REGNE D'OR LIQUIDE


RÈGNE D’OR LIQUIDE

 © PATINET THIERRI ERIC 

 
 
  
 

En l'Œuvre du Temps, l'Être Humain ...
 


 
En l'Œuvre du Temps, un Chant de renouveau s'élève, conjonction des signes par les sites, formalité féconde de l'orbe et de son sillon, Or Vie de l'ambre que les saisons saturnales dérivent non pas dans l'irréel mais dans le formel, Cœur d'auspice fabuleux sur l'Horizon et ses multiples désinences dont l'Astre nu, vigueur de l'aube enchante le faste, Divinité, fût-il dit, et l'Être en son sein joie de l'enivrant message de sa force, fertile orée des lacs en semences, des prairies fières et des villes de nénuphars élevés, libre étreinte de la Vie aux marches féeriques de l'injonction splendide de la mesure, stature de l'Éternité et de son innocence, raison du Chant dans la Sagesse et sa féconde multiplicité qu'irise un cœur éclos, de l'iris la pluviosité des matins mûrs dont les fresques, hier démesures, aujourd'hui fêtes, sont splendeurs votives, espaces de l'instant pour en rapporter le nectar opalin, harmonie du langage de la plénitude des sources et des fleuves dont les eaux nacrées présagent le Destin et sa force décuplée, libération de l'Être aux marches de granit qu'un Temple majestueux dévoile parmi les signes, qu'onde la mémoire déploie au miracle advenu de la pérenne aventure, marque, fût-il dit, et l'élan des apparences s'oublie pour démonter une charpente témoignée, pour dévoiler une structure sans failles dont l'organisation, dans son principe et sa témérité, engage chaque Être par l'Être, parure de l'Avenir, en l'Être et par l'Être, flamboiement distinct dont les liaisons sont un propos, dont le développement est absolu, conséquence de toute réalisation de la Vie en ses fêtes comme en ses brumes, en ses nectars comme en ses eaux fertiles, intime perfection, de la connaissance l'emploi majeur du réel pour décanter l'ignorance et ses sites malhabiles, où règne un souci de contemplation, là où ne se doit que la brise de la félicité, gemme de l'Or Spirituel de l'enfantement de l'Être à son Destin dans la Gloire et non l'incertitude, dans la noblesse et non dans la lie, mesure de l'éblouissement, Ordre d’un Vœu, éponyme, ascension de l'Hymne, ici et là, en l'Être,  chant souverain, des  Actes et des Devoirs dans le sacre de l'Entité supérieure, non la supériorité du mépris mais la supériorité naturelle de l'Être Maître de son Devenir, correspondance de ce que sont les nombres dans leur puissance, par l'Être,  révélation de l'Univers et de son Empire, par l'Acte et la mesure déployée en l'Acte, dans la genèse de la Victoire sur l'impitoyable lâcheté des Êtres, non les Vivants mais les Absents, les Aveugles et les Stériles, genèse de Gloire du signe de l'affirmation de l'instauration Suprême, celui du Cycle d'Or, non l'or matériel, mais l'Or transcendant, Spirituel par essence mais combien plus Humain que la désinence qu'on lui donne, car Surhumain dans sa force et son éloquence, du Site l'essor admirable, apparition de l'Être par toutes faces et sur toutes faces de l'Univers, que le répons en l'Ordre provoque car renaissance en l'Ordre lui-même, cet Ordre de la Vie conquérante, qu'assigne en la nuit des Temps et la multiplicité des Temps le Divin, ici de l'Être Humain l'ascension de demain…

 

Don au sens de l'Univers ...
 

 

