REGARDS


D’UNE ODE VIVE


Naissance d'une monade, qu'une pure détermination éclos dans l'azur, degré symbolique de nos Chants, chants d'Humanité, essor noosphère.



D’UNE GERBE DE SOLEIL


Semailles et moissons, naissance au cristal des Devins, qui tel l'Océan infini, affluent de la vie comme de la mort, un Peuple surgit du néant, sacre de l'ouverture des mondes.



DU SONGE


Mais voici qu'il fut donné à voir de l'Olympe une Cité sous le vent, Temple d'Etre au corps divin, ancestrale dénomination de l'action créatrice, notre coeur de Terre.



DU SAVOIR SANS OUBLI


Faut-il qu'il m'en souvienne, dans ce chemin terrible, fut-il dit. Et dans la connaissance de l'heure solaire, aux vagues de l'écume chantais-je cet hymne.


QUE L’ONDE EN SON RESPIRE


Voici dix mille ans d'histoire que l'âge en notre demeure, correspondance de l'Eternité, veille, miel de saison la renaissance de la joie, épure du Printemps l'aube en sa force.



QUE L’OR SOLAIRE


Jeux du ciel et de la terre, rosaces de lumière des feuilles rousses que l'onde en parfum éveille, voici du Christ Roi, Souverain, l'Ame de l'Amour.



QU’AZUR LE CRISTAL



Des lacs éperviers, voici ce qu'il fut donné à vivre, dans la préciosité des demeures, une destination frontale de l'aire azurée, Eternel Empire que demain naîtra dans le sort de l'Agir. 


DU SOUFFLE VIVANT


Vaste éloquence du chant d'Aimer, Astre d'Or Solaire force de notre joie, du Temple bâtit l'Absolu Souverain du règne du Verbe, symbole exaltant.


DE L’HARMONIE


Cathédrale du Chant, d'un Empire où l'onde sans masques de l'oriflamme devient l'ambre sacral devise d'un regard Impérial.




RETOUR