler et Staline étaient des enfants de Chœur au regard de cette géhenne purulente de maux, de morgue, de sang, dont chaque visage reflète l’inhumanité la plus totale.

Qu’il suffise de regarder les visages de leurs chiens de guerre via les télévisions, et l’on y discernera le nihilisme le plus totalitaire qui soit, l’ordure s’y lit, la bestialité à la commissure des lèvres, les mensonges et la propagande, leurs outils de fortune auxquels se plie un troupeau, un ramassis d’invertébrés encouragés par la lie journalistique, par cette diarrhée incommensurable de surgeons de la trépanation de l’intelligence, haussant la voix, doctoralement énonçant, du haut de leur petitesse de raté de la vie s’agglutinant pour former une petite soupe que l’engrais lui-même ne ferait pas lever tant la pauvreté de son langage est fatuité de l’insolence congénitale et atavique qui la lie, une fin de race qui méritera comme la précédente un Nuremberg numéro deux où sera dévoilée sa complicité vivipare, se goinfrant dans des restaurants dans le mépris le plus total du Peuple qui la nourrit.

Ces cafards sont le déshonneur des Nations, la laideur la plus extrême, où la consanguinité se mêle et s’entremêle, les voyants tels qu’ils sont, des parasites de toutes sociétés, le venin de toute société, qui ne devrait en aucun cas se présenter au public tant il sue la pourriture qui l’empeste et le tient debout, sa résurgence étant couchée devant la table de ceux qui l’engraissent afin qu’il ne soit que roquet, petite fiente manœuvrable à souhait que l’on tient par les testicules ou par le portefeuille, petite tare qui ne fera qu’empirer afin de défendre sa crasse intellectuelle, ce sida mental qui aujourd’hui explose comme jamais il ne l’a fait.

Devant tant de sous-humains apprivoisés, la tentation est bien grande pour le néant de s’y octroyer de force sa place de despote, et cela se passe ce jour, édictant la mort des classes moyennes et surtout la mort de ce qu’il appelle les inutiles, les retraités, les enfants, dont il se sert pour s’en nourrir, et comment cela pourrait-il en être autrement, la lâcheté étant le fondement de sa société, la lâcheté répugnante voyant des parents livrer leurs enfants au masque inutile, à l’éducation dite nationale qui est le vivier de l’infection de l’ignorance la plus totale, dont l'idéologie totalitaire livre des illettrés, des acculturés à une société en dérive qui ne pense qu’à s’amuser, croyant retrouver sa liberté parce qu’on lui ouvre quelques terrasses de bars, auxquels il devra délivrer son qrcode, signalant, par là, sa durée de vie temporaire, pour certains scientifiques, ne dépassant pas mille jours.

Voilà ce qu’enseigne notre temps, un temps de barbares, un temps de nécrophages, un temps hideux contre lequel ne se soulève que bien peu de monde actuellement, mais qui verra naître une résistance acharnée, n’en doutons pas, lorsque l’Humanité verra à quoi servent les « vaccins », et que des millions d’individus aveugles périront faute de la moindre conscience.

Il n’est jamais trop tard pour se réveiller de l’infamie et la surseoir mais pour cela il faut le courage du vivant et non le courage du zombie, de cette chose liée à son téléphone, ne s’exprimant que par onomatopée, ne disposant que de cinq cents mots pour s’exprimer, et l’on voit bien que le courage n’est pas disponible actuellement dans certaines nations, voyant se hisser des colonnes de futurs agonisants dans des vaccinodromes qui ne sont que les chambres à gaz de notre époque, où s’affairent les kapos du système, bien payés pour anéantir les populations, comme ils ont anéanti via des brigades spéciales les aînés dans les maisons de retraite, des aînés qui n’ont pas été soignés mais livrés à la mort.

Hitler et Staline étaient moins hypocrites, de mêmes Trotski et Lénine et toute la bande déracinée qui ont liquidé soixante millions de Russes, ils avaient la franchise de leurs moyens, et ne leurraient pas les uns les autres par une hypocrisie monumentale, des sourires obséquieux, toute une gestuelle apprise à l’Institut Tavistock.

Face à ce déferlement eugéniste, physique, intellectuel, spirituel, il convient de prendre la mesure du temps comme de l’espace.