Que l'orbe en chemin, le vent et ses azurs certains, de fêtes en fêtes au lac de Midi, transparent et sûr, livre de la féerie des songes, allions nous cet Éden, parcours immortel de la saison Solaire, au feu Vivant des pages striées de joie et de bonheur, ivre moment des signes dans les cieux, des heures douces le soupçon, le corps du grenat, équipage ardent des villes transfigurées que l'Ouest renaît aux sens majestueux d'un asile frontalier, où nul, dans le répons des âges, ne peut correspondre sans avoir de sa Vie conservé l'élément Divin de son propre état Humain, insigne Souverain de la Maîtrise et de l'élan, grâce et fertilité, jouvence et sagesse,  ambres familiers de l'horizon né en ce lieu du Monde où le Vivant correspond toute latitude de l'unique miracle, densité de toute pérennité où le cœur bat lentement le souffle des Univers et de la clarté superbe d'une rive inexpugnable, de l'Être affirmation des routes nombres après la nuit, de l'Être, éclosion des routes multipliées au jour Levant, crépuscule de l'onde ravissante dénuée de mélancolie qui s'exfolie aux règnes habiles de la pensée et de son granit, aux stances sans monotonie de l'Âme et de son firmament, aux actes rayonnants du Corps et de son embrasement, livre aux pages blanches s'évertuant de signes en signes à la calligraphie la plus parfaite, dans l'alchimie, sa fenaison, de couleurs en hymne à la passion, aux mélodies des œuvres de la féerie, désinences de tout message aux orées limpides des prouesses, aux visages sans masques, aux rites en parcours, élévation de l'Humain, marbre ciselé d'une statuaire à naître et décupler, semence de la nue dont l'Esprit divin témoigne le flamboiement du Sacre qui vient, s'épure et s'enhardie, si tant des nefs en l'Océan le souffle victorieux des vents de l'équinoxe et de leurs ramures légères où le vol du Circaète embrase la Vie, fût-il dit, et de l'ambre sans repos ce chemin marchions nous pour en connaître le répons, d'aventure en aventure, d'équipage en équipage, par les vaisseaux les plus nobles comme les galères les plus triviales, par les collines et les vallées profondes, les cimes et les abîmes évertués d'un feu sans comparaison, sinon le feu Solaire en son incarnat qui resplendit aux sphères pour leur donner le souci de l'effort comme de l'essor fabuleux, allions nous et nos Êtres en l'Espace comme en le Temps, sans nuées ni aisances, sceaux de l'Absolu  fertiles novations de l'écrin du Dire, déploiements de seuils à révéler et à parfaire, et ce jour dans la nue la réponse vînt, éblouissant message de la Sphère en la Vie de l'Humain en marche de son Destin et de sa force, dont le conte est racine, dont la forge est universelle, dont le Dire est éternel, nos mots en phrases, nos phrases en livres, cris de l'Humain par tous les Temps, de tout Temps comme de tout Espace, Ô faste joyeux dans la compréhension nouvelle de l'ivoire, loin de l'Esprit confondu,  rire éclatant de nos voix, rire de confiance et non de mépris, ouvrage clair dissipant les restes nuageux des éclipses déjà lointaine, l'Agir fomentant au préau de cette reconnaissance l'ivresse fabuleuse de la Volonté d'Être le Don en la multiplicité, Don au sens de l'Univers dans l'assemblée qui fût et de tout Temps, par tout Espace qui renaît …








Table


RÈGNE D’OR LIQUIDE
 
 
 
 
En l'Œuvre du Temps, l'Être Humain
Don au sens de l'Univers
Vivant d'une Destination, l'Œuvre
Par Complémentarité, le Devenir Humain
En l'Île de l'Être
Qu'iris la portée de l'Hymne par le Temps
Cathédrale de l'Espace
Fruit de la Détermination qui fût et attend
Voie d'accomplissement
Le Rempart déjà inexpugnable
Vie de l'Harmonie Suprême
Insigne du Chant de haut Langage
Dans l'Épanouissement le rythme Tutélaire
Vie le Royaume Souverain
Insigne en l'Œuvre des talismans
Vertu sanctificatrice de toute Destinée
Du plus haut Sacre
Le Chant d'Or aux Runes spectrales de l'Ordre Souverain
Notre sort en ce propos
Enseignement de l'Iris
Feu cristallin par toutes faces de l'Humain
Grandiose éclipse des Temps
Qu'assoiffent les sables d'Or
De l'Humain qui demain sera
Azur du Vivant l'éclos
Que l'Esprit libre
En notre lieu d'Être Vivant
Fruit de notre épanchement Souverain
Insigne à resplendir
Solaire votre Divinité
Cœur en source de l'Éden
Et nous allions ce Site Divin
Le Renouveau de nos Êtres
Destin d'iris de la Pensée
Ô Chant Humain en marche de l'Avenir
Des Cœurs Vierges
La Connaissance Suprême
Dans l'élévation de la Vie par la Vie
Ainsi, et l'aube nouvelle de nos cœurs
En Voie d'ascension superbe
Règne d'Or liquide
Enfantement de toute Transcendance
Indivisible éclosion de notre Avenir
Chevalerie de haute renommée
En ce lieu de notre Chant Humain
Dans la réponse de l'Ordre Naturel
Univers dans l'Univers
Dont nous sommes le souffle et l'Apothéose
Insignes fastueux
Des îles bien heureuses


 
  

A Le Pecq
15/10/1983
29/12/2004

2018
Vincent Thierry

RETOUR

Facebook