POLITIS III

POLITIS III

Le triomphe de l’Être Humanité
 
 
 
 

Et nous viendrons ces réalités, renouveaux des vastes horizons aux écumes scintillants le soleil olympien, nos cris de joie parsemant les saisons, de claire divinité l’oasis et son ferment, invitant des âges les pures certitudes du firmament, et nos chemins par nos racines, guerriers et souverains, nous irons la densité de l’œuvre régénérée, marquant nos sols d’une foi fidèle, élevant aux mystiques parousies des temples en écrins, aux sages en nos débats des temples en essaims, et dans la voie de la rectitude qui sied aux combattants, des stèles d’honneur et de victoire.
 
Là, ici, plus loin, dans l’esprit qui veille, et toujours guide afin d’efforcer les destins contraires à la rencontre des abîmes et les destins éveillés à la rencontre des cimes, tandis que se joindront mille voix des Peuples rajeunis par leur renouveau, des voix antiques aux voix nouvelles, parcours des steppes et des prairies, parcours des forêts ancestrales et des plages templières, parcours de chaque sillon de nos terres libérées des boues glauques et fétides.
Celles qui furent instruments de l’esclavage d’hier, de nausée les perceptions dont les idéogrammes bâtirent un vent sablier que nous déchûmes, ainsi dans le souvenir de l’équinoxe de leurs feux, de grands feux, à l’ouest, à l’est, au nord, au sud, toutes faces se soulevant contre leur monstruosité et leur barbarie, et éclairant le lendemain de l’onde vive de la Liberté, Liberté, notre ferment, notre aventure commune en nos racines qui ne s’ignorent et se propulsent téméraires dans l’envergure de la Voie, qu’initie le songe, qu’initie le Verbe, qu’initie le réel en ses ambres parchemins qui ont défait les vestiges des anachorètes insidieux.
 
Ces masques atrophiés ne voulant que parjure du vivant, édiles et codicilles de la mort qui restent en nos mémoires comme le chiendent de notre Terre, funestes en leurs orientations, funestes en leurs devises, clameurs de Thanatos ce jour destituées, ce jour libéré de leurs emprises bâties sur le mensonge et l’exploitation du mensonge, après nos victoires sur leurs stratagèmes inspirés par la bestialité dans tout ce qu’elle comporte d’infection pour le vivant, ce sida intellectuel balayant la beauté sur son passage pour instaurer le déclin de l’intelligence.
 
Ce déclin acclamant les prêtres de la désintégration, acclamant les assassins, acclamant les tueurs dénoncés par la conscience civilisatrice, acclamant un troupeau inculte esclave de ses désirs nécrophages se complaisant dans le meurtre de tout ce qui est pour laisser place à la laideur, à la bestiale soumission, à la traque des innocents, toutes faces monnayant cette décrépitude en s’imaginant au-delà des Lois naturelles, ces Lois que les Lois humaines ne peuvent circonscrire, ces Lois du sang et du sol que rien ne peut soumettre ni détruire, car innées et non acquises et dont le réveil a impitoyablement balayé les scories de ce petit monde.
 
Scories assoiffées de puissance, scories agapes de la vie, scories étonnantes se voyant maîtres de ce monde, scories en nombre au si petit nombre, défaits sur chaque champ de bataille, lors de chaque combat, malgré leurs chiens de guerre, leurs mercenaires, leurs féaux et leurs bouges, leur commisération et leur intraitable duplicité, malgré leurs génocides, leurs camps de rééducation, leurs camps de concentration, leur chimie lourde, leurs bactéries destructrices, leur force nucléaire, tous ingrédients lavés dans la source de l’affront, voyant des Êtres se battre à mains nues contre des chars et les immobiliser, voyant chacun, homme, femme, enfant, vieillard puiser dans les ressources de la Vie pour naturer la réalité et faire perdre pied à la virtualité aux conforts incommodes, aux sillons nébuleux, aux sources inépuisables de mensonges et de propagandes accouplés à l’ignorance infatuée.
Toutes formes délétères devant la force inouïe de l’Être Humain en éveil, dépassant le carcan de l’esclavage pour se hisser vers les sommets de sa réalité, ode multipliée par tous pays balayant l’errance, ordonnant l’avance, destinant dans une prismatique vague le surgissement de cette libération Humaine de ses fléaux, dans ce cri, ce chant multiplié à l’infini que nul canon n’a pu taire, que nul mensonge n’a pu destituer, car issu de cette réalité ouvragée, de ce rubis intrinsèque à l’Humain dont le développement transcende tout avenir.
 