La dictature pour perdurer cherche ce jour à détruire globalement l’humanité, dans ses branches, ses Races, ses Peuples, ses Ethnies, pour d’un quant à soi ne diriger que cinq cents millions d’individus asexués, bioniques, n’ayant pour lendemain que celui de leur stérilité, de leur mise à mort lorsqu’ils ne seront plus productifs, aidée en cela par une intelligence artificielle désaxée, qui est son image la plus néfaste, via une surveillance totale de cet ersatz d’humain qui n’en portera plus le nom, mais le nom d’esclave, calvaire d’une dystopie où régnera la bêtise accouplée à l’inintelligence la plus totale, comme on la voit en marche ce jour dans certaines gouvernances. Les Peuples se dresseront-ils définitivement contre cette vision d’apocalypse, se battront-ils pour recouvrer leur liberté et décimer à jamais la sous-humanité qui veut les détruire ? Toute la question est là, il n’y en a pas d’autres. On peut en douter lorsqu’on voit se précipiter ce qui n’a plus d’apparence humaine, contrite dans la peur et la terreur par le mensonge et la propagande, toute une cohue dans les nouvelles chambres à gaz instaurées par le mondialisme eugéniste.

Doit-on se battre pour des Peuples qui ont perdu leur intelligence, souillée par l’ignorance et l’acculturation ?

À chacun de trouver sa réponse.

En attendant que ne s’inquiètent les uns les autres, les dictatures sont faites pour être exterminées, et cela sera, comme pour le nazisme, comme pour le communisme, pour ce nazicommunisme eugéniste qui disparaîtra dans une guerre que cette idéologie ne connaît pas actuellement, mais qui vient, non pas une guerre civile mais bien une guerre de survie face à son ignominie, une guerre totale, voyant comme le disait Mao tsé tong, une armée universelle s’accomplir ou chacun sera paysan le jour et soldat la nuit, jusqu’à la destruction totale et définitive de sa matrice non humaine. Il ne s’agit ici de parler de résistance, mais bien de guerre totale qui permettra de mettre hors d’état de nuire un 0,001% de la population mondiale ayant décidé d’enchaîner à son délire d’asservissement toute l’humanité, via le génocide, la mise en esclavage.

Lorsque les premiers dégâts humains se prononceront suite aux vaccinations létales, qui seront présentées comme un nouveau covid bien entendu par la crasse intellectuelle de ce monde, cette guerre, inévitablement s’amorcera, l’instinct de conservation de l’humanité étant bien plus important que tout ce que l’on peut imaginer et ce qu’a pu imaginer la nécrose qui se veut dirigeante. »

Les exemples du terrorisme du néant sont multiples parmi les milliards et milliards de galaxies de cet univers où le grain de poussière Terre connaît ce jour un djihad de quelques individus décérébrés qui devront rendre des comptes devant les tribunaux que ce soit en ce lieu ou après leur disparition physique devant l’Immanence qui les reléguera à la décomposition finale, car symboles par excellence de l’inutilité substituable.

Gageons que l’Humanité, représentante de la Vie sur cette poussière sache relever le gant et témoigner de sa libération totale.




POLITIS
XII


Éditoriaux politiques 2021-202


5 - La folie eugéniste
19 - Scénario 2027
27 - Crime contre l’Humanité
35 - Petites réflexions
49 - La vérité se révèle
60 - Contre pouvoir
72 - La fuite en avant
80 - La dictature en France
92 - L’apartheid totalitaire
115 - La corde de l’esclave
125 - Contre révolution
141 - L’An 1 de la dictature
158 - Le monde en Guerre
175 - Pérégrinations
189 - Les criminels en marche
198 - Des suites ...
211 - La transgression absolue
226 - La corruption totalitaire
234 - L’Union Sacrée
244 - La folle poursuite
257 - Quelques notes
279 - La folie sectaire déviante
294 - L’inhumanité exposée
305 - La troisième guerre mondiale
321 - L’abjection totalitaire
339 - Les faux drapeaux
349 - Élections et guerre
365 - Élire le nazicommunisme
388 - Coup d’État au sein de l’UE
397 - Les parasites de l’Humanité
430 - La « civilisation »
441 - Huit milliards d’êtres Humains

475 - Table
481 - Œuvres de Vincent Thierry


Royan
20/07/2022
Vincent Thierry



Retour

Facebook