Le nôtre, ce jour voyant l’inépuisable source la Vie fulgurer l’Univers, chaque Existant, chaque Identité, reconnus et respectés se levant du monde de la mort pour s’ouvrir au monde de la Vie, monde symbiotique délaissant le phasme osmotique pour l’ardeur du réel en son élévation et non sa soumission, répartissant richesse et noblesse, agissant de concert vers ce seuil prodigieux qui voit l’accomplissement de la naissance Humaine à la matière spirituelle.
 
Premier degré lui permettant de naître à l’Espace, son autorité et sa moisson, ainsi tandis que par les sites du Vivant se fête l’an du Renouveau par toutes les faces de la Terre, par tous les Peuples, par tous les Êtres Humains, par l’Humanité réconciliée, et que nos chants entonnent un hymne à la Vie, délaissant aux scories cette ode à la joie naguère née de l’illuminisme en triomphe qui ce jour n’est plus qu’un mauvais souvenir pour chacun.
 
Pour entonner un hymne à la Vie, triomphe toujours renouvelée sur la mort et ses incarnations, triomphe toujours sur les mondes chtoniens et leur barbarie atavique, triomphe et victoire sur la boue et la lèpre, triomphe à jamais renouveler par les temps et les espaces qui se conjoignent pour forger l’avenir Humain, l’avenir de notre Humanité qui tel un champ de mille fleurs en la diversité de ses Peuples et de ses Identités, rayonne de la splendeur de l’honneur retrouvé d’Être Humanité !



Table

POLITIS
III
 
 
Constitution des droits de l'Homme
Vœux
Le triomphe de l'Être-Humanité
Le vaisseau fantôme
Urgence
Sortir de l'impasse
Bonjour
Les agents du capitalisme vert
Crime contre l'Humanité
Troisième offensive
L'esclavagisme
La quatrième offensive
La dictature s'avance en pleine lumière
La reconquête Humaine
L'arrogance
Mesure pour mesure
Principes contre révolutionnaire 2
Le droit international
Le bel édifice
Restitution
Insinuation
Le leurre mondialiste
1077
Le mépris du Peuple
Les anticorps se dressent
Anticorps
20_11_2010
Partis Populaires
Les États Nations
L'esprit de Sparte
Un conte de Noël
Vœux
Dame Bêtise
De la manipulation
Les dinosaures
Lendemains
La tyrannie
Le siphonage
Les retraites
Ces temps qui viendront
Régionales
Un peu de courage politique
Autisme politique
Déclarations
Maurice ALLAIS
La vraie pauvreté en France
Propaganda
La Grèce
Face à la mise à mort du Peuple Grec
Il faut arrêter l'hémorragie
Grèce toujours
Disait-il
Dictature totale
6 juin 1944
La poudre aux yeux
De qui se moque-t-on
Le Bal des Vampires
La dette publique
Le miroir
La Barbarie
L'injure
Décès suspect
Le pacifisme armé
Les larmoyants
Un référendum
Le Rire
L'hyperinflation
La vérité
La manipulation
Action immédiate
Conspiration
L'Irlande en soumission
L'inquisition
La censure
Parallèle
Camisole
Division
Injure, menace des "biens pensants"
Coalition pour la Liberté
Orage Solaire
La Grèce martyre
L'insondable abîme
Renouveau
Communautés et Identité
Les masques tombent
Le mensonge
Manipulation ?
Le fumier
Article 10 de la Constitution
La peine de mort
Le travail
L'horreur mondialiste
Le monde s'embrase
Face à la barbarie
Sondage Propagande Médias
Le vrac
Le viol psychique
L'heure vient de sonner
Folie et indignation
Nauséeuse barbarie
Sociétés de pensée
Démocratie Directe
La guerre civile
14 Juillet
Quelle crise économique ?
Contre Révolution

Royan
2019
Vincent Thierry



RETOUR